Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis déploient un système d'artillerie sophistiqué dans le sud syrien


Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, est salué par l'ambassadeur des États-Unis en Irak, Stu Jones, à gauche, et le lieutenant-général de l'armée, James Terry, à son arrivée à l'aéroport international de Bagdad à Bagdad, Irak, 23 juillet 2015.

Le système Himars est un système mobile, monté sur camion, qui a déjà été déployé en Irak et en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI).

Les Etats-Unis ont déployé leur sophistiqué système d'artillerie Himars dans le sud de la Syrie près d'Al-Tanaf, où des forces américaines sont présentes pour entrainer des groupes syriens locaux contre l'EI, a confirmé jeudi un responsable de la Défense américain.

Le responsable s'est refusé à donner tout détail sur le nombre de batteries déployées ou leur mission exacte.

Les Etats-Unis s'inquiètent de la présence à quelques dizaines de kilomètres d'Al-Tanaf de forces pro-régime et ont déjà annoncé qu'ils renforçaient leurs positions face à la "menace" qu'elles représentent.

Des avions américains ont bombardé à plusieurs reprises des éléments de ces forces, selon eux soutenues par l'Iran, qui s'étaient approchés de la base d'Al-Tanaf ou les forces américaines sont présentes.

Le système Himars est un système mobile, monté sur camion, qui a déjà été déployé en Irak et en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI).

Il est monté sur un camion et tire des roquettes guidées par GPS, d'une portée de 70 kilomètres. Il peut aussi tirer un petit missile lui aussi guidé au GPS, avec une portée de 300 kilomètres et une charge explosive d'environ 220 kilos.

Le système Himars permet notamment de continuer à faire des frappes de précision, même lorsque les conditions météorologiques ne permettent pas aux avions et aux drones d'opérer.

Al-Tanaf est située sur l'axe Damas-Bagdad, à la frontière avec l'Irak et non loin de la frontière jordanienne.

Des forces spéciales de la coalition y entrainent depuis des mois des forces locales qui se battent contre les jihadistes de l'EI.

Les tensions avec les forces pro-régime à Al-Tanaf interviennent dans un contexte de rivalités grandissantes pour savoir qui va mener le combat contre l'EI dans l'est de la Syrie.

Le président syrien Bachar al-Assad essaie d'éviter que les Etats-Unis ne soient le pays qui dirige ce combat.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG