Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Des miliciens tuent 9 personnes au Nord-Kivu et en Ituri

Des soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) traversent une base ennemie récemment capturée le long de la ligne de front le 4 juillet 2019 dans la forêt de Wagu, dans l'est de la RDC. (Photo de John WESSELS / AFP)

Au moins neuf personnes ont été tuées par des milices dans le Nord-Kivu et en Ituri, en République démocratique du Congo, où l'armée affirme "traquer" les membres de groupes armés qui terrorisent les civils.

Dans le Nord-Kivu "quatre personnes ont été tuées" dans le territoire de Beni, a déclaré à l'AFP l'administrateur de ce territoire, Donat Kibwana.

Ce responsable local accuse comme d'habitude des membres du groupe armé des Forces démocratiques alliés (ADF), accusés du massacre de plus de 500 personnes depuis novembre.

A Beni, l'armée a présenté à la presse vingt membres présumés de groupes armés, dont sept membres présumés des ADF (quatre Ougandais et trois Congolais), et des combattants présumés de groupes armés locaux.

L'armée a appelé la population à "se désolidariser des ADF", qui ont intensifié leurs attaques depuis novembre, en représailles des opérations de l'armée contre leurs bases dans la région de Beni.

"Nous continuerons à traquer tout le monde", a assuré le général Chaligonza Nduru.

A l'origine, les ADF sont des rebelles musulmans ougandais qui se sont repliés dans l'est de la RDC en 1995, où ils ont fait souche depuis.

Actuellement,70% des combattants ADF sont "des enfants du pays", a affirmé le général Chaligonza Nduru.

Plus au nord en Ituri, cinq personnes ont également été tués par les miliciens de la secte ethnico-mystique Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), d'après des membres de la société civile locale.

Dans la province voisine du Sud-Kivu, l'armée a affirmé avoir blessé et capturé deux miliciens près d'un camp des déplacés dans la région de Minembwe, en proie aux conflits intercommunautaires.

Toutes les actualités

Plus de 1000 détenus se sont évadés de la prison de Beni

Un garçon passe devant le mur d'un centre de traitement du virus Ebola à Beni, en RDC, le 1er avril 2019. REUTERS/Baz Ratner

Au moins un millier de prisonniers, dont des présumés membres des Forces démocratiques et alliées (ADF), se sont évadés de la prison de Beni dans l'Est de la République démocratique du Congo, après une attaque attribuée à ce groupe armé, ont indiqué mardi des sources administrative et policière.

"La prison de Kangbayi a été attaquée par des ADF", a déclaré à l'AFP Modeste Muhindo Bwakanamaha, maire par intérim de Beni.

"Seule une centaine de détenus n'ont pas quitté la prison sur les 1.455 qui s'y trouvaient", a-t-il ajouté.

Selon Radio Okapi, les assaillants étaient lourdement armés et ils ont d'abord attaqué une position de l'armée qui surveillait la prison.

"Deux prisonniers (ont été) tués par balles et sur 1.300 détenus, un grand nombre s'est volatilisé dans la nature" après cette attaque conduite "par des rebelles ADF, vers 4h30", a pour sa part indiqué la police sur Twitter.

Des dizaines de militaires et policiers sécurisaient la prison mardi avant midi, tandis que les autorités locales visitaient le lieux, a constaté un correspondant de l'AFP.

Deux véhicules blindés de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) étaient positionnés sur les lieux.

Des riverains venus sur le lieux disaient craindre une recrudescence de "l'insécurité" après cette spectaculaire évasion, d'après les témoignages recueillis par l'AFP.

Les ADF sont accusés du massacre de plus d'un millier de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Ils sont accusés d'avoir tué des centaines de civils rien que depuis novembre l'année dernière, quand l'armée congolaise a annoncé une offensive contre leurs bases et leurs leaders dans la forêt et la jungle autour de Beni.

La radio onusienne Okapi précise que des combattants Maï-Maï faisaient aussi partie de ceux qui se sont évadés lors de l'attaque de mardi.

Les évasions ne sont pas rares dans les prisons surpeuplées de la RDC, construite pour la plupart pendant l'époque coloniale, avant 1960.

Nomination des juges: Tshisekedi "est dans l'erreur", selon Ferdinand Kambere du PPRD

Nomination des juges: Tshisekedi "est dans l'erreur", selon Ferdinand Kambere du PPRD
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Affaire Minembwe: "il y a eu tricherie en amont", selon le professeur Joseph Adolphe Voto

Affaire Minembwe: "il y a eu tricherie en amont", selon le professeur Joseph Adolphe Voto
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

La manifestation de l'opposant Martin Fayulu dispersée par la police à Kinshasa

La manifestation de l'opposant Martin Fayulu dispersée par la police à Kinshasa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG