Liens d'accessibilité

Trois morts dans un raid attribué à Boko Haram au nord-est du Nigeria

  • VOA Afrique

Des graffitis sur le mur d'une rue de Bama, dans l'État de Borno au Nigeria décrivent Boko Haram comme d'un "diable", le 31 août 2016.

Trois personnes ont été tuées et des villages entiers ont été brûlés dans un raid mené par le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, a révélé jeudi une source officielle locale.

Le porte-parole du gouvernement local de Guzamala, dans l'Etat du Borno, Modu Ganamani, a rapporté que l'attaque s'est déroulée mercredi à 15 heures environ (14 heures GMT).

"Les insurgés de Boko Haram sont arrivés en grand nombre sur des camions et des motos et ont attaqué les villages de Goram, Lingis et Ajidari", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Ils ont tué trois personnes et mis le feu à 150 maisons. Ils ont pillé les réserves de nourritures", a ajouté le porte-parole.

Le groupe jihadiste continue de mener des attaques sur les villages, notamment pour s'approvisionner en nourriture, rendant le retour des personnes déplacées très difficile.

Les cultures sont régulièrement détruites ou pillées, alors que le nord-est du Nigeria, dévasté par huit ans de conflit, souffre d'une très grave crise alimentaire.

Les habitants de Guzamala s'étaient enfuis à Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, suite à des attaques constantes en 2015, mais avaient décidé de rentrer dans leur village en février dernier.

Mercredi, deux personnes ont également été tuées par des mines antipersonnel, posées sur la route entre Maiduguri et la ville de Dikwa.

L'armée nigériane assure avoir mis fin à l'insurrection jihadiste, mais des centaines de milliers de personnes, qui vivent dans des camps aux conditions sécuritaires et sanitaires très précaires, ne peuvent toujours pas rentrer chez elles.

Le conflit a fait au moins 20.000 morts et plus de 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG