Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Djibouti

L'ONU salue la tenue d'un sommet Djibouti-Erythrée en Arabie saoudite

Le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et son homologue d'Erythrée, Isaias Afwerki à Djeddah, le 17 septembre 2018

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est félicité dans un communiqué de la tenue en Arabie saoudite d'un sommet entre Djibouti et l'Erythrée, espérant que cette rencontre sera le point de départ d'une résolution des conflits entre les deux pays.

Ce sommet a réuni à Djeddah le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et son homologue d'Erythrée, Isaias Afwerki, précise le communiqué de l'ONU diffusé lundi soir à New York. Il s'est tenu sous les auspices du roi saoudien Salmane.

Pour le secrétaire général, ce sommet représente "un nouveau pas dans la consolidation de récentes avancées pacifiques et sécuritaires dans la Corne de l'Afrique".

Antonio Guterres espère qu'il "conduira à encore plus de paix, de stabilité et de développement dans la région", ajoute le communiqué, en saluant les efforts des dirigeants du royaume saoudien pour "faciliter le dialogue entre Djibouti et l'Erythrée".

Cette rencontre s'est tenue au lendemain d'un sommet toujours à Djeddah entre les présidents d'Erythrée et d'Ethiopie, qui ont signé un accord consolidant leur réconciliation et renforçant "la sécurité et la stabilité dans la région".

Les relations entre Djibouti et l'Erythrée se sont tendues après une incursion en avril 2008 de troupes érythréennes vers Ras Doumeira, un promontoire stratégique surplombant l'entrée de la mer Rouge au nord de Djibouti-ville. Les deux pays s'étaient opposés à deux reprises en 1996 et 1999 pour cette zone.

Le Qatar avait obtenu en juin 2010 la signature d'un accord entre l'Erythrée et Djibouti pour résoudre par un accord négocié leur conflit territorial, mais cette médiation n'avait pas eu de suite.

Avec AFP

Toutes les actualités

Un navire chargé de blé ukrainien est arrivé à Djibouti

Ces 23.000 tonnes de blé "serviront à soutenir la réponse humanitaire du PAM en Éthiopie où plus de 20 millions de personnes sont confrontées à la faim", selon la PAM.

Un navire affrété par l'ONU transportant 23.000 tonnes de blé ukrainien à destination de l'Ethiopie, où des millions d'habitants sont plongés dans la faim, est arrivé mardi au port de Djibouti, a annoncé le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le Brave Commander avait quitté le port ukrainien de Pivdenny le 16 août, après un accord entre signé en juillet par Kiev et Moscou, sous l'égide de la Turquie et de l'ONU, permettant l'exportation des céréales ukrainiennes bloquées à cause de la guerre entre les deux pays.

"Le premier navire du PAM transportant des céréales ukrainiennes depuis février vient d'arriver à Djibouti. Maintenant, déchargeons ce blé et envoyons-le en Éthiopie", s'est félicité dans un tweet le directeur exécutif du PAM, David Beasley.

Ces 23.000 tonnes de blé "serviront à soutenir la réponse humanitaire du PAM en Éthiopie où plus de 20 millions de personnes sont confrontées à la faim", a également affirmé la branche africaine du PAM, dans un autre tweet.

Le nord de l'Ethiopie subit une profonde crise humanitaire, causée par un conflit qui dure depuis novembre 2020 entre gouvernement et rebelles de la région du Tigré, tandis que les sud et sud-est du pays font face à la sécheresse historique qui frappe la Corne de l'Afrique, la pire depuis au moins 40 ans.

Selon le PAM, 22 millions de personnes sont menacées de famine à travers la région, notamment en Somalie, en Ethiopie et au Kenya.

Quatre saisons de pluies défaillantes depuis fin 2020 ont tué des millions de têtes de bétail et détruit les récoltes, et l'Organisation météorologique mondiale de l'ONU a mis en garde la semaine dernière contre des précipitations encore insuffisantes lors de la prochaine saison de pluies, entre octobre et décembre.

"Il n'y a toujours pas de fin en vue à cette crise de la sécheresse (...) Nous devons donc obtenir les ressources nécessaires pour sauver des vies et empêcher les gens de plonger dans des niveaux catastrophiques de faim et de famine", a déclaré le directeur exécutif du PAM, David Beasley, le 19 août.

Le directeur du PAM, David Beasley, le 2 mai 2022 à Beverly Hills, en Californie.
Le directeur du PAM, David Beasley, le 2 mai 2022 à Beverly Hills, en Californie.

L'Ukraine et la Russie comptent parmi les plus gros exportateurs mondiaux de céréales, dont les cours flambent depuis le début de la guerre.

D'après le Joint Coordination Centre qui supervise le couloir maritime permettant les exportations de céréales depuis les ports d'Ukraine, plus de 721.000 tonnes sont déjà sorties du pays par la mer.

L'athlète Mo Farah révèle avoir été victime de traite des êtres humains

Mo Farah pose après avoir reçu son titre de chevalier de la reine Elizabeth de Grande-Bretagne au palais de Buckingham, à Londres, le 14 novembre 2017.

Mo Farah, roi des pistes d'athlétisme anobli par la reine d'Angleterre pour ses exploits olympiques, révèle dans un documentaire être arrivé illégalement au Royaume-Uni sous une fausse identité avant d'être forcé de travailler comme domestique dans une famille.

"La vérité, c'est que je ne suis pas celui que vous croyez. La plupart des gens me connaissent sous le nom de Mo Farah, mais ce n'est pas la réalité. J'ai été séparé de ma mère, et j'ai été amené au Royaume-Uni illégalement sous le nom d'un autre enfant appelé Mohamed Farah", explique le quadruple champion olympique dans un entretien qui sera diffusé mercredi sur la BBC.

Farah, aujourd'hui âgé de 39 ans, raconte dans cet entretien avoir reçu le nom de Mohamed Farah d'une femme qui l'avait fait venir au Royaume-Uni - lui affirmant qu'il y rejoindrait des proches - depuis Djibouti, pays d'Afrique orientale, à l'âge de neuf ans.

L'athlète, auteur du doublé 5.000 m/10.000 m aux Jeux olympiques de Londres en 2012 puis de Rio en 2016, dévoile qu'il se nomme en réalité Hussein Abdi Kahin. Son père a été tué en Somalie lorsqu'il avait quatre ans. Sa mère et deux frères vivent dans la région séparatiste du Somaliland, non reconnue par la communauté internationale.

"Ne dis rien"

"La véritable histoire est que je suis né au Somaliland, au nord de la Somalie, sous le nom de Hussein Abdi Kahin. Malgré ce que j'ai dit par le passé, mes parents n'ont jamais vécu au Royaume-Uni", poursuit Farah.

Il avait jusque-là expliqué être né à Mogadiscio, capitale de la Somalie, et être arrivé en Grande-Bretagne en 1993 à l'âge de 10 ans avec sa mère et deux de ses frères et soeurs pour rejoindre son père informaticien.

À son arrivée dans le pays, la femme qui l'accompagnait s'est emparée du papier sur lequel figuraient les coordonnées de ses proches, l'a "déchiré et mis à la poubelle", relate Farah. "À ce moment-là, j'ai su que j'avais un problème".

Farah, premier Britannique à remporter quatre titres olympiques en athlétisme, raconte également avoir été contraint de faire le ménage et de s'occuper d'autres enfants dans une famille britannique s'il voulait "avoir de quoi manger".

"Si tu veux revoir ta famille un jour, ne dis rien", s'est-il entendu dire.

Confidence à un professeur

Il a fini par révéler la vérité à son professeur d'éducation physique, Alan Watkinson, qui avait remarqué ses changements d'humeur dès qu'il se trouvait sur la piste. Il est alors parti vivre chez la mère d'un "ami" qui s'est "vraiment occupée" de lui.

"Le seul langage qu'il semblait comprendre était celui de l'éducation physique et du sport", témoigne Alan Watkinson. Le professeur a ensuite demandé la citoyenneté britannique pour l'athlète, qui l'a finalement obtenue le 25 juillet 2000.

Des avocats ont prévenu Mo Farah qu'il pourrait se voir retirer la nationalité britannique avec ses révélations sur de "fausses déclarations".

"Aucune poursuite ne sera engagée contre Sir Mo Farah et suggérer le contraire est faux", a indiqué à l'AFP le Home Office.

"Je salue Mo Farah, quel être humain incroyable d'avoir survécu à ce traumatisme enfant et d'être devenu un tel modèle", a réagi le ministre des Finances Nadhim Zahawi, qui a fui l'Irak enfant.

"Nous devons construire un avenir où ce genre de choses n'existe plus", a souligné le maire travailliste de Londres Sadiq Khan, alors que le gouvernement britannique prévoit de déporter des demandeurs d'asile au Rwanda dans le cadre de sa politique de lutte contre l'immigration.

Farah est retourné en Somalie en 2003 et a par la suite créé une fondation avec son épouse pour construire des puits et fournir une aide alimentaire et médicale en Afrique.

Sextuple champion du monde, il est devenu une immense star au Royaume-Uni en réalisant son doublé aux Jeux de Londres en 2012, puis en le réitérant quatre ans plus tard à Rio. Il s'est ensuite reconverti sur la route, mais avec moins de succès, malgré un succès au célèbre marathon de Chicago en 2018.

L'athlète explique que ce sont ses quatre enfants qui l'ont incité à dévoiler la vérité sur son passé.

"Souvent mes enfants posaient des questions (...). Et vous avez toujours une réponse pour tout, mais vous n'avez pas de réponse pour ça".

Farah a appelé son fils Hussein en référence à son vrai nom.

L'offre de Pékin pour le règlement des conflits dans la Corne de l'Afrique

L'offre de Pékin pour le règlement des conflits dans la Corne de l'Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

La Chine offre sa médiation dans la Corne de l'Afrique

"Nous avons appris de l'Histoire que la Corne de l'Afrique ne doit devenir l'arrière-cour d'aucun pays", a souligné l'envoyé spécial chinois Que Bing.

La Chine a offert lundi sa médiation pour le règlement des "différends" dans la Corne de l'Afrique, en ouverture d'une conférence avec les pays de cette région en proie aux conflits où elle a de nombreux intérêts, a constaté un journaliste de l'AFP.

La première conférence "Chine-Corne de l'Afrique sur la sécurité, la gouvernance et le développement" réunit jusqu'à mardi à Addis Abeba la Chine, représentée par son envoyé spécial pour la Corne de l'Afrique Xue Bing, l'Ethiopie, Djibouti, le Kenya, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud et l'Ouganda, représentés par un ministre ou un ambassadeur. L'Erythrée, invitée, n'était pas présente.

"Je suis prêt à fournir une médiation aux règlements pacifiques des différends, sur la base de la volonté des pays de cette région", a déclaré Xue Bing, dont la nomination en février a montré la détermination de Pékin à s'impliquer diplomatiquement dans cette région en proie à divers conflits, en Ethiopie, Somalie et Soudan du Sud notamment.

La Chine possède à Djibouti un port et son unique base militaire en Afrique propre à sécuriser ses énormes intérêts économiques (transports, industrie, énergie...) dans la région.

"Nous avons appris de l'Histoire que la Corne de l'Afrique ne doit devenir l'arrière-cour d'aucun pays", a souligné l'envoyé spécial chinois, rappelant que "beaucoup avaient souffert" de la "domination coloniale" et que les "confrontations de la guerre froide avaient amené sur le continent les brûlures de la guerre". Il a appelé à "éviter l'ingérence dans les affaires internes d'autres pays" et "à rejeter l'abus de sanctions unilatérales".

Les Etats-Unis ont retiré en novembre l'Ethiopie d'un important accord commercial, l'Agoa, en raison des atteintes aux droits humains commises dans le cadre du conflit opposant depuis novembre 2020 le gouvernement aux rebelles de la région du Tigré et ont imposé en 2021 des sanctions à l'Erythrée, en raison de son implication dans ce conflit.

En visite à Asmara en janvier, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi avait exprimé l'opposition de la Chine aux sanctions américaines contre l'Erythrée, pays fermé vivant sous un régime autoritaire.

M. Xue s'est dit "convaincu" que la Corne de l'Afrique a la capacité de "résoudre ses divergences via le dialogue et les consultations", même si "certaines divergences sont difficiles à appréhender car elle remontent à l'époque coloniale". Il a également annoncé la disponibilité de la Chine à soutenir divers projets en matière de sécurité alimentaire, santé, transports, promotion du commerce ou de renforcement des compétences.

"Cette initiative appartient, est dirigée, gérée et pilotée par les pays de la Corne, et la Chine n'a qu'un rôle de soutien", a souligné en ouvrant les travaux Redwan Hussein, conseil à la Sécurité nationale du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. "Ce sont nos problèmes (...) et la solution (...) doit venir de l'intérieur. Le succès ou l'échec de cette conférence dépendra de nous et de personne d'autre", a-t-il ajouté.

La Cemac reporte l'interdiction d'exportation du bois en grumes

La Cemac reporte l'interdiction d'exportation du bois en grumes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG