Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram

La procureure générale de la Cour pénale internationale , Fatou Bensouda, rencontre la population à Conakry, le 4 juillet 2015.

Amnesty International a demandé lundi à la Cour pénale internationale (CPI) l'ouverture d'une enquête formelle sur les atrocités commises depuis le début de l'insurrection du groupe djihadiste Boko Haram, accusant le Nigeria d'avoir échoué à traduire les responsables devant la justice.

Le procureur de la CPI Fatou Bensouda a ouvert une enquête préliminaire en 2010 concernant huit affaires présumées de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité dans le cadre de ce conflit qui a débuté en 2009.

Six visent les insurgés, notamment soupçonnés de massacres de civils, d'enlèvements de masse, d'attaques contre des écoles, de violences sexuelles et d'avoir utilisé des enfants-soldats.

Les deux autres affaires, liées à des attaques de civils, des arrestations et détentions arbitraires, des actes de torture ou des exécutions sommaires, concernent les militaires.

Le conflit a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés dans le nord-est du Nigeria depuis 2009, provoquant une très grave crise humanitaire dans la région du lac Tchad.

Le président Muhammadu Buhari, un ancien dirigeant militaire, avait promis peu après son élection en 2015 de "ne négliger aucun effort pour promouvoir l'état de droit et s'occuper de tous les cas de violations des droits de l'homme".

Mme Bensouda a estimé dans son rapport annuel, publié le 5 décembre, que le Nigeria semblait avoir pris des "mesures concrètes" afin d'enquêter sur ces allégations.

Il existe aujourd'hui selon elle, des "perspectives tangibles" de voir des poursuites engagées à l'encontre des membres de Boko Haram, ce qui n'est pas le cas de l'armée, "les autorités nigérianes ayant tendance à nier toute allégation" visant leurs troupes.

Amnesty International accuse Abuja d'"entretenir le flou" en donnant à la CPI l'impression d'agir alors que peu ou rien a été accompli au plan national.

"Huit ans après l'ouverture d'une enquête préliminaire, alors que les crimes punis par le droit international continuent et face au risque (de voir s'étirer) des examens préliminaires sans fin, il est temps pour le Bureau du Procureur d'ouvrir une enquête formelle au Nigeria", affirme l'ONG dans un rapport de 74 pages.

'Simulacre' de justice

Les mesures adoptées par les autorités nigérianes suite aux allégations d'exactions commises par les militaires et les procès de milliers de membres présumés de Boko Haram sont au coeur du plaidoyer d'Amnesty.

Aucune des 20 demandes formulées par le gouvernement concernant les allégations d'abus commis depuis neuf ans par des soldats et des membres des milices civiles engagées à leurs côtés n'ont débouché sur des enquêtes formelles, voire des poursuites, dénonce l'ONG.

Il s'agit plutôt d'un "vernis" destiné à faire croire que les autorités sont prêtes à rendre des comptes, pour en réalité exonérer des officiers et "protéger les personnes concernées de toute responsabilité pénale", ajoute Amnesty.

L'organisation de défense des droits de l'homme relève également qu'un nombre "minime" de poursuites ont été engagées contre les djihadistes de haut rang pour des crimes de terrorisme ou de prise d'otages.

Les procès de masse où des milliers de suspects ont comparu depuis octobre 2017 étaient un "simulacre" destiné à donner une "couverture légale" aux détentions prolongées, arbitraires en violation des droits des accusés.

Les poursuites se sont fondées sur des témoignages ou des aveux peu fiables et non vérifiés. La plupart des accusés n'ont pas eu accès à un avocat et les procès ont été expédiés à la va-vite, selon Amnesty.

La majorité d'entre eux ont finalement été acquittés faute de preuves suffisantes ou ont été libérés parce qu'ils avaient déjà effectué leur peine en détention provisoire. Beaucoup étaient des civils qui se sont retrouvés piégés par le conflit.

Selon Amnesty, le Nigeria n'a pas respecté ses engagements internationaux consistant à poursuivre les responsables des crimes visés par l'enquête préliminaire de la CPI et de nouveaux retards risquent de "faciliter la destruction et la dégradation des preuves".

Toutes les actualités

Le Nigeria s'affiche en prétendant sérieux, l'Égypte se tire d'affaire

Le Nigeria s'affiche en prétendant sérieux, l'Égypte se tire d'affaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:14 0:00

La mort d'un collégien de 11 ans dans des circonstances troubles agite le Nigeria

Un camion de police est stationné devant la porte des quartiers du personnel de l'Université d'Abuja où des hommes armés inconnus ont enlevé deux professeurs d'université, des conférenciers et des membres de leur famille à Abuja, au Nigeria, le 2 novembre 2021.

L'enquête sur la mort d'un collégien de onze ans fait scandale au Nigeria, la famille affirmant que leur enfant scolarisé dans un pensionnat d'élite à Lagos a été empoisonné par cinq de ses camarades et dénonçant une tentative de dissimulation d'un homicide.

La mort le 30 novembre de Sylvester Oromoni a ému le pays le plus peuplé d'Afrique, et pris une tournure nationale après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une insoutenable vidéo montrant le garçon hurlant sur son lit d'hôpital, faisant réagir jusqu'à la présidence.

La famille affirme que leur enfant a été forcé par ses camarades à ingurgiter un liquide toxique, et que les responsables sont protégés. L'école affirme qu'il n'y a pas eu de dissimulation et qu'elle coopère avec les enquêteurs.

Les autorités locales ont fermé le pensionnat, où sont scolarisés des enfants de familles riches et influentes, jusqu'à nouvel ordre et le président Muhammadu Buhari a appelé dans un communiqué la police "à faire toute la lumière" sur la mort du garçon.

Cette affaire commence le 22 novembre, quand les responsables du Collège Dowen, à Lagos, appellent les parents de Sylvester et leur demandent de venir récupérer leur fils, blessé la veille à la cheville au cours d'un match de football, raconte à l'AFP sa famille.

Initialement, le garçon affirme s'être blessé lui-même mais alors que son état de santé se détériore sur la route le menant à Warri, sa ville natale dans le sud-est du Nigeria où il est finalement admis à l'hôpital, sa famille commence à douter.

Sylvester a été victime de harcèlement un mois plus tôt, battu par des camarades qui ont menacé "de le tuer", affirme à l'AFP son grand frère Keyness Oromoni.

"Je lui ai demandé: 'ça ne peut pas être que le football, qu'est ce qu'il t'es arrivé, dis-moi!' mais il n'a rien dit, il pleurait juste et avait l'air de tellement souffrir", poursuit le grand frère.

"Problème récurrent"

Le 29 novembre, un jour avant son décès, il soutient finalement que cinq garçons sont entrés dans sa chambre la nuit, le brutalisant et le forçant à boire un liquide chimique, toujours selon sa famille.

Dans un communiqué, les responsables du pensionnat affirment que la famille les a appelés le jour même pour les informer de ses accusations.

"Nous avons alors immédiatement lancé une enquête interne... Malheureusement, nous avions à peine avancé que la frénésie des réseaux sociaux a commencé", a déclaré la commission scolaire dans un communiqué, ajoutant qu'elle coopérait avec les autorités et qu'elle s'engageait à ce que justice soit faite.

Les cas de harcèlement scolaire entraînant la mort ne sont pas rares au Nigeria, et les auteurs de ces actes sont rarement traduits en justice.

La presse se fait souvent l'écho de cas d'élèves et d'étudiants qui engagent ou contraignent d'autres personnes à des pratiques violentes pour rejoindre des sectes, appelées localement "cultes".

"Si cet incident découle vraiment de l'intimidation ou du cultisme", a déclaré un porte-parole du président Buhari dans un communiqué, "il doit servir de déclencheur pour répondre de façon permanente à ce problème récurrent".

Dissimuler un crime ?

Le 7 décembre, cinq adolescents ainsi que trois surveillants ont finalement été arrêtés, mais ils ont tous été libérés sous caution quelques jours plus tard.

Les conclusions d'une autopsie conduite à Lagos affirme qu'il "n'y a aucune preuve pouvant établir un cas de torture, d'intimidations et d'ingurgitation forcée de substances toxiques", a affirmé la semaine passée le chef de la police locale, Hakeem Odumosu.

Mais les conclusions d'une autre autopsie conduite elle dans l'Etat du Delta, où le collégien est décédé, diffèrent.

Une copie de ce rapport d'autopsie, consultée par l'AFP, fait état de "flancs et dos meurtris" et décrit la cause du décès comme étant "une lésion pulmonaire aiguë" due à "une intoxication chimique dans un contexte de traumatisme contondant".

Contactés par l'AFP, les avocats représentant les cinq adolescents n'étaient pas joignables et l'école a refusé de répondre.

L'enquête a repris le 15 janvier, et la justice a demandé aux différentes parties de s'abstenir de faire de déclarations à la presse jusqu'à la fin de l'instruction.

Mais contactée la semaine passée, la famille du collégien, s'appuyant sur le rapport d'autopsie réalisé à Delta, a affirmé qu'il y a eu une tentative de couvrir un crime.

"Avec cinq familles qui se réunissent pour essayer de tuer l'affaire, avec l'école et le gouvernement empêtrés, il n'y a presque aucune chance pour nous de nous battre", déclare à l'AFP la soeur du collégien, Annabel Oromoni, jointe au téléphone au Canada où elle réside.

"Mon frère était en train de mourir parce que tout le monde a essayé de se couvrir", dénonce-t-elle en larmes.

L'enquête sur la mort de Sylvester n'est toutefois pas terminée, et le père du garçon dit lui garder espoir: "Je pense que nous allons y arriver, ce n'est pas la fin".

Que faut-il attendre du procès de Nnamdi Kanu?

Que faut-il attendre du procès de Nnamdi Kanu?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Reprise du procès de Nnamdi Kanu, leader séparatiste nigérian

La police secrète d'État du Nigeria escorte le leader séparatiste Nnamdi Kanu, deuxième à partir de la gauche, devant la Haute Cour fédérale à Abuja, au Nigeria, le 21 octobre 2021.

Namdi Kanu a comparu devant un tribunal en juin après avoir été détenu dans un pays tiers dont l'identité n'a pas été révélée.

Les autorités nigérianes ont retenu de nouveaux chefs d'accusation contre Nnamdi Kanu, chef du Peuple indigène du Biafra (IPOB), un groupe qu'il a fondé en 2014 et qui fait pression pour la sécession de l'ethnie Igbo, qui couvre une partie du sud-est du Nigeria.

La révélation a été faite par son avocat alors que son procès reprend mardi.

Une tentative de sécession de la patrie sous le nom de République du Biafra en 1967 - l'année de naissance de M. Kanu - a déclenché une guerre civile de trois ans qui a tué plus d'un million de personnes.

Covid et insécurité, premières préoccupations des Nigérians en 2021
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:38 0:00


Les autorités nigérianes considèrent l'IPOB comme un groupe terroriste et l'ont accusé l'année dernière d'une série d'attaques contre des postes de police et des bureaux gouvernementaux dans le sud-est du pays. Le groupe nie ces accusations et les considère comme une tentative de le forcer à se dissoudre.

Nnamdi Kanu, un citoyen britannique, a été arrêté en 2015 mais a disparu alors qu'il était en liberté sous caution en avril 2017. Les autorités affirment que les commentaires qu'il a postés sur les réseaux sociaux et les émissions qu'il a diffusées sur les ondes de Radio Biafra ont encouragé les attaques contre les forces de sécurité nigérianes.

Sept chefs d'accusation

L'accusé a plaidé non coupable des sept chefs d'accusation qui pèsent sur lui, notamment celui de terrorisme, appel à la sécession et diffusion en connaissance de cause de fausses informations sur le président Muhammadu Buhari.

L'avocat de M. Kanu, Ifeanyi Ejiofor, a déclaré mardi que les procureurs avaient remis à l'équipe de défense un acte d'accusation modifié portant sur 15 chefs d'accusation.

Des manifestants tiennent des drapeaux du Biafra alors qu'ils participent à une manifestation à Durban, en Afrique du Sud, le 30 mai 2019.
Des manifestants tiennent des drapeaux du Biafra alors qu'ils participent à une manifestation à Durban, en Afrique du Sud, le 30 mai 2019.

L'acte d'accusation modifié représente "la pire forme de vice de procédure" et vise à retarder le procès et à maintenir son client en détention, a déclaré l'avocat dans un communiqué.

Les forces de sécurité nigérianes ont empêché les médias et certains partisans de M. Kanu d'assister au procès.

Nnamdi Kanu a comparu devant un tribunal à Abuja le 29 juin dernier après avoir été détenu dans un pays tiers dont l'identité n'a pas été révélée. Son avocat a affirmé qu'il avait été capturé et maltraité au Kenya, mais Nairobi nie toute implication.

Les élèves reprennent le chemin de l'école dans le nord du Nigeria

Des élèves de l'Oregun Junior and Senior High School assistent à des conférences dans une salle de classe à Lagos au Nigeria, le lundi 18 janvier 2021. (Photo AP/Sunday Alamba)

L'Etat de Zamfara dans le nord du Nigeria a rouvert une partie de ses écoles lundi quatre mois après leur fermeture en raison d'enlèvements de masse par des gangs criminels, a annoncé le gouvernement local.

Les écoles avaient été fermées en septembre à la suite de l'enlèvement de 80 élèves d'un établissement du secondaire dans le village de Kaya. Le nord-ouest du Nigeria est la cible d'une vague d'enlèvements de masse.

Le centre et le nord-ouest du Nigeria sont depuis des années le théâtre de gangs criminels, appelés localement "bandits", qui attaquent les villages, volent le bétail, pillent et tuent les habitants.

Les bandes criminelles ont graduellement orienté leurs activités vers les enlèvements d'écoliers afin d'obtenir des rançons des parents.

Au total, 115 écoles ont rouvert lundi et 85 autres sont restées fermées "jusqu'à ce que la situation sécuritaire s'améliore", selon un communiqué du ministère de l'Education de l'Etat.

Environ 1.500 écoliers ont été kidnappés par ces bandes l'an dernier au cours de 20 enlèvements de masse dans la région et 16 élèves y ont perdu la vie, selon l'agence des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

La plupart des otages ont été libérés après des négociations, mais certains demeurent en captivité.

Des centaines d'écoles ont été fermées en raison de ces enlèvements dans les Etats de Katsina, Kaduna, Zamfara, Niger, Sokoto et Jigawa.

Voir plus

XS
SM
MD
LG