Liens d'accessibilité

Le Venezuela rejette les attaques "racistes" de Trump


Le ministre des Affaires étrangères vénézuelien Jorge Arreaza parle aux journalistes au siège des Nations unies, à New York, 25 août 2017.

Le ministre des Affaires étrangères vénézuelien a rejeté mardi les menaces de Donald Trump contre son pays, l'accusant de reprendre des théories "racistes" et de parler "tel un général" prêt à "envahir d'autres pays".

"Nous n'acceptons pas les menaces du président Trump", qui a exposé "des théories racistes" et est "revenu à la guerre froide", a déclaré Jorge Arreaza à des journalistes à l'ONU.

Dans son premier discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, le président américain avait jugé un peu plus tôt "inacceptable" la situation au Venezuela, en pleine déroute économique et secoué depuis des mois par des manifestations de l'opposition, qui réclame le départ du président Nicolas Maduro.

"Les Etats-Unis ont pris d'importantes mesures pour que le régime ait des comptes à rendre", avait encore déclaré le numéro un américain. "Nous sommes prêts à d'autres actions si le gouvernement vénézuélien persiste à imposer la voie autoritaire au peuple vénézuelien", avait-il ajouté, sans préciser quelles autres actions Washington pourrait envisager.

Le ministre Arreaza a qualifié le discours du président américain de "triste pour le monde", l'accusant de s'être exprimé "tel un général d'armée", prêt à "envahir d'autres pays".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG