Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Le Parlement nigérien adopte un nouveau code électoral

Le parlement nigérien le 24 mars 2016. (VOA/ Bagassi Koura)

Le Parlement du Niger a adopté lundi un nouveau code électoral, en l'absence des partis de l'opposition qui ont quitté l'hémicycle avant même les débats.

Le texte a été voté à l'unanimité des 133 députés présents, a indiqué Iro Sani, un des vice-présidents du Parlement.

Avant de se retirer de l'hémicycle, les élus de l'opposition ont déposé une motion de censure contre le gouvernement de Brigi Rafini.

La motion, qui n'aura aucune chance de passer, le parti au pouvoir disposant de la majorité absolue, est notamment motivée par le fait que "le gouvernement tente d'imposer un code électoral non consensuel" et son "incapacité à enrayer la menace terroriste" qui "monte en puissance" dans le pays.

Le nouveau code électoral adopté est "un outil excellent pour des élections libres et transparentes", a commenté devant les élus, Bazoum Mohamed, le ministre nigérien de l'Intérieur et candidat à la présidentielle de 2021.

"Nous faisons face à des agissements d'organisations terroristes (...) nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de générer d'autres fronts à caractère domestique", a-t-il rétorqué.

Depuis deux ans, l'opposition, dont le parti de Hama Amadou, arrivé deuxième à la présidentielle de 2016, refuse de siéger à la commission électorale (Céni) et conteste le code électoral élaboré en 2017 sur une base "non consensuelle".

M. Amadou, qui vit en exil depuis 2016 à l'étranger, risque de se voir écarter du prochain scrutin en vertu de l'article 8 du code pour avoir été condamné à un an de prison dans une affaire de trafic international de bébés.

Plusieurs tentatives de révision consensuelle du code entre partis présidentiels et opposition n'ont pas abouti depuis octobre 2018. Des élections présidentielle et législatives doivent avoir lieu en 2021 au Niger. Ces scrutins doivent être précédés par des élections municipales et régionales.

Le président Mahamadou Issoufou a assuré qu'il ne modifierait pas la Constitution pour briguer un troisième mandat.

Le Niger est en proie à des incursions jihadistes récurrentes dans l'ouest proche du Mali et du Burkina Faso ainsi que dans le sud-est voisin du Nigeria.

Toutes les actualités

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:26 0:00

Attaque de Kouré: le Conseil de sécurité du Niger s'est réuni

Attaque de Kouré: le Conseil de sécurité du Niger s'est réuni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Images du site où 8 personnes ont été tuées par des hommes armés

Images du site où 8 personnes ont été tuées par des hommes armés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Humanitaires tués: les autorités nigériennes ouvrent une enquête

Humanitaires tués: les autorités nigériennes ouvrent une enquête
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Plusieurs humanitaires assassinés dans une zone touristique au Niger

Un véhicule qui transportait les victimes a été criblé de balles et complètement carbonisé le 9 août 2020 dans la région de Tilabery, au Niger. (Photo Souley Moumouni Barma / VOA)

Huit personnes, deux Nigériens et six Français, ont été tuées dimanche par des hommes armés arrivés à moto dans la zone de Kouré dans la région de Tilabery au Niger, a-t-on appris de source officielle.

La zone, qui se trouve à une heure en voiture de Niamey sur la route nationale numéro 1, est un point d’attraction touristique, car elle abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest et de nombreux chameaux sauvages.

"Parmi les huit personnes tuées au Niger, plusieurs sont des salariés d'Acted", a expliqué à l’AFP Joseph Breham, un avocat de l'ONG.

L'incident a eu lieu entre 11 et 12 heures le dimanche 9 août.

Dans un entretien avec le service haoussa de la VOA, le gouverneur de Tilabery, Tidjani Ibrahim Katchalla, a confirmé l'incident.

L'armée française a de son côté apporté un appui aux troupes nigériennes après cette attaque, a annoncé l'état-major des Armées dans la capitale française.

Le president du Niger, Mahamadou Issoufou, s’est entretenu au téléphone avec son homologue français Emmanuel Macron, selon Paris.

L'armée nigérienne a quadrillé la zone du crime, une vaste région boisée, survolée par des avions de chasse français. Des agents de la police scientifique procèdent à des prélèvements, à côté des pompiers qui s'apprêtent à enlever les corps tandis que la nuit tombe sur la localité, selon le correspondant de l'AFP sur place.

"Abattus par balle"

"La plupart des victimes ont été abattues par balle et une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches", a relevé une source. "On ne connaît pas l'identité des assaillants mais ils sont venus à moto à travers la brousse et ont attendu l'arrivée des touristes. Le véhicule emprunté par les touristes appartient à l'ONG Acted".

Il s'agit de la première attaque ayant visé des occidentaux dans cette zone depuis qu'elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d'années.

La région de Tillabéri est une vaste zone instable. Elle est située dans la zone de "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des jihadistes sahéliens, dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

La circulation des motos est interdite de jour et de nuit depuis janvier pour tenter d'empêcher les déplacements de jihadistes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG