Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Basketball

Le début de saison NBA soumis au test périlleux du coronavirus

Jimmy Butler (22) du Miami Heat face à Jayson Tatum des Boston Celtics lors d'un match de NBA, USA, le 15 septembre 2020.

Une liste de joueurs positifs au Covid-19 qui grossit, entraînant leurs coéquipiers cas contacts dans des quarantaines qui déciment les effectifs, également affectés par une accumulation de blessures: trois semaines seulement après son entame, la saison NBA est mise à rude épreuve.

Dimanche, le choc de conférence Est Boston-Miami a été le deuxième match reporté par la Ligue, après Houston-Oklahoma City du 23 décembre.

Comme les Rockets à ce moment-là, le Heat n'a pas eu assez de joueurs à aligner, la Ligue imposant qu'il y en ait au minimum huit par effectif. La mise en quarantaine de l'arrière Avery Bradley après un test "non concluant" a de facto obligé la plupart de ses coéquipiers à en faire de même, selon le protocole imposé.

Les Celtics, eux, avaient pile huit joueurs opérationnels, malgré les absences de Jayson Tatum et Jaylen Brown, testés positifs, et de cinq autres joueurs, cas contacts potentiels.

Le processus de traçabilité dira combien devront continuer à rester isolés, la durée allant d'une à deux semaines selon qu'ils aient contracté le virus ou simplement été exposés. De quoi bouleverser le calendrier des Celtics et du Heat, mais aussi des Sixers de Philadelphie, au sein desquels cinq joueurs, dont la star Joel Embiid, sont en quarantaine pour avoir été cas contacts de Seth Curry, testé positif.

- Pas d'interruption prévue -

Il n'y a pas que ces clubs qui sont affectés par les absences dues au Covid-19. Washington (Bradley Beal, meilleur marqueur du championnat, qui a été en contact étroit avec Tatum lors de leur match vendredi soir), Denver (Michael Porter Jr), Dallas (Josh Richardson), Memphis (Jonas Valanciunas) le sont notamment aussi.

"Les chiffres grimpent. C'est la réalité. Nous nous engageons à poursuivre le travail, nous le faisons avec les meilleures connaissances scientifiques dont nous disposons et dans le respect des protocoles. Mais au final, nous ne contrôlons rien", a déploré l'entraîneur de Miami Erik Spoelstra.

La NBA a assuré qu'elle n'avait pas l'intention de suspendre la saison. "Nous avions prévu qu'il y aurait des reports de matches et avons planifié le calendrier en conséquence. Il n'est pas prévu d'interrompre le championnat et nous continuerons à être guidés par nos experts médicaux", a déclaré son porte-parole Mike Bass sur ESPN.

La saison actuelle a débuté 71 jours à peine après le sacre des Lakers aux dépens du Heat, dans la bulle hermétique de Disney World où s'était fini sans accroc le dernier championnat.

Un empressement de la part de la Ligue, que celle-ci a justifié avec l'argument économique: il fallait reprendre autour de Noël, période de grosses audiences télévisées, ce qui permettait aussi de planifier 72 matches (au lieu de 82) et des play-offs devant se finir avant les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). Le patron, Adam Silver, a affirmé que "des dizaines de milliers" d'emplois en dépendaient.

- Risques accrus de blessures -

Le revers de la médaille est sanitaire. En décidant de faire jouer les matches à domicile et à l'extérieur, en dépit d'une situation critique causée par la pandémie toujours plus galopante aux Etats-Unis, la NBA a pris le risque qu'une succession de cas positifs se produise. Au dernier recensement officiel datant du 7 janvier, il y en a eu 63 sur quelque 550 joueurs testés. Ce chiffre devrait vite augmenter.

D'autre part, la reprise précipitée du jeu s'est faite au détriment de la santé des joueurs dont le repos et la préparation ont été raccourcies. Depuis trois semaines, la liste de joueurs blessés, pour certains gravement, grossit de façon impressionnante (plus de 70).

Or, dans un effectif décimé, le risque de blessure s'accroît pour ceux qui jouent soudainement plus longtemps que d'habitude. Et il existe aussi pour ceux qui reviennent d'une période inactive résultant d'une quarantaine.

Samedi, Philadelphie, défait par Denver, avait huit joueurs inscrits sur la feuille de match. Trois d'entre eux ont passé plus de 40 minutes sur le parquet. "On ne pouvait pas faire autrement, a commenté, dépité, l'entraîneur Doc Rivers, qui aurait préféré "que le match soit reporté". "On rejoue lundi (contre Atlanta) puis mardi et jeudi (aller-retour à Miami). Cela me préoccupe."

"Nous devons lancer les joueurs sur le terrain sans les remettre en forme. Cela entraîne plus de blessures et plus d'indisponibilités", a résumé un directeur sportif sous couvert d'anonymat à ESPN.

Toutes les actualités

Sport avec Yacouba: Avant-goût de la CHAN

Sport avec Yacouba: Avant-goût de la CHAN
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:13 0:00

NBA: James, Durant, Embiid régalent avec les Lakers, Nets et Sixers

Joel Embiid des Philadelphia 76ers lors d'un match contre Pistons, USA, le 15 octobre 2016.

Soirée gastronomique mardi en NBA, avec trois chefs aux fourneaux: LeBron James en amuse-bouche avec les Lakers à Houston, Joel Embiid en plat de résistance pour Philadelphie face à Miami, Kevin Durant en dessert irrésistible pour Brooklyn contre Denver.

Soirée tranquille pour les Lakers qui, comme 48 heures plus tôt, se sont promenés sur le parquet de Houston (117-100) pour asseoir leur domination à l'Ouest grâce à ce 9e succès en 12 matches.

James a été encore le guide de L.A. avec 26 points (8 passes, 5 rbds), bien aidé par Anthony Davis impérial en défense (19 pts, 10 rbds, 5 contres).

L'image du match, qui a fait le tour des réseaux sociaux, est ce panier derrière l'arc inscrit par le "King" qui n'a pas pris la peine de le voir entrer, préférant se retourner, sûr de son fait, vers son banc. Ses coéquipiers, tout excités, n'ont pu résister à briser la nouvelle distanciation de 1,80 m imposée par la ligue.

Une façon aussi de chambrer, dont est coutumier Stephen Curry qui a lui manqué de peps (20 pts) lors du revers à domicile des Warriors contre Indiana (104-95).

Côté Rockets, ça s'enlise et ça crise: James Harden a manqué d'adresse (5/16, 16 pts, 7 rbds, 6 passes) et avec John Wall (10 pts) chacun s'emploie à jouer à tour de rôle plutôt qu'ensemble.

Frustré, le "Beard" (le barbu) a réitéré ses envies de départ: "J'aime cette ville, j'ai vraiment fait tout ce que je pouvais. Cette situation est folle, je ne crois pas que ça puisse s'arranger". Wall l'a recadré: "Allez mec, tu veux déjà quitter le navire après seulement neuf matches ?". Ambiance.

. Durant en mode éclair

Encore privés de Kyrie Irving, absent depuis quatre matches pour raisons personnelles et qui fait l'objet d'une enquête de la NBA pour violation du protocole anti-Covid, les Nets ont renversé Denver (122-116), effaçant 18 points de retard au 3e quart-temps.

"KD", qui a tutoyé le triple-double (34 pts, 13 passes, 9 rbds), a été déterminant dans le "money-time" avec six points d'affilée qui ont donné une avance décisive (120-113) à 27 secondes de la fin. Caris LeVert (20 pts, 6 passes) a aussi apporté en sortie de banc.

En face, Nikola Jokic a été performant comme d'habitude (23 pts, 11 passes, 8 rbds), mais ni lui, ni Jamal Murray (20 pts) n'ont pu tenir la distance pour les Nuggets, où le jeune Bol Bol, enfant d'la balle, fils de l'ancien géant Manute Bol, a connu sa première titularisation (5 pts).

Après cette 6e défaite en 11 matches, Denver glisse au 10e rang à l'Ouest. Brooklyn, de nouveau à l'équilibre (6-6), se hisse à la 7e place à l'Est.

. Embiid en mode pièce montée

Décimés par les absences dues au coronavirus, Sixers et Heat, qui ont chacun évolué avec huit joueurs, le minimum requis par la ligue, n'en ont pas moins livré une formidable bataille, finalement remportée par les premiers après prolongation (137-134).

Joel Embiid (45 points, 16 rebonds, 5 interceptions, 4 passes) a réussi presque à lui seul à relancer Philadelphie qui restait sur trois défaites. Ses 14 points en 3 min 30 sec au 3e quart-temps ont mis son équipe en bonne position et quand Miami, entre-temps revenu, pensait avoir match gagné c'est lui qui a égalisé à 4 sec 3/10e de la sirène.

Durant l'"overtime", il a ajouté 12 points, avant que le rookie Dakota Mathias ne réussisse le panier à longue distance qui a définitivement repoussé le Heat, privé de Jimmy Butler, Bam Adebayo et Goran Dragic, mais admirable de résistance dans le sillage de l'épatant Tyler Herro (34 pts, 7 rbds).

Repassé en négatif (4-5), Miami glisse à la 10e place à l'Est où les 76ers conservent leur 2e place (8-4).

En Egypte, la justice acquitte deux influenceuses condamnées pour "débauche"

Illustration.

La justice égyptienne a acquitté mardi en appel deux influenceuses condamnées à deux ans de prison pour "atteinte aux valeurs de la société" après la publication de vidéos sur le réseau social TikTok, selon un responsable judiciaire.

"La cour d'appel a accepté le recours déposé par Haneen Hossam et Mawada al-Adham contre leur emprisonnement pour une durée de deux ans sous les chefs d'accusation d'incitation à la débauche et atteinte aux valeurs de la société, et les a acquittées", a indiqué la même source sous le couvert de l'anonymat.

Les deux jeunes femmes avaient été condamnées en juillet 2020 à une peine de deux ans de prison pour atteinte aux bonnes moeurs.

Soupçonnée de proxénétisme, l'étudiante Haneen Hossam avait été arrêtée en avril après avoir posté sur TikTok une vidéo annonçant à ses quelque 1,3 million d'abonnés que les filles pouvaient gagner de l'argent en travaillant avec elle sur les réseaux sociaux.

En mai 2020, Mawada al-Adham, qui compte notamment deux millions d'abonnés sur Instagram, avait à son tour été arrêtée après avoir publié des vidéos parodiques.

Elles figurent toutes deux parmi la dizaine d'influenceuses qui ont été arrêtées en 2020 pour atteinte aux bonnes moeurs, dans le pays conservateur.

Avec AFP.

NBA: Leonard fait gagner les Clippers, Durant n'empêche pas le revers des Nets

LeBron James (23) des Los Angeles Lakers défend face à Kawhi Leonard des LA Clippers, USA, le 22 octobre 2019.

Kawhi Leonard a été déterminant dans le succès des Clippers sur Chicago, au contraire de Kevin Durant, impuissant lors de la défaite de Brooklyn contre Oklahoma City, dimanche en NBA où le choc Boston-Miami a été reporté à cause du coronavirus.

Débarrassé de sa protection faciale qui le gênait depuis plusieurs matches, consécutivement à un coup de coude de son coéquipier Serge Ibaka reçu à la bouche, "Terminator" a retrouvé toutes ses sensations pour permettre aux Clips de venir à bout des Bulls (130-127).

Deux jours après l'embarrassante défaite de son équipe contre Golden State après avoir dilapidé 20 points d'avance, il a montré l'exemple au 3e quart-temps, en réussissant 21 de ses 35 points (7/9 derrière l'arc), pour dépasser la barre des 10.000 depuis le début de sa carrière.

Une performance qu'il a sobrement attribuée "au travail acharné et au dévouement". "Je m'implique tous les jours et j'ai mon esprit fixé sur un objectif", a commenté celui qui brigue un 3e titre de champion après ceux remportés en 2014 avec San Antonio et 2019 avec Toronto.

En face, les 45 points (10/15 à longue distance) de Zach LaVine ont été vains.

. Les Lakers reprennent la tête

Porté par l'adresse (27 pts, 9/12 aux tirs) d'Anthony Davis, L.A. s'est imposé sans forcer à Houston (120-102) où le match a été plié à la pause (19 pts d'écart).

LeBron James a rendu une copie complète (18 pts, 7 passes, 7 rbds), non sans se faire peur en recevant un coup à la tête de la part de DeMarcus Cousins, exclu pour cette faute technique, la seconde après une première consécutive à une altercation avec Markieff Morris.

Avec ce 8e succès en 11 matches, les Lakers remontent en première position à l'Ouest devant Phoenix. Les Rockets, où James Harden a été limité à 20 points (9 passes) ne décollent toujours pas (13e).

. Le tonnerre gronde sur Brooklyn

Pour ses retrouvailles avec le Thunder, où il a joué huit saisons, Kevin Durant n'a pu empêcher la défaite des Nets sur leur parquet (129-116). De retour après dix jours de quarantaine (cas contact), il a pourtant brillé (36 pts, 11 rbds) en l'absence persistante de Kyrie Irving.

Brooklyn, dont le bilan repasse en négatif (5 victoires, 6 défaites), a sombré dans le troisième quart-temps (37-18). Ses largesses défensives ont profité à Shai Gilgeous Alexander (31 pts à 11/16, 7 passes) et au rookie Hamidou Diallo (25 pts) en sortie de banc.

Toujours à New York, les Knicks ont concédé leur deuxième défaite consécutive contre Denver (114-89).

Et elle a été aisée, puisque les Nuggets, où Nikola Jokic a encore été le plus en vue (22 pts, 10 rbds, 5 passes), ont compté 21 longueurs d'avance à la mi-temps, sans que leurs adversaires ne la réduisent ensuite. Côté NY, seul Julius Randle (29 pts, 10 rbds, 5 passes) a surnagé.

Les deux équipes ont le même bilan à l'équilibre (5-5).

. Les Warriors musèlent les Raptors

Le remake des finales 2019 a tourné à l'avantage (106-105) de Golden State aux dépens de Toronto,

L'ailier camerounais Pascal Siakam, auteur d'une solide performance (25 pts, 11 rbds) a vu sa tentative au buzzer échouer d'un rien. Frustrant pour les Raptors, battus pour la 7e fois en 9 rencontres.

Pour les Warriors, cette 6e victoire (4 défaites) fut d'autant plus dure à décrocher que Stephen Curry est passé au travers (2/16 aux tirs, 11 pts, 9 rbds, 6 passes), mais leur collectif fonctionne bien.

A Detroit, un premier quart-temps canon (34-19), dans le sillage de Donovan Mitchell (28 pts) et un resserrement défensif dans le money-time autour de Rudy Gobert (19 rbds, 4 contres, 4 pts) ont permis à Utah de contenir les Pistons Détroit (96-86). Ce succès maintient le Jazz (6-4) dans le haut du classement à l'Ouest.

Voir plus

XS
SM
MD
LG