Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Avec 1300 civils tués, l'ONU dénonce l'hécatombe et un désastre humanitaire en RDC

Des personnes ayant fui la République démocratique du Congo sont rassemblées au camp de réfugiés de Kyangwali, géré par le HCR, à Kyangwali, en Ouganda, le 19 mars 2018. (Photo Reuters)

Près de 1.300 civils ont été tués et plus d'un demi-million déplacés dans divers conflits entre groupes armés et forces de sécurité en République démocratique du Congo (RDC) en quelques mois, a alerté l'ONU vendredi, en pointant de possibles "crimes contre l'humanité ou crimes de guerre".

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a affirmé dans un communiqué que "le caractère généralisé et systématique de certaines des attaques contre des civils en Ituri et au Nord-Kivu peut constituer des crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre".

Elle s'est généralement dite "consternée" par l'augmentation dans le pays d'"attaques brutales contre des civils innocents par des groupes armés, et par la réaction des forces militaires et de la police qui ont également commis de graves violations, y compris des meurtres et des violences sexuelles".

Selon le communiqué, le nombre de victimes a fortement augmenté ces dernières semaines alors que les conflits dans trois provinces de l'est du pays - Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu - se sont propagés.

Ces violences ont jeté des centaines de milliers de personnes sur les routes.

Plus de 400.000 personnes ont été déplacées dans le Nord-Kivu depuis septembre, tandis que 110.000 autres, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été déplacées par la violence dans le Sud-Kivu entre janvier et fin mai, selon l'ONU.

En Ituri, la violence s'est propagée dans de nouvelles zones alors que le nombre de groupes armés s'est multiplié. Le principal groupe armé reste selon l'ONU la Codeco (Coopérative pour le développement du Congo), composé principalement de combattants issus de la communauté Lendu, et dont le principal dirigeant, Justin Ngudjolo, a été tué le 25 mars.

Le Haut-Commissariat accuse la Codeco et d'autres combattants Lendu de poursuivre "une stratégie de massacres de résidents locaux, principalement Hema, mais aussi Alur, depuis 2017", afin de contrôler les ressources naturelles dans la région.

- "Plus atroces" -

Les attaques commises par des groupes armés en Ituri sont devenues de plus en plus "atroces", se caractérisant notamment par des décapitations et des mutilations de cadavres selon l'ONU. Mais "jusqu'à présent, les communautés ciblées se sont abstenues de riposter", a souligné Mme Bachelet.

Selon l'ONU, entre octobre et fin mai, au moins 531 civils ont été tués par des groupes armés en Ituri, dont 375 depuis mars. Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et la Police nationale congolaise (PNC) auraient également tué 17 civils au cours de la même période.

Au Nord-Kivu, le lancement d'opérations militaires par les forces de sécurité et de défense en novembre 2019 a donné lieu à des représailles contre les populations civiles de la part du principal groupe armé, les ADF, qui ont tué d'octobre à fin mai au moins 514 civils. Les forces de sécurité ont fait près de 85 victimes.

Au Sud-Kivu, au moins 74 personnes ont été tuées depuis octobre et au moins 36 femmes et enfants violés dans une recrudescence de la violence ethnique, alimentée par des discours haineux.

Le communiqué note aussi que des dizaines de civils ont été tués au Kongo Central et à Kinshasa fin mars et avril lors d'opérations menées par les forces de sécurité contre des militants du groupe politico-religieux Bundu Dia Kongo (BDK).

Toutes les actualités

Des experts congolais et zambiens ont interrompu leurs pourparlers à Lubumbashi

Des experts congolais et zambiens ont interrompu leurs pourparlers à Lubumbashi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Des morts dans une embuscade contre des jeunes près de Beni

Le personnel médical de l'hôpital d'Oicha soigne un homme gravement blessé à la tête après une attaque perpétrée par des assaillants inconnus dans son village voisin, à Oicha, le 29 janvier 2020.

Au moins quatre personnes, dont une adolescente, ont été tuées dans une embuscade tendue à un groupe de jeunes dans la région de Beni, l'un des principaux foyers de violence de l'Est de la République démocratique du Congo, après quelques jours d'accalmie.

"Nous venons d'enregistrer quatre morts" , trois garçons et une fille de 16 ans, dans une embuscade contre "un groupe de jeunes qui allaient effectuer des travaux (d'intérêt) communautaires", a déclaré à l'AFP Richard Kivanzanga, administrateur assistant du territoire de Beni, province du Nord-Kivu (Est).

M. Kivanzanga a accusé les Forces démocratiques alliées (ADF) d'être responsable de la tuerie qui a eu lieu dans le village Makele, situé à 10 km d'Oïcha, dans le territoire de Beni.

Historiquement des rebelles musulmans ougandais, les ADF se sont installés dans les années 1990 dans cette région, une des plus dangereuses de l'est du pays.

Des civils y sont régulièrement kidnappés dans leurs champs ou tués dans leurs maisons, dans des épisodes de violences qui se suivent et se ressemblent depuis octobre 2014 dans cette région, faisant plus de 1.000 morts.

Depuis le début du mois d'août, aucune attaque n'avait été rapportée dans cette région où l'armée poursuit ses opérations "d'envergure" lancées contre les ADF depuis octobre 2019.

L'Est de la RDC est violemment disputé par des dizaines de groupes armés, congolais et étrangers depuis près de 30 ans.

L'Union européenne est contre la réinsertion des anciens miliciens congolais

Les membres d'une milice dans les haut-plateaux, au Sud-Kivu, RDC, avril 2017. (VOA/Charly Kasereka)

Le représentant de l'Union européenne a appelé à ne pas "récompenser les auteurs de crimes de sang", en réinsérant dans l'armée des anciens rebelles et miliciens en République démocratique du Congo, déchirée par des violences meurtrières depuis près de 30 ans.

Les programmes de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) des anciens miliciens peuvent constituer un outil intéressant pour mettre fin aux violences, mais "il faut éviter de récompenser les auteurs de crimes de sang en les intégrant dans l'armée ou en les +réinsérant+", a affirmé Jean-Marc Chataigner, ambassadeur de l'Union européenne en RDC.

Depuis près de trois décennies, Kinshasa négocie les redditions des groupes armés avant d'intégrer combattants et commandants au sein de l'armée régulière, sans jamais parvenir à mettre fin à l'activisme des miliciens dans sa partie orientale.

"Il n'y aura pas de paix durable en RDC sans justice rendue aux victimes", a-t-il ajouté, dans un message transmis à l'AFP, après une réunion à Kinshasa.

Celle-ci a associé les partenaires au développement de la RDC et Claude Ibalanky, conseiller à la présidence et coordonnateur congolais du Mécanisme national de suivi de l'accord d'Addis-Abeba (accord régional signé en février 2013 pour tenter de ramener la paix dans la région des Grands Lacs).

La situation d'insécurité qui prévaut dans l'est de la RDC (Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu) et les moyens à mettre en œuvre pour ramener la paix dans cette région des Grands Lacs, meurtrie par des années de conflits et d'exactions ont été abordés lors de la réunion, a précisé le représentant européen.

Depuis près de 30 ans, l'Est de la RDC est violemment disputé par des dizaines de groupes armés, congolais et étrangers.

Pour M. Chataigner, les facteurs de crises sont nombreux: "tensions communautaires et agro-pastorales, liens des groupes armés (on n'en compte pas moins de 135 actifs) avec des intérêts miniers illicites, pauvreté et chômage massif des jeunes, instrumentalisation des tensions à des fins politiques (par des +tireurs de ficelle+ extérieurs)".

La réponse à "ce +désordre généralisé+ implique la restauration de l'autorité de l'État congolais, à travers des moyens politiques, économiques, militaires et de développement", a estimé le diplomate européen.

Le kényan Equity group holdings acquièrt 66,53 % d'actions de la Banque commerciale du Congo

L'entrepreneur belgo-congolais George Forrest dans son bureau de Lubumbashi le 16 février 2018. Ce fils d'un Néo-Zélandais, installé dans l'ancienne colonie belge, a réussi à bâtir l'une des plus grandes fortunes d'Afrique. / AFP PHOTO / SAMIR TOUNSI

En République démocratique du Congo, le millionnaire belge George Forrest, actionnaire majoritaire de la plus ancienne banque privée du pays, a vendu ses parts à la firme kényane Equity group holdings, selon un communiqué du groupe kényan publié mercredi.

"Je vends mes actions à Equity Group Holdings dans l'espoir que cette institution devienne la plus grande banque du Congo", a déclaré l'homme d'affaire belge installé en RDC George Forrest, cité par le communiqué de Equity annonçant la cession.

"Aujourd'hui, Equity Group Holding a annoncé la finalisation de l'acquisition de 66,53 % d'actions de la Banque commerciale du Congo (BCDC) pour un montant total de 95 millions de dollars", a précisé le groupe bancaire kényan opérant en RDC depuis 2005.

L'empire Forrest opère en RDC depuis 1922, principalement dans les mines dans la province de l'ex-Katanga (sud-est).

Il avait acquis en 2009 plus des deux tiers des actions de la Banque commerciale du Congo (BCDC), la plus vielle banque privée du pays, installée de manière ininterrompue en RDC depuis 1909.

"Nous sommes convaincus que la fusion et le regroupement de ces deux filiales produiront une banque fusionnée avec un total bilan de plus de deux milliards de dollars", note Equity, quatrième banque sur la vingtaine active en RDC, persuadée que "l'entité fusionnée est en passe de devenir la plus grande institution bancaire en RDC dans un délai d'un an".

La création de ce nouveau groupe bancaire intervient alors que la première banque privée du pays, Rawbank, est impliquée dans une vaste enquête anti-corruption, soupçonnée de complicité de détournement de fonds publics destinés à financer les grands chantiers lancés par le nouveau chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, il y a un an.

George Forrest, 79 ans, est l'une des plus grandes fortunes d'Afrique francophone.

Les autorités de Goma ont lancé des contrôles pour exiger le port obligatoire du masque

Les autorités de Goma ont lancé des contrôles pour exiger le port obligatoire du masque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG