Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Affaire Epstein : le ministre du Travail de Trump annonce sa démission

Donald Trump et Alexander Acosta à la Maison Blanche le 12 juillet 2019.

Le ministre américain du Travail Alexander Acosta, dans la tourmente pour sa gestion, il y a une dizaine d'années, du dossier juridique du financier Jeffrey Epstein, accusé d'abus sexuels sur des mineures, a annoncé vendredi sa démission.

"J'ai appelé le président ce matin pour lui dire que je pensais que démissionner était la meilleure chose à faire", a déclaré M. Acosta depuis les jardins de la Maison Blanche aux côtés de Donald Trump. "Alex Acosta a été un très bon ministre du Travail", a commenté le président américain.

M. Acosta se voyait reprocher depuis plusieurs jours d'avoir en 2008, alors qu'il était procureur fédéral en Floride, négocié un accord en justice jugé trop favorable à M. Epstein.

Ce riche investisseur en fonds spéculatifs a de nouveau été inculpé lundi à New York d'exploitation sexuelle de dizaines de mineures. Il encourt jusqu'à 45 ans de prison.

Or M. Epstein, qui a entretenu de nombreuses amitiés, notamment avec Donald Trump, l'ex-président démocrate Bill Clinton ou encore le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II, avait été visé par des accusations semblables en Floride il y a une décennie.

L'accord négocié par les procureurs sous l'égide de M. Acosta avait à l'époque évité un procès à Jeffrey Epstein, tenu à l'écart de ses victimes et prévu des conditions particulièrement favorables d'aménagement de sa peine de détention.

Toutes les actualités

L’Iran accusée après l’attaque de deux sites pétroliers en Arabie Saoudite

L’Iran accusée après l’attaque de deux sites pétroliers en Arabie Saoudite
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Attaques de drones: l'impossible parade

Drone Militaire américaine aux Philippines.

Les dégâts infligés samedi par les rebelles yéménites Houthis aux infrastructures pétrolières saoudiennes illustrent la quasi-impossibilité pour un pays, même richissime, de protéger ses infrastructures vitales d'une telle menace asymétrique, soulignent experts et officiels. 

Les dégâts infligés samedi par les rebelles yéménites Houthis aux infrastructures pétrolières saoudiennes illustrent la quasi-impossibilité pour un pays, même richissime, de protéger ses infrastructures vitales d'une telle menace asymétrique, soulignent experts et officiels.

Les dommages sévères subis par l'usine d'Abqaiq et le gisement de Khurais, dans l'Est du pays, ont résulté d'une attaque menée par dix drones, écrit lundi le centre d'analyse américain Soufan Center.

L'emploi additionnel de missiles de croisière est possible, ajoute le Centre, citant des responsables de l'administration américaine.

Ce sont des armes dont disposent les Houthis, appuyés par l'Iran depuis le début de leur confrontation au Yémen avec une coalition menée par Ryad, il y a cinq ans. Ils ont prouvé à plusieurs reprises, notamment depuis le printemps 2019, que ces armes parvenaient à percer les défenses saoudiennes.

Face à une telle menace "il faut un système de défense ultra-perfectionné, comme seul en dispose, je pense, un groupe aéronaval américain" organisé autour d'un des porte-avions de l'US Navy, assure à l'AFP l'ancien chef d'un service français de renseignement, qui, toujours tenu au devoir de réserve, demande à ne pas être identifié.

"Une attaque coordonnée comme celle qui a été menée samedi n'est pas à la portée de n'importe qui, et ce n'est pas non plus à la portée de tout le monde de pouvoir se défendre contre une attaque comme ça", ajoute-t-il.

Début juillet, les Houthis ont présenté en grande pompe, lors d'une cérémonie dans un lieu tenu secret, un drone-bombardier, baptisé le "Sammad 3" et un missile de croisière, dénommé "Al-Qods". Ils disposent également d'un drone armé d'explosifs appelé "Qasef 2".

"C'est le pouvoir égalisateur de la technologie, qui permet à des gueux de pouvoir menacer de grandes puissances", s'indignait récemment un haut gradé de l'armée française, sous couvert d'anonymat. "Nous sommes défaits par des engins de 250 kilos, comme nous sommes défaits par des mines au Mali".

- Fusils brouilleurs, drones programmables -

L'Arabie Saoudite a dépensé des fortunes pour se doter de systèmes de défense sol-air, comme des batteries de missiles anti-missiles américains Patriot, de radars et d'une force aérienne ultra-moderne.

Ses dépenses en armement ont dépassé en 2018 les 65 milliards de dollars, selon l'Institut de recherche pour la Paix de Stockholm.

Becca Wasser, analyste au centre de réflexion réputé Rand Corp, précise à l'AFP que "pour l'essentiel, l'Arabie Saoudite compte sur ses systèmes Patriot pour intercepter les projectiles Houthis, mais les résultats sont mitigés, étant donné que les Patriot sont destinés à détruire des missiles, plutôt que des drones".

"L'emploi de drones indique que les Houthis ont trouvé la faille dans leurs systèmes de défense", juge-t-elle.

Les dimensions des installations pétrolières saoudiennes, par endroits de la taille de grandes villes, et leur dispersion dans le royaume les rendent en outre extrêmement difficiles à protéger en permanence, face à une menace protéiforme.

Les drones des Houthis, mis au point selon un rapport d'experts de l'ONU publié en 2018 à l'aide de pièces d'origine iraniennes, sont de dimensions variables et peuvent évoluer à des vitesses et des altitudes variées, rendant plus difficile leur interception.

"Le problème, c'est qu'il n'existe pas de système unique pour traiter tous les cas, et la menace drone évolue sans cesse" commente un ingénieur militaire français.

"Aujourd'hui, les sites sensibles sont protégés par des radars et des fusils brouilleurs, mais il existe désormais des drones autonomes, programmables" et ainsi insensibles au brouillage GPS, ajoute-t-il. "Leur vitesse va également augmenter: il va falloir les détecter plus vite et plus loin".

Le 19 août, l'armée de l'air saoudienne a publié les images de l'un de ses chasseurs-bombardiers F-15 détruisant en plein vol un drone Qasef-2 au-dessus du Yémen, et a assuré avoir neutralisé une vingtaine de ces appareils au cours de l'année écoulée.

D'après les vidéos mises en ligne par les Houthis, leur drone d'attaque "Sammad 3" dispose d'un rayon d'action de 1.500 km, mettant tout le territoire d'Arabie Saoudite à sa portée, ainsi que plusieurs régions des Émirats Arabes Unis, alliés de Ryad dans la guerre au Yémen.

La rencontre Trump-Rohani n'est pas exclue selon la Maison blanche

La rencontre Trump-Rohani n'est pas exclue selon la Maison blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Des dizaines de milliers d'employés de GM appelés à la grève

Des dizaines de milliers d'employés de GM appelés à la grève
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:27:41 0:00

Trump pourrait toujours rencontrer Rohani malgré les attaques de drones

Trump pourrait toujours rencontrer Rohani malgré les attaques de drones
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:27:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG