Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

La Corée du Nord tire deux missiles juste après l'arrivée de l'émissaire américain à Séoul

Lancement d'un missile balistique dans le nord-ouest de la Corée du Nord le 4 juin 2017.

Pyongyang, qui a déjà effectué des tirs il y a moins d'une semaine, a lancé jeudi deux missiles, selon l'armée sud-coréenne, au moment même où l'émissaire américain pour la Corée du Nord est en visite à Séoul.

Les tirs ont été effectués vers l'est sur des distances respectives de 270 et de 420 kilomètres. Washington et Séoul sont en train de procéder à des analyses, a ajouté l'armée sud-coréenne dans un communiqué.

Plus tôt, elle avait précisé que "des tirs de projectiles" avaient été effectués à partir de Sino-ri, une base militaire en service depuis plusieurs décennies et située à 75 kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Officiellement, la Corée du Nord n'a pas procédé à un tir de missile depuis novembre 2017, mais plusieurs projectiles avaient déjà été tirés samedi, dont un missile de courte portée d'après les experts.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a averti que les tirs de jeudi "pourraient rendre les négociations plus difficiles" avec les Etats-Unis sur le nucléaire.

Il a aussi estimé que cette nouvelle initiative de Pyongyang montrait la volonté de la Corée du Nord "de faire pression pour orienter les négociations nucléaires dans la direction qu'elle souhaite".

"Il semble que le Nord soit très mécontent que le sommet de Hanoi se soit terminé sans accord", a-t-il ajouté dans une interview marquant ses deux ans en fonction.

"L'objectif de Kim, au-delà de prouver que ces programmes d'armement deviennent de plus en plus puissants, est clair: montrer à l'Amérique et à ses alliés que s'ils ne sont pas disposés à faire des compromis sur les conditions de la dénucléarisation, Pyongyang suivra sa propre route", a commenté Harry Kazianis, du groupe de réflexion conservateur américain Center for the National Interest.

Le Japon a réagi calmement aux tirs de jeudi, son Premier ministre Shinzo Abe déclarant à des journalistes "qu'aucun impact sur la sécurité (du Japon) n'avait été confirmé", a rapporté l'agence Jiji Press.

Ces tirs sont intervenus quelques heures après l'arrivée à Séoul de Stephen Biegun, représentant spécial américain pour la Corée du Nord.

Stephen Biegun a rencontré jeudi son homologue sud-coréen Lee Do-hoon. Vendredi, il doit s'entretenir avec les ministres sud-coréens des Affaires étrangères et de l'Unification. L'objectif est de tenter de relancer les négociations de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang, actuellement en suspens. La question de l'aide alimentaire qui doit être envoyée par Séoul à son voisin du nord doit aussi être abordée.

Avec ces nouveaux tirs, la Corée du Nord "envoie un message clair: elle ne se contentera pas uniquement de l'aide humanitaire", relève Hong Min, un chercheur à l'Institut coréen pour l'unification nationale, basé à Séoul. Elle veut obtenir "des garanties de sécurité en échange du processus de dénucléarisation".

"Exercice de routine"

Concernant les tirs de samedi dernier, les images diffusées par les médias nord-coréens montrent un engin similaire au missile russe Iskander à un étage, d'après les experts.

Il ressemble à une arme présentée par la Corée du Nord au cours d'un défilé militaire l'année dernière, au moment où s'amorçait la détente sur la péninsule.

Pyongyang s'est toutefois refusé à employer le terme de "missile", indiquant que l'exercice avait impliqué "plusieurs lance-roquettes de longue portée et armes tactiques guidées".

Il s'agissait d'un "exercice de routine" qui s'est déroulé dans les eaux territoriales nord-coréennes et les projectiles ne constituaient pas une menace pour les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon, a affirmé un responsable nord-coréen.

Washington n'a pas davantage utilisé le terme de missile. Le président américain Donald Trump présente en effet l'absence depuis plus d'un an d'essai nucléaire ou de tir de missile balistique intercontinental (ICBM) comme un succès de politique étrangère majeur.

Avec cette série de tirs, le Nord veut en tous cas signifier aux Etats-Unis son sentiment de frustration après l'échec du sommet de Hanoï fin février, disent les analystes.

Pendant sa rencontre historique avec le président américain Donald Trump en juin 2018 à Singapour, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s'était engagé à travailler en vue d'une "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne.

Mais le scepticisme a grandi avec l'absence d'avancées concrètes et les deux dirigeants se sont quittés en février au Vietnam sur un désaccord. M. Kim réclamait une levée des sanctions trop importante aux yeux de M. Trump, en échange d'un début de dénucléarisation jugé trop timide.

Parallèlement, M. Kim a rencontré fin avril le président russe Vladimir Poutine à Vladivostok pour leur premier sommet, pendant lequel il s'est plaint de la "mauvaise foi" des Américains dans la crise nucléaire.

Depuis l'échec de Hanoï, la Corée du Nord a accusé Séoul de s'être rangée du côté de Washington et les relations entre les deux frères ennemis se sont de nouveau dégradées.

Toutes les actualités

Du Nigeria à l'Himalaya, la télémédecine gagne du terrain

Du Nigeria à l'Himalaya, la télémédecine gagne du terrain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:58 0:00

Séisme de magnitude 6,6 sur l'île de Java en Indonésie

Des riverains vérifient leurs téléphones alors qu'ils se rassemblent à l'extérieur de Cisarua, Bogor, le 14 janvier 2022, peu après le tremblement de terre de magnitude 6,6 qui a frappé l'île de Java, en Indonésie.

Un puissant tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 a frappé vendredi au large de l'île indonésienne de Java, a déclaré l'agence météorologique du pays, incitant certains habitants de la capitale Jakarta à fuir les bâtiments dans la panique.

L'agence météorologique indonésienne (BMGK) a déclaré que le tremblement de terre s'est produit à 52 km au large de la province de Banten, à une profondeur de 10 km, mais qu'il n'était pas susceptible de provoquer un tsunami.

À Jakarta, les secousses ont été fortement ressenties.

"J'ai eu très peur, il y a eu un tremblement de terre soudain et il était si fort", a déclaré Ani, 38 ans, résidente de Jakarta et nounou.

"Quand je l'ai senti, j'ai directement attrapé le bébé de mon employeur et j'ai couru en bas".

Le séisme a également été ressenti dans la province de Java Ouest et à Lampung, sur l'île de Sumatra.

Un porte-parole de l'agence indonésienne d'atténuation des catastrophes n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire lorsqu'on lui a demandé si des dégâts avaient été signalés.

L'Indonésie est à cheval sur la "ceinture de feu du Pacifique", une zone très active sur le plan sismique, où différentes plaques de la croûte terrestre se rencontrent et créent un grand nombre de tremblements de terre et de volcans.

Le mois dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,4 a frappé l'est de l'Indonésie, déclenchant une alerte au tsunami et faisant fuir les habitants de leurs maisons, mais ne causant que des dégâts mineurs.

Washington condamne le tir d'un projectile en mer par la Corée du Nord

Washington condamne le tir d'un projectile en mer par la Corée du Nord
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Comment se fait-il que tant de personnes vaccinées attrapent le coronavirus ?

Un agent de santé prépare une dose de vaccin Johnson and Johnson à Lesbos, en Grèce, le 15 décembre 2021.

Pourquoi tant de personnes vaccinées contractent-elles le coronavirus ces derniers temps ?

Plusieurs facteurs sont en jeu, à commencer par l'émergence de la variante omicron, très contagieuse. La variante omicron est plus susceptible d'infecter les gens, même si elle ne les rend pas très malades, et son apparition a coïncidé avec la période des voyages de vacances dans de nombreux pays.

Omicron: de la Finlande à l'Afrique du Sud, les nouvelles mesures
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


Les gens peuvent penser (à tort) que les vaccins anti-COVID-19 bloquent complètement l'infection. Ce n'est pas le cas: les vaccins agissent principalement pour prévenir des cas de maladie grave, explique Louis Mansky, un chercheur qui travaille sur les virus à l'université du Minnesota.

Et les vaccins sont toujours efficaces à cet égard, en particulier pour les personnes qui ont reçu des rappels.

Deux doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna ou une dose du vaccin Johnson & Johnson offrent toujours une forte protection contre les maladies graves dues à l'omicron. Si ces doses initiales ne sont pas très efficaces pour bloquer une infection par le variant omicron, les rappels - en particulier avec les vaccins Pfizer et Moderna - augmentent les niveaux d'anticorps pour aider à combattre l'infection.

Omicron semble se répliquer beaucoup plus efficacement que les variantes précédentes.

Et si les personnes infectées ont une charge virale élevée, il est plus probable qu'elles transmettent le virus à d'autres, en particulier aux personnes non vaccinées. Les personnes vaccinées qui contractent le virus ont plus de chances de présenter des symptômes légers, voire aucun, car les injections déclenchent de multiples défenses dans le système immunitaire, ce qui fait qu'il est beaucoup plus difficile pour omicron de les contourner toutes.

Les consignes concernant les gestes salutaires n'ont pas changé. Les médecins conseillent de porter des masques à l'intérieur, d'éviter les foules et de se faire vacciner et si possible prendre une dose de rappel. Même si, au final, les vaccins ne vous empêcheront pas toujours d'attraper le virus, ils vous permettront de rester en vie et d'éviter un séjour à l'hôpital.

Pourparlers américano-russes le 10 janvier à Genève

Pourparlers américano-russes le 10 janvier à Genève
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG