Liens d'accessibilité

Le Soudan convoque le chargé d'affaires américain après la signature du décret sur l'immigration


Des manifestations ont lieu en dehors de l'aéroport JFK à New York, le 28 janvier 2017.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a convoqué dimanche le chargé d'affaires américain pour protester contre les restrictions d'entrée aux Etats-Unis imposées par Donald Trump contre les ressortissants de sept pays, dont le Soudan.

"Le chargé d'affaires américain Steven Koutsis a été convoqué cet après-midi (...) pour lui exprimer le mécontentement du gouvernement soudanais", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le décret signé vendredi par le président américain interdit l'entrée aux Etats-Unis à tous les ressortissants de sept pays à majorité musulmane pendant 90 jours: Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Il interdit également l'entrée sur le territoire américain à tous les réfugiés, quelle que soit leur origine, pendant 120 jours et pour une durée indéterminée pour les réfugiés syriens.

Cette mesure vise, selon M. Trump, à lutter contre les "terroristes islamistes radicaux".

Fatima Abou al-Qassem al-Qach et Amer Hamed al-Manoufi font partie des premiers Soudanais à avoir fait les frais de cette mesure.

"Nous avons passé les contrôles à l'aéroport de Khartoum et pris un vol pour Doha. Mais en arrivant là-bas (samedi), on a été arrêtés avec des Iraniens et des Irakiens", a raconté à l'AFP Mme al-Qach après être rentrée chez elle.

"Un homme qui s'est présenté comme un fonctionnaire américain nous a dit que nous ne pourrions pas aller plus loin", a-t-elle affirmé, précisant qu'elle détenait un visa en règle et comptait rendre visite à son frère dans l'Arizona (sud-ouest des Etats-Unis).

M. Manoufi, un homme d'affaires qui devait se rendre à un salon d'agriculture à Atlanta (sud-est des Etats-Unis) et signer des contrats "avec deux entreprises américaines notamment", n'a lui non plus pas pu mener à bien son voyage.

L'ambassade américaine à Khartoum a posté sur son site un message insistant sur l'arrêt de la délivrance de visas aux ressortissants des sept pays visés par le décret.

"Si vous êtes un ressortissant de l'un des sept pays ou si vous avez la double nationalité, prière de ne pas prendre de rendez-vous pour un visa", a indiqué le texte.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG