Liens d'accessibilité

L’Union africaine annonce le paiement des soldats burundais de l'Amisom


Des soldats de la Mission de maintien de paix de l'Union africaine (Amison) venus du Burundi patrouillent dans la banlieue de Mogadiscio, en Somalie, 22 mai 2012.

Apres douze mois d'arriérés, les soldes des militaires burundais de l’Amisom seront prochainement payées selon le commissaire de l’Union Africaine pour la paix et la sécurité, l’Algérien Smail Chergui qui vient de faire deux jours à Bujumbura où il a rencontré le président Pierre Nkurunziza.

"Ce geste montre la reconnaissance des prestations positives des militaires burundais pour la consolidation de la paix en Somalie ", a déclaré l’ambassadeur Chergui au cours d’un hommage rendu aux militaires burundais.

Le commissaire de l’union africaine a affirmé que prochainement, les soldes des militaires burundais combattant Al Shaabab en Somalie seront payées dans le cadre d’un mémorandum d’entente signé entre le gouvernement burundais et l’Union africaine.

Un terrain d’entente a été trouvé, a précisé l’ambassadeur Chergui.

A sa descente d’avion, le commissaire de l’union africaine s’est rendu mercredi au cimetière de Mpanda où sont enterrés les militaires burundais tombés sur le champ de bataille en Somalie.

M. Smail Chergui a déposé des gerbes de fleurs sur la tombe du général Juvénal Niyoyunguruza tué en 2009 alors qu’il était le commandant-second de l’Amisom.

Cette visite du patron de la paix et de la sécurité à l’Union africaine intervient au moment où les autorités burundaises ont déjà amorcé le processus de retrait des plus de cinq milles militaires qui combattent El Shabab en Somalie.

Le ministre des relations extérieures Alain Aime Nyamitwe a indiqué que même si les militaires burundais rentraient, leur courage et abnégation seront toujours reconnus par toute la communauté internationale.

Avec les sanctions prises à l’encontre du Burundi par l’Union européenne depuis plus d’une année, les militaires burundais pourraient avoir des problèmes à le percevoir. Leurs comptes bancaires sont dans des banques européennes.

Christophe Nkurunziza, correspondant de VOA à Bujumbura

XS
SM
MD
LG