Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Le tirage au sort du Mondial 2018 pas toujours favorable aux Africains

Le tirage au sort de la Coupe du monde 2018 au Kremlin, Moscou, le 1er decembre 2017

A Moscou, Marocains et Tunisiens ont vu le ciel s'assombrir en vue d'une qualification pour les 8e de finale de la Coupe du monde l'été prochain en Russie. L'Egypte, le Sénégal et le Nigeria ont des groupes plus abordables. VOA Afrique fait le point

L'Afrique parviendra-t-elle enfin à placer une équipe en demi-finale d'une coupe du monde ? Réponse l'été prochain en Russie.

Pour cette édition 2018, pas de groupe de la mort mais 8 poules plus ou moins homogènes dans lesquelles les cinq représentants africains devront se sortir.

Le pays organisateur, la Russie, sous les yeux de son président Vladimir Poutine, a hérité d'un groupe plutôt relevé au regard de son niveau actuel.

Les Russes joueront leur premier match le 14 juin au stade Loujniki de Moscou contre l'Arabie saoudite mais devront ensuite affronter l'Uruguay d'Edinson Cavani et Luis Suarez, et l'Egypte de la star de Liverpool Mohamed Salah.

Les Pharaons, de retour après 28 ans d'absence, auront à cœur de prouver leur valeur et peuvent logiquement nourrir des ambitions.

Dans le groupe B, les Marocains ont eu les yeux qui piquent en decouvrant leurs adversaires : Portugal, Espagne et Iran.

Comme le résume Hervé Renard, le sélectionneur du Maroc : "on a voulu y être à cette Coupe du monde, et bien maintenant on y est. On est dans le grand bain, on va jouer deux monstres: le champion d'Europe en titre avec sa grande star Cristiano Ronaldo et puis l'équipe d'Espagne que tout le monde voulait éviter."

Sur VOA Afrique, le président de la Confédération africaine de football Ahmad reconnait que "c'est dur" pour le Maroc mais estime que tout se jouera sur le terrain car, selon lui, "on ne peut pas prédire aujourd'hui dans le foot mondial". Ahmad pense que deux à trois équipes africaines se qualifieront en 8e de finale l'été prochain.

​Dans le groupe C, la France est logiquement favorite face à l'Australie, le Danemark et le ih

Dans le groupe D, un classique des coupes du monde : l'Argentine affrontera pour la 5e fois de l'histoire d'une phase finale le Nigeria

Les Super Eagles n'ont jamais dépassé les 8es de finale d'un Mondial mais Obi Miket et ses partenaires peuvent se qualifier devant ​l'Islande et la Croatie

Considéré comme un des grands favoris du Mondial 2018, le Brésil a hérité d'un groupe largement à sa portée, avec la Suisse, le Costa Rica et la Serbie, semant un vent d'optimisme chez les quintuples champions du monde.

L'Allemagne, championne du monde en titre, aura aussi un premier tour à sa portée contre le Mexique la Suède et la Corée du Sud.

Dans le groupe G, les Aigles de Carthage devront créer l'exploit pour renverser les Belges ou les Anglais, sans compter les coriaces Panaméens

Les Lions de la Teranga eux joueront l'été prochain contre la Pologne, la Colombie et le Japon. Des adversaires moins redoutés que certains cadors du football mondial mais gare au piège pour l'équipe de Sadio Mané qui revient en coupe du monde après seize ans d'absence.

Le président de la fédération sénégalaise de football appelle à la prudence sur VOA Afrique : "C'est un sentiment mitigé. On a la satisfaction de se dire qu'on a évité certains cadors. C'est là que réside le piège. Si on est pris par le péché de l'excès de confiance, on est mort dans ce groupe."

Depuis Moscou, Augustin Senghor estime que "ces équipes sont mieux classées que nous pour la plupart, il faut respecter nos adversaires et nous devrons nous battre pour survivre."

See all News Updates of the Day

Aubameyang contre le Burundi

Aubameyang contre le Burundi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:52 0:00

Euro-2020: Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal

Euro-2020: Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal

Cristiano Ronaldo, marque un but lors du match opposant la Juventus A et la Juventus B, Itlaie, le 12 août 2018

Après une absence de presque neuf mois, Cristiano Ronaldo s'est entraîné avec l'équipe du Portugal pour la première fois depuis le Mondial-2018, mardi au centre d'entraînement de la Fédération portugaise de football près de Lisbonne.

Le groupe des champions d'Europe en titre était donc au complet au deuxième jour du stage de préparation pour les premiers matches de qualification pour l'Euro-2020, vendredi face à l'Ukraine et lundi prochain face à la Serbie, également à Lisbonne.

Cristiano Ronaldo n'a plus joué pour le Portugal depuis son élimination en huitièmes de finale du Mondial-2018 face à l'Uruguay (2-1).

Le quintuple Ballon d'or a fait l'impasse sur les six derniers matches de la Selecçao pour faciliter son adaptation à la Juventus Turin, club qu'il a rejoint l'été dernier en provenance du Real Madrid.

Sans lui, les hommes du sélectionneur Fernando Santos ont terminé en tête de leur poule de Ligue des nations devant l'Italie et la Pologne, se qualifiant ainsi pour le "Final Four" de la compétition qui se tiendra du 5 au 9 juin dans le nord du Portugal, à Porto et Guimaraes.

"Cristiano ajoute de la qualité à n'importe quelle équipe. C'est un plaisir de jouer avec lui et il est très important pour nous", a déclaré mardi en conférence de presse le défenseur de l'équipe du Portugal Joao Cancelo, qui côtoie "CR7" aussi à la Juventus.

"Cristiano est irremplaçable. La sélection est beaucoup plus forte avec lui", avait affirmé la veille l'attaquant de Manchester City Bernardo Silva.

Le FC Porto veut garder Casillas jusqu'à l'âge de 40 ans

Vicente Del Bosque, à gauche, parle à Iker Casillas avant une séance d'entrainement à Curitiba le 14 juin 2014

L'ancien gardien du Real Madrid et de l'équipe d'Espagne Iker Casillas a l'accord du FC Porto pour prolonger jusqu'en 2021, soit jusqu'à l'âge de 40 ans, a-t-il indiqué, selon des déclarations reprises sur le site du club.

Casillas a déclaré que le président du FC Porto, Antonio Pinto da Costa, lui avait dit: "Je ne veux pas que tu restes un an de plus, je veux que tu restes ici jusqu'à 40 ans".

"Si je peux continuer à me battre aux côtés de mes coéquipiers pour atteindre les objectifs de l'équipe, alors je n'ai aucun problème à continuer, car je suis très reconnaissant envers la ville et le FC Porto", affirme par ailleurs le gardien de but.

Lundi soir, le joueur avait déjà affirmé à la télévision espagnole: "Cette semaine, je crois que je vais prolonger jusqu'à 40 ans. Je vais avoir 38 ans et je terminerai sûrement ma carrière au FC Porto".

Arrivé à Porto à l'été 2015, l'ancien gardien de but emblématique de la Roja avait prolongé son contrat d'un an à la fin de la saison dernière, marquée par le titre de champion du Portugal décroché par le club, le premier de Casillas depuis son arrivée. Il avait alors affirmé son intention de terminer sa carrière chez les Dragons.

NBA: Denver en playoffs, San Antonio toujours chaud

Le pivot de Denver, Nikola Jokic, à gauche, contre Willie Cauley-Stein des Sacramento Kings, Denver, le 13 février 2019 (AP Photo/Jack Dempsey)

Ce n'était plus qu'une formalité, Denver l'a remplie lundi: en s'imposant à Boston (114-105) les Nuggets ont décroché leur billet pour les playoffs de NBA, dans le sillage de Golden State qui, déjà qualifié, a cédé sur le parquet de San Antonio (111-105).

Avec les 21 points et 13 rebonds de Nikola Jokic, ainsi que les 20 points de Will Barton, Denver a aligné une quatrième victoire consécutive. Les Nuggets affichent le même bilan (47 v-22 d) que le double champion en titre Golden State en tête de la conférence Ouest.

Car les Warriors se sont inclinés chez les Spurs menés par DeMar DeRozan (26 points) et LaMarcus Aldridge (23 points, 13 rebonds).

Avec cette 9e victoire d'affilée, San Antonio (42 v-29 d) passe au 5e rang de la conférence Ouest avec le même bilan qu'Oklahoma City qui a perdu contre Miami (116-107).

"Nous avons travaillé très dur, a souligné le coach des Spurs Gregg Popovich. Nous avons maintenu notre effort pendant 48 minutes et avons beaucoup appris".

En face, Stephen Curry a été le meilleur marqueur (25 pts) des Warriors, bien épaulé par Kevin Durant (24 pts) qui faisait son retour après avoir manqué deux matchs sur blessure.

"Nous avons connu des baisses de régime à des moments clés, a regretté Curry. Nous nous sommes bien battus, mais ils ont mis les paniers quand il le fallait."

Les Spurs se sont appuyés sur une défense de fer, élément fondamental de leur série victorieuse actuelle, mais pour Klay Thompson (14 pts pour les Warriors), la clé du match a bien été la maladresse de son équipe. Qu'ont fait les Spurs pour gagner ? "Absolument rien. Nous avons simplement manqué des tirs", a-t-il commenté.

- Toronto sans pitié -

Les Warriors ont également profité de ce match pour faire ses nouveaux débuts à l'Australien Andrew Bogut, arrivé le 6 mars en Californie après avoir terminé sa saison dans le championnat australien.

En 10 minutes de jeu, Bogut qui avait déjà porté le maillot de Golden State de 2012 à 2016 et été un des joueurs clés du titre 2015, a marqué 7 points et pris 7 rebonds.

Par ailleurs, Toronto bien que déjà qualifié pour les playoffs a été sans pitié pour New York, écrasant (128-92) la pire équipe de la saison.

Mais la joie des Raptors n'a pu être complète puisque qu'ils ont perdu Kyle Lowry (15 pts) en cours de jeu sur blessure à une cheville.

A Dallas, le joueur de La Nouvelle Orléans Elfrid Payton est devenu le 5e joueur de l'histoire de la NBA à réussir un 5e triple double (trois catégories de statistiques à dix unités ou plus) consécutif. Auteur de 17 points, 10 rebonds et 11 passes décisives, Payton a permis aux Pelicans de dominer les Mavericks (129-125 après prolongation).

Au cours de ce match, l'Allemand de Dallas Dirk Nowitzki a délogé le légendaire Wilt Chamberlain de la 6e place des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA: en marquant 8 points lundi, le joueur de 40 ans a porté son total à 31.424 points en 20 saisons.

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matchs de lundi:

Portland - Indiana 106 - 98

Dallas - La Nouvelle-Orleans 125 - 129 a.p.

Boston - Denver 105 - 114

Toronto - New York 128 - 92

Cleveland - Detroit 126 - 119

Washington - Utah 95 - 116

Phoenix - Chicago 101 - 116

Oklahoma City - Miami 107 - 116

San Antonio - Golden State 111 - 105

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG