Liens d'accessibilité

La moitié des écoles toujours pas rouvertes dans le nord-est du Nigeria


Le Federal Government College, Buni Yadi, Etat de Yobe, Nigeria, après une attaque de Boko Haram qui a tué des dizaines de lycéens, le 25 février 2014.

La moitié des écoles n'ont toujours pas été rouvertes dans le nord-est du Nigeria, région en proie au conflit contre Boko Haram, groupe djihadiste nigérian dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché", a indiqué l'Unicef vendredi.

"La crise causée par l'insurrection de Boko Haram signifie que plus de 57% des écoles de l'Etat du Borno, épicentre du conflit, sont toujours fermées, même en cette période de rentrée scolaire", peut-on lire dans un communiqué publié par l'Agence des Nations unies pour l'Enfance.

"Depuis 2009, dans le nord-est du Nigeria, plus de 2.295 instituteurs ou professeurs ont été tués (...) et près de 1.400 écoles ont été détruites", relève l'Unicef. Selon l'agence, les écoles n'ont pas pu ouvrir car les dégâts sont trop importants ou "dans la majeure partie des cas, elles se situent dans des zones encore trop dangereuses".

Les Nations unies estiment qu'un million d'enfants ont dû quitter leurs foyers à cause du conflit entre Boko Haram et l'armée nigériane.

Le groupe djihadiste s'est servi de près de 100 enfants ou adolescents en 2017 comme bombes humaines pour commettre des attentats suicides.

Les enfants souffrent également de malnutrition et sont les premières victimes du choléra qui prolifèrent dans les camps de déplacés.

Justin Forsyth, directeur général adjoint de l'Unicef, revient tout juste de Banki, une ville à la frontière du Cameroun, où il a recensé 2.800 cas de malnutrition aigüe.

"Ce n'est pas hors de contrôle, mais le niveau est encore très élevé, plus je pense qu'à Maiduguri", la capitale de l'Etat du Borno, a-t-il expliqué à l'AFP.

Le week-end dernier, des milliers de personnes déplacées qui sont actuellement logées dans un camp à la sortie de Maiduguri, ont protesté contre leurs conditions de vie et ont demandé aux autorités de les aider à rentrer chez elles.

Dix d'entre elles sont toujours en détention pour "troubles à l'ordre public", dans l'attente de leur procès le mois prochain.

M. Forsyth reconnaît que la "situation sécuritaire n'est pas assez stabilisée pour qu'ils puissent rentrer chez eux".

L'armée nigériane assure avoir mis fin à l'insurrection djihadiste, mais le groupe continue de mener des attaques contre les villages, notamment pour s'approvisionner en nourriture, rendant le retour des personnes déplacées très difficile.

Mercredi, trois personnes ont été tuées et des villages entiers (plus de 1.500 maisons) ont été brûlés dans un raid mené par Boko Haram dans le district de Guzamala.

Le conflit a fait au moins 20.000 morts et plus de 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG