Liens d'accessibilité

Les Angolais privés de deux chaînes de télé jugées trop critiques

  • VOA Afrique

Capture d'écran d'une émission sur la chaîne portugaise SIC Noticias.

Les téléspectateurs angolais sont totalement privés depuis lundi de deux chaînes de télévision portugaises jugées trop critiques par le gouvernement de Luanda, après la décision d'un second diffuseur de les supprimer de son bouquet satellitaire.

Ces deux chaînes, SIC Noticias et SIC Internacional, "ne font plus partie du bouquet de programmation de Multichoice depuis 23h59 dimanche", a déclaré à l'AFP un responsable du diffuseur DSTV Multichoice en Angola, Amor Leandro.

Ce responsable a justifié la décision par le "peu d'audience" des deux canaux, sans autre détail.

Les chaînes SIC ont déjà été retirées en mars des programmes diffusés par le fournisseur de télévision par satellite angolais ZAP, propriété d'Isabel dos Santos, la fille du président José Eduardo dos Santos, présentée comme la femme la plus riche d'Afrique et patronne de la compagnie pétrolière nationale Sonangol.

En novembre 2016, la chaîne SIC avait diffusé un reportage dénonçant la corruption du régime dos Santos et intitulé sans détour "Angola, un pays riche de 20 millions de pauvres".

Ce média a récidivé en mars en mettant en cause le chef de l'Etat angolais dans le scandale financier qui a provoqué la faillite de l'empire bancaire portugais Espirito Santo en 2014.

La radiotélévision publique portugaise (RTP) reste toutefois accessible en Angola.

Au pouvoir depuis 1979, M. dos Santos, 74 ans, a annoncé qu'il ne se représenterait pas lors des élections d'août prochain.

Il est critiqué par ses adversaires pour avoir mis l'Etat et l'économie en coupe réglée, notamment en offrant à sa famille et à ses proches la direction de nombreuses entreprises.

L'Angola figure au 164e rang sur 176 pays au dernier classement de l'ONG Transparency International sur la corruption.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG