Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Le Novitchok pourrait faire de nouvelles victimes en Grande-Bretagne

Des enquêteurs à Amesbury, en Grande-Bretagne, le 6 juillet 2018.

La police britannique a reconnu que si le risque était "faible", elle ne pouvait cependant pas garantir que le Novitchok ne ferait pas d'autre victime, au lendemain de la mort à l'hôpital de Salisbury d'une Britannique de 44 ans contaminée par cet agent innervant.

"Je ne peux simplement pas offrir de garantie" concernant la sécurité du public, a dit le chef de l'antiterrorisme Neil Basu lors d'un point presse à Londres, avant d'appeler la population à ne pas ramasser des objets comme "des seringues ou des récipients inhabituels".


"La nuit dernière, l'agence de santé publique a souligné que le risque pour le public restait faible à ce stade", a ajouté M. Basu, dont le service au sein de Scotland Yard a pris la direction de l'enquête, tout en reconnaissant l'inquiétude légitime des personnes habitants la zone.

Dawn Sturgess, 44 ans est morte dimanche soir, après huit jours d'hospitalisation.

>> Lire aussi : Décès de la Britannique empoisonnée à l'agent neurotoxique Novitchok

Originaire de Durrington (sud-ouest de l'Angleterre), dans le Wiltshire, elle avait trois enfants, une fillette de 11 ans et deux garçons de 19 et 23 ans, a précisé le responsable policier.

Son compagnon, Charlie Rowley, 45 ans, dont il a confirmé l'identité pour la première fois, a été aussi empoisonné et reste dans un état critique à l'hôpital de Salisbury.

"Nous ferons tout ce que nous pouvons pour que les responsables soient traduits en justice", a déclaré M. Basu, répétant que la principale hypothèse de la police était que le poison incriminé est lié à l'attaque essuyée il y a quatre mois par l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia.

"Nous essayons d'identifier tout récipient pouvant avoir contenu le poison", a-t-il dit, précisant que la police avait retracé tous les mouvements du couple de Britanniques les journées des vendredi 29 juin et samedi 30 juin, date à laquelle ils ont été hospitalisés.

>> Lire aussi : Deux Britanniques exposés au même poison utilisé contre un ex-espion russe

Alors que la police cherche à découvrir "quand et où" le couple a été contaminé, "les recherches sont centrées" sur les logements du couple, à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre) pour Dawn Sturgess, et dans la ville voisine de Amesbury où Charlie Rowley avait un appartement, ainsi qu'un parc de Salisbury où ils se sont rendus vendredi.

Le mini-bus dans lequel ils ont fait le trajet dans la soirée de vendredi à samedi entre Salisbury et Amesbury est également examiné par le laboratoire militaire de Porton Down, tandis que trois personnes qui ont voyagé avec eux ont été examinées sans qu'un quelconque symptôme inquiétant n'ait été découvert.

Avec AFP

Toutes les actualités

Donald Trump est apparu pour la première fois portant en public un masque

Donald Trump est apparu pour la première fois portant en public un masque
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

La pandémie du coronavirus a fait au moins 555.000 morts dans le monde

La pandémie du coronavirus a fait au moins 555.000 morts dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Kanye West, candidat de Dieu et contre Trump à la Maison Blanche

Kanye West assiste au WSJ. Magazine Innovator Awards 2019 au Museum of Modern Art de New York, le 6 novembre 2019.

Il sera le candidat de Dieu à la Maison Blanche: Kanye West a assuré mercredi au magazine Forbes qu'il ne soutenait plus Donald Trump à la présidentielle américaine de novembre et a remis en question la capacité du démocrate Joe Biden à mobiliser l'électorat noir.

Dans ce long entretien fait par téléphone, le rappeur milliardaire reconnaît qu'il se lance dans la course à la dernière minute et qu'il prendra une décision définitive d'ici un mois.

"On en parle depuis des années", explique-t-il en référence à ses ambitions présidentielles, révélées samedi dans un tweet, et à ses deux principaux soutiens: sa femme Kim Kardashian et le fantasque patron de Tesla Elon Musk.

"Voyons si la nomination est pour 2020 ou pour 2024, parce que c'est Dieu qui nomme le président", dit le rappeur qui s'est rapproché ces derniers mois de la religion. "Si c'est 2020, alors j'aurais été nommé par Dieu".

Sans structure en place, il ne donne aucun détail sur sa campagne, mais assure qu'il ne soutient plus le milliardaire républicain après avoir été un de ses plus fervents partisans, notamment en portant en 2018 une casquette rouge au slogan présidentiel "Make America Great Again" dans le Bureau ovale.

"J'enlève la casquette rouge avec cet entretien", explique-t-il à Forbes, ajoutant qu'il sera le candidat d'un nouveau parti appelé "Jour de naissance".

Mais il évite de critiquer le locataire actuel de la Maison Blanche, sauf sur sa gestion du mouvement de colère contre le racisme qui s'est répandu depuis deux mois dans le pays, alimentant les soupçons d'une candidature destinée à perturber celle de Joe Biden, actuellement en tête des sondages nationaux.

"Dire que le vote noir est démocrate est une forme de racisme et de suprématie blanche", affirme Kanye West, en reconnaissant qu'il n'hésiterait pas à priver l'ex-vice président des voix de la minorité noire qui vote majoritairement pour les démocrates.

Le rappeur, qui a annoncé avoir eu le coronavirus, affiche également sa méfiance face aux vaccins qui ont, selon lui, paralysé de nombreux enfants, une assertion fausse et fermement combattue par le monde scientifique.

"Quand ils disent que le moyen de régler le Covid-19 est un vaccin, je suis extrêmement prudent", explique-t-il. "C'est la marque de la bête", lance-t-il en référence au Diable.

Donald Trump a jugé que cette candidature surprise était "intéressante" tout en estimant que l'élection de 2024 devrait être son véritable objectif.

Joe Biden n'a pas commenté l'annonce de Kanye West.

Retrait des Etats-Unis de l'OMS: des critiques à travers le monde

Le président américain Donald Trump et le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom, lors du sommet du G20 à Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, le 7 juillet 2017. (Photo SAUL LOEB / AFP)

Le gouvernement des Etats-Unis a officiellement lancé la procédure qui lui permet de se retirer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En lançant la procédure de retrait, le président Donald Trump met à exécution ses menaces de quitter l'agence onusienne qu'il accuse d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus.

Washington a envoyé la notification de son retrait au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui est le dépositaire pour l'OMS. Il a confirmé l’avoir reçue.

Pour que la décision soit effective, les Etats-Unis, membre fondateur de l'OMS en 1948, doivent être à jour dans leurs contributions et respecter un délai d'un an. Le retrait ne sera donc effectif que le 6 juillet 2021.

Les Etats-Unis apportent 15% du budget de l'agence onusienne, soit 400 millions de dollars par an.

Des responsables de santé et des adversaires de M. Trump ont critiqué sa décision. Son rival présumé pour le scrutin de novembre, le démocrate Joe Biden, a promis que les Etats-Unis reviendront immédiatement dans l'OMS s'il est élu, selon le quotidien Politico.

Pour la Fédération des scientifiques américains, ce retrait ne fera que nuire à la lutte mondiale contre le coronavirus, qui s'accélère et dont le pic n'est pas encore atteint dans le pays.

Un porte-parole de la diplomatie chinoise, a estimé qu’il sape les efforts internationaux et aura un impact grave sur les pays en développement. Pour le gouvernement allemand, le retrait constitue un revers de la coopération internationale.

Depuis le début de la pandémie, Donald Trump accuse de se montrer trop indulgente avec la Chine, où le coronavirus est apparu en premier. Il reproche aussi au patron de l'OMS, l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus et de s'être montré incapable de réformer l'organisation.

Washington rompt officiellement son alliance avec l'OMS

Washington rompt officiellement son alliance avec l'OMS
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG