Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Migrants : le président du Guatemala annule un rendez-vous avec Trump

Le président du Guatemala, Jimmy Morales le 5 juin 2019.

Le président du Guatemala Jimmy Morales, en butte à une forte opposition à un éventuel accord migratoire avec les Etats-Unis, a annulé un rendez-vous prévu lundi à Washington avec le président américain Donald Trump, a annoncé dimanche le gouvernement guatémaltèque.

Un communiqué du gouvernement, précise que le rendez-vous programmé pour le lendemain a été reporté sine die en raison des "spéculations" faisant état de la possible signature d'un accord migratoire. Celui-ci prévoirait de faire du Guatemala un "pays tiers sûr" où les migrants désireux de se rendre aux Etats-Unis feraient les démarches de demande d'asile.

Le gouvernement guatémaltèque, qui avait annoncé la visite à Washington du chef de l'Etat jeudi dernier pour traiter de "sujets de migration et de sécurité", a observé le mutisme le plus total sur l'agenda exact du rendez-vous avec Donald Trump. Ce silence officiel a laissé libre cours aux "spéculations" sur la conclusion d'un accord migratoire, d'autant que des responsables gouvernementaux ont reconnu l'existence de négociations à ce sujet.

La polémique intervient moins d'un mois avant le second tour le 11 août de l'élection présidentielle qui doit décider qui, de la sociale-démocrate Sandra Torres ou du candidat de droite Alejandro Giammattei, succédera en janvier au président Morales.

Les opposants à un accord migratoire font valoir que le Guatemala ne peut pas jouer le rôle de réceptacle des migrations à destination des Etats-Unis, étant lui-même l'un des principaux émetteurs de candidats au "rêve américain".

Trois recours seront examinés dimanche après-midi par la Cour constitutionnelle du Guatemala contre un éventuel accord avec Washington, rejeté en outre par les deux finalistes de la compétition présidentielle.

Pour Amnesty International (AI) et d'autres organisations de défense des droits de l'homme, le Guatemala ne réunit pas les conditions pour être un "pays sûr". "La législation au Guatemala (...) ne permet pas de distinguer ceux qui recherchent une protection contre la violence ou de graves menaces pour leur sécurité et les autres", relève Juliana Cano Nieto, directrice adjointe d'AI pour les Amériques.

L'administration de Donald Trump a supprimé en mars ses aides au "Triangle du Nord" centroaméricain (Salvador, Guatemala et Honduras), à la demande du président républicain qui les accuse de ne "rien" faire pour empêcher les migrants de se rendre aux Etats-Unis.

La misère dont souffrent 59% des 17,7 millions d'habitants du Guatemala ainsi que la violence des gangs criminels, poussent chaque année des dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants à chercher une vie meilleure aux Etats-Unis.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le nouveau président du Pérou réforme la police et évince 15 généraux

Francisco Sagasti, président par intérim du Pérou, à Lima, le 16 novembre 2020 (AFP)

Le nouveau président du Pérou, Francisco Sagasti, a ordonné une réforme de la police, en a changé le dirigeant et évincé 15 généraux, en réponse à la répression violente de manifestations menée par le gouvernement antérieur.

"J’ai pris la décision de nommer le général César Augusto Cervantes nouveau commandant de la police", a annoncé lundi à la télévision le dirigeant par intérim du pays, le centriste Francisco Sagasti, six jours après avoir accédé au pouvoir en remplacement du gouvernement éphémère de Manuel Merino.

Le général Cervantes remplace le général Orlando Velasco, qui était à la tête de la police depuis le 7 août. Ce dernier n'avait pourtant pas été tenu responsable de la répression violente des manifestations de la mi-novembre, parce qu’il était en congé de maladie.

Quinze généraux de la police ont été mis à la retraite, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Ruben Vargas, à la radio RPP. "Nous voulons une police qui continue à défendre la démocratie, les droits fondamentaux, qui nous rende la sécurité", a commenté le ministre.

Une mission de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits humains s’est rendue à Lima pour obtenir des informations sur la répression policière des manifestations contre le précédent président, Manuel Merino, qui avait abouti à la mort de deux jeunes protestataires de 22 et 24 ans, le 14 novembre à Lima.

L’utilisation de fusils tirant des plombs de chasse et des billes de verre avait également fait une centaine de blessés dans la capitale. Des cas de sévices sexuels avaient été rapportés, sur des femmes détenues dans des postes de police.

Des enquêtes sont en cours pour établir les responsabilités.

Francisco Sagasti est devenu le 17 novembre le nouveau chef de l'Etat par intérim, avec la tâche de mettre fin à la profonde crise politique qui secoue ce pays sud-américain et de le conduire aux élections générales d'avril 2021.

Il est le troisième à occuper ce poste en un peu plus d'une semaine.
Le 9 novembre, les députés avaient voté la destitution du populaire président Martin Vizcarra (centre-droit) pour des soupçons de corruption lorsqu'il était gouverneur en 2014.

Le chef du Parlement, l'opposant Manuel Merino, avait pris les rênes du pays, provoquant la colère de milliers de manifestants qui dénonçaient ce qu'ils considéraient comme un "coup d'Etat" parlementaire.

Après cinq jours de manifestations violemment réprimées, M. Merino, lâché par la classe politique, avait finalement démissionné.

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving

Trump va gracier une dinde pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Décès du premier maire noir de New York à 93 ans

L'ancien maire de New York, David Dinkins, assiste au discours du gouverneur Andrew Cuomo sur l'état de l'État dans le bâtiment One World Trade Center de New York, le lundi 9 janvier 2017.

Le premier et unique maire noir de New York, David Dinkins, est décédé à l'âge de 93 ans, ont rapporté mardi les médias américains.

Ce démocrate avait été maire de New York de 1990 à 1993 après l'avoir emporté face à Rudy Giuliani et Edward Koch.

Son mandat avait été marqué par des troubles à caractère racial et antisémite, notamment en 1991 à Crown Heights, dans l'arrondissement de Brooklyn, et la mort d'un étudiant juif.

David Dinkins, qui avait hérité d'une ville frappée par le racisme, la pauvreté et la violence, avait essuyé à l'époque de nombreuses critiques pour son incapacité présumée à assurer ses fonctions.

Né en 1927 à Trenton, dans le New Jersey (nord-est), il est décédé de mort naturelle à son domicile moins de deux mois après le décès de son épouse Joyce, a rapporté le New York Times.

David Dinkins avec Hillary Clinton.
David Dinkins avec Hillary Clinton.

Dans une ville sous tension, en avril 1989 cinq jeunes avaient été accusés à tort pour le viol et les blessures infligées à une joggeuse blanche de 28 ans, Trisha Meili, à Central Park. Ils avaient porté plainte contre la ville de New York et obtenu réparation.

Quelques mois plus tard, un adolescent noir, Yusuf Hawkins, avait été tué par un groupe de jeunes blancs à Brooklyn.

Un million de New-Yorkais recevaient à l'époque des allocations pour survivre et un millier de meurtres étaient enregistrés chaque année à New York. Le crack avait débarqué dans la ville et faisait des ravages.

David Dinkins a été à la tête de l'une des mairies les plus ouvertes de l'histoire de New York, incluant de nombreuses femmes, le premier Portoricain à la tête des pompiers de la ville et un psychiatre noir ouvertement homosexuel comme responsable de la santé mentale.

Connu pour ses costumes raffinés et sa politesse, M. Denkins était considéré "trop gentil" pour tenir et diriger une ville comme New York.

Défait aux élections municipales par Rudy Giuliani après un seul mandat, M. Dinkins avait déclaré: "Mes amis, nce que nous avons fait a été historique. Personne ne peut nous l'enlever".

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:39 0:00

Nouvelles manifestations anti-racisme au Brésil

Funérailles de João Alberto Silveira Freitas à Porto Alegre au Brésil, 21 novembre 2020.

Plusieurs manifestations anti-racistes ont eu lieu dimanche au Brésil devant des magasins du groupe Carrefour, pour protester contre la mort d'un homme noir roué de coups jeudi par des vigiles blancs dans un supermarché à Porto Alegre.

À Rio de Janeiro, une centaine de manifestants étaient réunis dans un centre commercial où se trouve un de ces supermarchés du groupe français, ont constaté des journalistes de l'AFP.

D'autres manifestations ont rassemblé plusieurs dizaines de personnes réclamant le boycott de Carrefour, notamment à Salvador de Bahia (nord-est), ou à Santos (sud-est). D'autres rassemblements de ce type avaient eu lieu vendredi et samedi.

Sur les pancartes des manifestants à Rio, on pouvait lire "Carrefour assassin" ou "Les vies noires comptent", slogan du mouvement Black Lives Matter, qui a organisé les manifestations de masse après la mort de George Floyd, Américain noir mort sous le genou d'un policier blanc.

Au Brésil, Joao Alberto Silveira Freitas, 40 ans, a été tabassé à mort jeudi soir par deux agents de sécurité blancs travaillant pour un sous-traitant d'un supermarché Carrefour à Porto Alegre (sud).

Les images insoutenables d'une vidéo montrant la victime frappée à coups de poing par un vigile sur le parking pendant que l'autre le tenait ont choqué le Brésil, qui célébrait vendredi le jour de la Conscience Noire.

Vendredi soir, dans une série de tweets en portugais, le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, a exprimé ses condoléances après cet "acte horrible" et estimé que les images étaient "insupportables".

Il a également demandé "une revue complète des actions de formation des salariés et des sous-traitants, en matière de sécurité, de respect de la diversité et des valeurs de respect et de refus de l'intolérance".

"Nous n'acceptons plus ces excuses, ils ont promis des mesures, mais on n'a encore rien vu", a dénoncé Djefferson Amadeus, de l'Institut de Défense du peuple noir, qui manifestait dimanche à Rio.

"Nous n'allons pas nous taire tant qu'on continue à tuer notre peuple, cela montre que le racisme est encore bien présent au Brésil, non seulement au supermarché, mais aussi dans les favelas (quartiers pauvres de Rio)", a renchéri Thais dos Santos, manifestante de 23 ans.

Samedi, le président d'extrême droite Jair Bolsonaro a critiqué les mouvements anti-racistes, les accusant lors d'un discours au sommet virtuel du G20 de tenter d'importer au Brésil des "tensions qui ne font pas partie de son histoire".

Voir plus

XS
SM
MD
LG