Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'ONU prolonge d'un an sa mission en Libye sans fixer de date d'élections


Le maréchal Khalifa Haftar, chef d'état-major libyen de l'armée nationale libyenne de l'est libyen, 2e à gauche, se tient avec sa délégation sur les marches de l'Elysée à la suite de la conférence internationale sur la Libye à Paris le 29 mai 2018.

Le Conseil de sécurité a approuvé jeudi à l'unanimité une prolongation d'un an de sa mission politique en Libye, sans toutefois retenir la date du 10 décembre prônée par la France pour la tenue d'élections présidentielle et législatives dans ce pays.

Il y a une semaine, lors d'une réunion consacrée à la Libye, la France avait estimé "essentiel d'avancer dans la transition démocratique en Libye" et "d'organiser des élections dans le calendrier agréé à Paris le 29 mai par les quatre acteurs clés de la scène politique libyenne".

Lors de cette rencontre, la date du 10 décembre avait été entérinée sous la pression de Paris qui juge que "l'ennemi de la Libye et des Libyens, c'est le statu quo".

Dans son texte, rédigé par le Royaume-Uni, le Conseil de sécurité se borne à souhaiter des élections "aussitôt que possible".

La résolution souligne aussi la nécessité que des scrutins soient "crédibles" et appelle les Etats membres à "cesser tout soutien et contacts officiels avec des institutions parallèles".

Plusieurs pays, dont les Etats-Unis et l'Italie, ne sont pas sur la longueur d'onde française et insistent sur l'obligation de parvenir à une réunification des institutions libyennes avant de passer à une étape électorale.

La Libye est dirigée par un gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale. Mais son chef Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli, n'a pas d'autorité sur l'est du pays, contrôlé par le maréchal Khalifa Haftar.

Sept ans après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, une myriade de groupes jihadistes et de milices armées continue de faire régner dans le pays un climat d'insécurité.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG