Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

La caravane de migrants au Mexique renonce à rejoindre la frontière avec les Etats-Unis

Des migrants à Matias Romero, Oaxaca, Mexicque, le 2 avril 2018

La caravane de plus de mille migrants d'Amérique centrale qui traversait le Mexique vers les Etats-Unis afin d'y entrer clandestinement, une perspective qui agaçait Donald Trump, a renoncé à son projet, a annoncé mercredi l'ONG Peuple sans frontières qui l'encadrait.

"Notre travail va se terminer à Mexico", à déclaré à l'AFP Irineo Mujica, le responsable de cette ONG, tout en soulignant que les personnes qui voudraient continuer jusqu'à la frontière devraient "le faire par leurs propres moyens".

Partie le 25 mars de Tapachula, à la frontière du Guatemala, cette caravane qui inclut des femmes, des enfants et des personnes âgées se trouve depuis le début de la semaine à Matias Romero, au coeur d'une région montagneuse de l'Etat d'Oaxaca (sud).

Cette ONG organise depuis 2010 le même type de caravane pour dénoncer le sort des migrants qui traversent le Mexique en proie à de nombreux dangers, allant des cartels de la drogue qui les kidnappent ou les tuent aux autorités qui les rançonnent.

Mais elle reconnaît avoir été dépassée par la taille de cette caravane cette année.

>> Lire aussi : Trump veut déployer l'armée à la frontière avec le Mexique

Sur les 1.500 qui la composaient à l'origine, un peu plus de 300 personnes ont préféré prendre le train de marchandises "La Bestia" en direction du Nord.

"Il y a trop d'enfants qui voyagent, 450 environ, il y a de nombreux bébés et monter dans le train, comme on le faisait avant, serait une folie", a expliqué M. Mujica.

Le président américain Donald Trump, apparemment mis hors de ses gonds par les images des migrants, tweete depuis dimanche sur les clandestins et le Mexique.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Les Etats-Unis veulent "asphyxier" Cuba et punir son peuple

Les Etats-Unis veulent "asphyxier" Cuba et punir son peuple
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Washington exprime ses regrets pour les victimes civiles en Afghanistan

Washington exprime ses regrets pour les victimes civiles en Afghanistan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Joe Biden, désormais dans la course à la présidence des Etats-Unis

Joe Biden, désormais dans la course à la présidence des Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Le chef du Pentagone disculpé de toute faute dans ses liens avec Boeing

Le ministre de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, au centre, accompagné du Chef d'état- major, le général Joseph Dunford, à gauche, et du secrétaire en charg de l'armée de l'Air (Air Force), Heather Wilson, devant le Comité des services armés du Sénat.

Le ministre américain de la Défense par intérim Patrick Shanahan a été disculpé jeudi de toute violation des règles d'éthiques du Pentagone à l'issue d'une enquête interne sur ses liens avec son ancien employeur Boeing, chez qui il a passé 30 ans.

M. Shanahan "a pleinement respecté ses engagements et ses obligations éthiques en ce qui concerne Boeing et ses concurrents", a indiqué dans un communiqué l'Inspecteur général du ministère de la Défense, un organisme indépendant chargé des enquêtes internes sur cette administration tentaculaire.

Cette annonce ouvre la voie à une éventuelle nomination par le président Donald Trump de M. Shanahan au poste de ministre de la Défense, qui devra être confirmée par le Sénat.

Dans une plainte déposée en mars, l'organisation Citoyens pour la responsabilité et l'éthique à Washington (CREW) avait demandé à l'Inspecteur général d'ouvrir une enquête à la suite d'informations rapportées par le site d'informations Politico sur des propos que M. Shanahan aurait tenus en privé en faveur de Boeing et au détriment de son concurrent Lockheed Martin.

"Par sa conduite et ses commentaires, le ministre par intérim pourrait avoir violé les règles d'éthique du Pentagone", indiquait le groupe.

A son arrivée en juin 2017 en tant que numéro deux du ministre de la Défense Jim Mattis, M. Shanahan avait signé un accord avec le Pentagone par lequel il s'engageait à ne participer à aucune discussion concernant Boeing.

Outre M. Shanahan lui-même, l'inspecteur général a précisé avoir entendu 33 témoins, consulté 5.600 pages de documents publics et 1.700 pages de documents classés secret-défense.

"Nous n'avons confirmé aucune des allégations", précise le rapport. "Nous avons déterminé que M. Shanahan n'a pas fait les commentaires qui lui étaient attribués, n'a pas fait la promotion de Boeing, et n'a pas dénigré ses concurrents".

"Le bureau de l'inspecteur général a pris ces accusations au sérieux", a souligné l'inspecteur général Glenn Fine. "Les témoignages démontrent que M. Shanahan a pleinement respecté ses obligations et ses engagements éthiques à l'égard de Boeing et ses concurrents."

M. Shanahan a été propulsé à la tête du Pentagone lorsque M. Mattis a démissionné avec fracas en décembre pour protester contre le retrait de Syrie décidé unilatéralement par le président Donald Trump.

M. Trump n'a toujours pas nommé de candidat pour succéder à Jim Mattis.

Le Monde Aujourd’hui à Khartoum, à Kinshasa, à Washington

Le Monde Aujourd’hui à Khartoum, à Kinshasa, à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:30:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG