Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Manifestation contre le code électoral au Niger

L'ancien président du Niger, Mahamane Ousmane, s'exprime lors d'une marche à Niamey le 15 juin 2014.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Niamey à l'appel de l'opposition contre le code électoral et le gouvernement accusé de mauvaise gouvernance.

Les manifestants, avec notamment à leur tête l'ancien président Mahamane Ousmane (1993-1996), ont défilé dans les rues de la capitale en scandant des slogans hostiles au régime avant de tenir un meeting devant le parlement.

Sur des pancartes on a pu lire : "La paix et la sécurité pour tous les Nigériens", "le peuple exige un code électoral inclusif et consensuel" et "A bas la mal gouvernance".

Cette manifestation est intervenue une semaine après la suspension par l'opposition de sa participation, faute de consensus avec les représentants du gouvernement, à la révision du code électoral élaboré sans elle en 2017.

Selon l'opposition, quatre articles n'ont pu faire l'objet d'un accord, dont l'article 8 qui disqualifie pour une élection toute personne ayant été condamnée à un an de prison au moins.

L'opposant Hama Amadou, arrivé deuxième à la présidentielle de 2016 et qui vit en exil, risque de se voir écarter du prochain scrutin en vertu de l'article 8 du code pour avoir été condamné à un an de prison dans une affaire de trafic international de bébés.

L'absence de compromis sur l'article 8 s'explique "du seul fait que notre frère Hama Amadou serait concerné", a déclaré Mahamane Ousmane. "Si une loi ne doit pas être faite pour une seule personne, elle ne doit pas non plus être faite contre une seule personne, surtout du fait de considérations politiciennes".

Ibrahim Yacoubou, l'ex-ministre des Affaires étrangères qui a rejoint l'opposition après son limogeage en avril, a accusé le régime de "manipulations" visant "à installer la fraude électorale dans le code électoral".

L'article 8 existe "dans notre code électoral depuis 1992", avait réagi Bazoum Mohamed, le ministre nigérien de l'Intérieur, au lendemain de la suspension de la participation de l’opposition à la révision du code.

"Que l'opposition participe à la Céni (commission électorale) ou qu'elle ne participe pas, vraiment ce n'est pas un problème", a jugé M. Mohamed, qui est également président du principal parti au pouvoir.

Lors des discussions sur la révision du code, entamés début octobre, l'opposition a notamment demandé le retour d'une ancienne version de l'article 8 (NDLR: qui n'a pas été officiellement adoptée) qui fixait "une peine de condamnation de trois ans" pour la disqualification à une élection, avait indiqué Massani Koroné, un proche de M. Yacoubou.

Avec AFP

Toutes les actualités

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Décès de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Le 27 mars 2009, le président du Niger, Mamadou Tandja, à l'aéroport Diori Hamani de Niamey.

L'ancien président du Niger Mamadou "Baba" Tandja, est décédé mardi à Niamey à l'âge de 82 ans, selon un communiqué de la présidence lu à la télévision publique nigérienne.

M. Tandja avait dirigé le pays de 1999 à 2010, date de son renversement par un putsch.

"Le président de la République et le gouvernement ont le regret de vous annoncer le décès de son Excellence Tandja Mamadou, ancien président de la République du Niger, décès survenu ce jour 24 novembre à Niamey", selon le texte, qui ne précise pas la cause de la mort.

"Un deuil de trois jours sera observé sur toute l'étendue du territoire national", conclut le texte. Il sera enterré ce jeudi 26 novembre dans son village natal de Maine Soroa, dans la région de Diffa.

Une figure populaire au Niger

Ancien militaire ayant participé au putsch contre le président Diori Hamani au profit du général Seyni Kountché (mort au pouvoir en 1987), Tandja avait ensuite été ministre à plusieurs reprises avant d'être élu président en 1999.

Renversé en 2010 par un putsch militaire après avoir voulu s'accrocher au pouvoir après les deux mandats auxquels lui donnait droit la Constitution, M. Tandja restait une figure populaire au Niger.

Avec le temps la rue semblait avoir oublié les derniers mois de son régime pour ne retenir que l'image de "Baba" Tandja, le père de la nation, qui luttait contre la pauvreté.

Alors que ses partisans ont longtemps espéré son retour sur la scène politique, M. Tandja s'était définitivement retiré, après des soins médicaux en France en 2015, faisant de rares apparitions publiques.

On le savait malade depuis des années jusqu’à cette journée du 24 novembre 2020 où sa mort est annoncée à l’âge de 82 ans.

Suspension des programmes

Plusieurs télévisions dont la télévision publique ont suspendu leurs programmes pour diffuser en boucle des chants religieux et des photos du défunt chef de l'État.

"Le Président Tandja vient de nous quitter après avoir vaillamment lutté contre la mort. Je présente mes condoléances émues à sa famille. C'était un grand homme. Il nous laisse le souvenir d'un Président au patriotisme chevillé au corps. Qu’il repose en paix!", a tweeté l'ancien ministre Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de décembre.

Le président Mahamadou Issoufou, qui quittera le pouvoir après deux mandats en décembre, a lui fait part de "sa profonde émotion".

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG