Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

La Croix-Rouge va faire du centre du Mali une "nouvelle priorité"

Peter Maurer, président du CICR à Dhaka au Bangladesh le 3 juillet 2018.

Le centre du Mali, où les violences intercommunautaires ont fait quelque 500 morts l'an dernier et entraîné des déplacements de population, est en passe de devenir une "nouvelle priorité" pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a indiqué jeudi à Bamako son président, Peter Maurer.

"Aujourd'hui, on constate que la violence évolue vers le centre. Ca devient, pour nous, une nouvelle priorité", a déclaré le patron de la Croix-Rouge internationale, à l'issue d'une visite de quelques jours qui l'a mené au Nord (Gao, Tombouctou) et dans le centre (Mopti).

"Depuis ma dernière visite en octobre 2012, la situation sur le terrain a beaucoup changé, mais les besoins humanitaires n'ont pas diminué (...). Les populations ont toujours besoins de nourriture, de santé et de sécurité", a déclaré jeudi Peter Maurer, qui s'est entretenu depuis le début de la semaine avec le président Ibrahim Boubacar Keïta et avec le chef de la mission de l'ONU (Minusma), Mahamat Saleh Annadif.

M. Maurer a également fait part de son inquiétude face aux "milices qui violent les droits de l'homme".

Le Nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais elles se sont propagées du Nord vers le centre et le Sud du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Le 1er janvier, au moins 37 habitants d'un village peul ont été tués dans une attaque attribuée à des chasseurs traditionnels dogons, organisés en milices d'autodéfense.

Dans le centre, à proximité de la frontière avec le Burkina Faso notamment, les violences se multiplient entre les Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l'agriculture.

Certains membres de la communauté peule ont rejoint des groupes jihadistes. Les Peuls dénoncent des exactions de la part de groupes de chasseurs, tolérées voire encouragées selon eux au nom de la lutte contre les jihadistes par les autorités ou l'armée, ce que dément le gouvernement.

Toutes les actualités

La grogne contre le pouvoir malien continue

La grogne contre le pouvoir malien continue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Malgré les morts, l'opposition malienne appelle à un nouveau rassemblement

Malgré les morts, l'opposition malienne appelle à un nouveau rassemblement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Construction d’un camp militaire sénégalais près de la frontière malienne

Construction d’un camp militaire sénégalais près de la frontière malienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Sept Maliens meurent dans l'attaque de deux villages

Les communautés de la région de Mopti, dans le centre du Mali, demandent une présence accrue de l’armée et une plus grande coordination de la lutte contre le terrorisme au centre du pays. (Kassim Traoré / VOA)

Sept personnes ont été tuées mardi dans l'attaque de deux villages dans le centre du Mali, l'un des foyers des violences intercommunautaires et jihadistes au Sahel, a-t-on appris mercredi auprès d'une autorité locale.

"Des hommes armés sont venus à moto" mardi matin "et ont tué sept cultivateurs dogons qui étaient au champ", a déclaré à l'AFP Ali Dolo, maire de la commune de Sangha, dont les deux villages attaqués font partie.

Les assaillants, non identifiés, "sont les mêmes qui ont attaqué les autres villages les mois passés", a-t-il dit.

L'attaque est également rapportée dans un rapport onusien consulté par l'AFP.

Au moins quatre personnes avaient été tuées en juin, et douze fin avril dans l'attaque de plusieurs villages de Sangha, commune rurale regroupant des dizaines de villages situés à une trentaine de kilomètres de Bandiagara, l'une des principales villes de la région.

Le centre du Mali est le théâtre d'un grand nombre de violences depuis 2015 et l'apparition d'un groupe jihadiste emmené par Amadou Koufa, un prédicateur peul qui a largement recruté dans sa communauté. Ce groupe a rejoint le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda, dès sa création en 2017.

Les attaques, souvent suivies de représailles, se sont multipliées. Elles ont pris un tournant intercommunautaires entre les Peuls, majoritairement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, qui pratiquent essentiellement l'agriculture.

Sept civils ont été tués dans une attaque à Sangha dans la région de Mopti

Sept civils ont été tués dans une attaque à Sangha dans la région de Mopti
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG