Liens d'accessibilité

Nieto à Trump: "ni confrontation, ni soumission"


Enrique Pena Nieto et Donald Trump, Mexico, le 31 août 2016.(AP Photo/Marco Ugarte)

Le président mexicain Enrique Pena Nieto a lancé lundi à son homologue américain Donald Trump qu'il ne souhaitait "ni confrontation, ni soumission", tout en annonçant des négociations bilatérales avec les pays signataires du traité de libre-échange transpacifique (TPP), dont Washington vient de se retirer.

"Ni confrontation, ni soumission : la solution est dans le dialogue et la négociation", a déclaré M. Pena Nieto lors d'une conférence de presse, alors que la menace protectionniste des Etats-Unis se précise.

"Le Mexique ne croit pas aux murs", mais "aux ponts", a souligné le président mexicain dans un énième appel au dialogue respectueux avec son nouvel homologue américain qui avait promis durant sa campagne de construire un mur entre son pays et le Mexique, financé par Mexico.

"Nous allons travailler pour une frontière qui nous unit, et non qui nous divise" a ajouté le chef de l'Etat mexicain.

Il a par ailleurs annoncé que son pays allait ouvrir "immédiatement" des négociations bilatérales avec les pays signataires du TPP, dont Donald Trump a signé lundi le retrait des Etats-Unis.

Tandis que les incertitudes autour de l'avenir économique du Mexique s’accumulent, et ont déjà gravement affecté le peso - tombé à son plus bas historique face au dollar mi-janvier -, le président a annoncé une réorientation de la politique commerciale du Mexique.

"Nous allons continuer de renforcer nos relations avec les autres pays", a souligné M. Pena Nieto, insistant sur l'importance de diversifier les partenaires alors que le Mexique exporte actuellement 85% de ses produits vers son voisin du nord.

"Les entreprises mexicaines sont habituées à travailler avec des partenaires en majorité américains. Elles vont devoir s'ouvrir à d'autres marchés", ce qui prendra du temps, a commenté pour l'AFP Alonso Cervera, analyste chez Credit Suisse.

Adoptant un ton diplomatique mais ferme sur la question migratoire, M. Pena Nieto a demandé aux Etats-Unis "de garantir un traitement humain et de respecter les droits des migrants mexicains", notamment les envois d'argent vers leurs familles restées au Mexique.

Durant sa campagne, Donald Trump avait menacé de ponctionner ces sommes afin de financer la construction d'un mur à la frontière qui court sur plus de 3.000 kilomètres.

M. Trump avait affirmé dimanche qu'il allait commencer à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec les dirigeants du Canada et du Mexique.

Le président mexicain se rendra le 31 janvier à Washington pour rencontrer son homologue.

Les ministres mexicains des Affaires étrangères et de l'Economie doivent rencontrer leurs homologues américains mercredi et jeudi pour aborder les thèmes de la sécurité, des migrations et du commerce.

L'Aléna, entré en vigueur en janvier’94, associe les Etats-Unis, le Canada et le Mexique dans une vaste zone de libre-échange. Il fait partie des cibles privilégiées de Donald Trump qui l'accuse d'avoir encouragé l'exode d'emplois manufacturiers américains vers le Mexique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG