Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

L'OCDH préoccupé par de mauvaises conditions de détention dans les prisons congolaises

Une prison datant de 1924 à Libenge, le 23 juin 2015.

Au Congo-Brazzaville, l'Observatoire congolais des droits de l'homme a publié jeudi son rapport annuel sur les droits de l'homme. L'OCDH dénonce les mauvaises conditions des prisonniers dont nombreux meurent en détention.

Selon l'ONG congolaise, les prisonniers politiques dont le général Jean Marie Michel Mokoko n'ont plus accès aux visites, même celles de leurs avocats.

L'OCDH dénonce principalement les mauvaises conditions de détention dans les prisons congolaises. La vétusté des structures et le manque d'une alimentation régulière sont les causes de décès dans ces prisons, d'après le rapport annuel de l'ONG.

Des conditions de détention dramatiques pour les prisonniers politiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Trésor Nzila, le directeur exécutif de l'OCDH, à la présentation du rapport sur les droits de l'Homme, à Brazzaville, le 9 mai 2019. (VOA/Arsène Séverin)
Trésor Nzila, le directeur exécutif de l'OCDH, à la présentation du rapport sur les droits de l'Homme, à Brazzaville, le 9 mai 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Pour le directeur exécutif de l'OCDH, Trésor Nzila Kendet : "Les conditions de détention dans notre pays deviennent un sérieux problème. Les conditions de détention ont commencé à se dégrader à partir de 2015, lors du référendum constitutionnel qui a entraîné une campagne d'arrestation arbitraire et systématique des adversaires. Aujourd'hui nous faisons face à un problème de la surpopulation carcérale".

"Nous avons enregistré une trentaine de décès entre 2017 et 2018, et dans la seule prison de Ouesso, il y a eu 9 décès. Voir des hommes mourir de faim en prison, c'est assimilable à des actes de torture. Cela illustre parfaitement les mauvaises conditions dans nos prisons".

Les enquêtes réalisées par l'OCDH sont compilées dans ce rapport de 105 pages intitulé "La terreur et la répression permanentes", et couvrent la période 2017-2018. Pour Nzila Kendet, la situation est globalement catastrophique : "La situation est préoccupante, chaotique, il y a une dégradation spectaculaire de la situation des droits humains. Le rapport sera adressé aux autorités. Nous invitons le gouvernement congolais à considérer ce rapport, non pas comme une invective, mais comme notre contribution pour améliorer la situation des droits de l'homme dans notre pays".

L'ancien ministre Alain Akouala qui a assisté à la présentation de ce rapport, estime qu'il faut considérer cette publication comme une contribution à la construction de la démocratie : "Le rapport, c'est vrai, a un titre assez accrocheur, mais la construction d'un État démocratique est un processus de longue haleine. (...) Il faut qu'il y ait une culture de promotion et de défense des droits humains. C'est un rapport utile".

Toutes les actualités

Les autorités ont accepté l'évacuation sanitaire de l'opposant Jean-Marie Mokoko

Les autorités ont accepté l'évacuation sanitaire de l'opposant Jean-Marie Mokoko
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Evacuation de Mokoko: la société civile brazzavilloise ne fait pas confiance à la Turquie

Le général Jean Marie Michel Mokoko, jugé et condamné à 20 ans de reclusions. (VOA/Arsène Séverin)

Les autorités du Congo-Brazzaville ont enfin accepté que l'opposant Jean-Marie-Michel Mokoko quitte le pays pour aller se soigner en Turquie. Un choix que désapprouve la société civile.

C’est après trois semaines de tractations entre le gouvernement, la famille et les médecins que les autorités ont permis à l'ancien chef d'état-major général ds forces armées congolaises d’aller se soigner en Turquie.

Son avion a quitté l’aéroport international Maya Maya de Brazzaville à 11h28, selon une source aéroportuaire.

M. Mokoko, 78 ans, souffre d’un paludisme sévère et des problèmes cardiaques, selon son médecin personnel. L’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016 avait été déclaré positif au coronavirus, mais son docteur estime qu'il s'agit d'un faux diagnostic. M. Mokoko se rend à Istanbul sans ce dernier, car il a été empêcher d’embarquer avec lui, malgré le fait qu’il avait obtenu un visa en bonne et due forme.


Le général Mokoko a été admis depuis le 2 juillet à l’hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville.

La destination Istanbul a surpris beaucoup de Congolais, qui s’attendaient voir le général débarquer à Paris en France ou à Rabat au Maroc. Certaines organisations de la société civile dénoncent le choix de la Turquie, pays où le respect des droits humains n'est pas garanti.

"La Turquie n’est pas un bon exemple en matière des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, plusieurs opposants y sont maltraités. Cela veut dire qu’en partance pour la Turquie, le Congo a exporté la maison d’arrêt", a déploré l’opposant Paulin Makaya, lui-même un ancien prisonnier, au cours d’une conférence animée jeudi dans la capitale.

"Nous sommes très inquiets qu’il soit parti sans son médecin. Nous espérons que les autorités turques prendront toutes les dispositions nécessaires pour lui garantir tous les soins appropriés", a affirmé Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH).

Selon Me Eric Yvon Ibouanga, l’avocat du général Mokoko, ce dernier était "combatif et serein", quoi que "fatigué par la maladie".

"Il faut remercier les autorités de notre pays qui ont accédé favorablement à la demande que le collectif des avocats a adressée pour l’évacuation sanitaire du général Mokoko", a-t-il indiqué.

Arrivé en 3e place à la présidentielle de 2016 derrière Denis Sassou N’Guesso, président réélu, et Guy Brice Parfait Kolelas selon les chiffres officiels, le général Mokoko n’a jamais reconnu la victoire du président Sassou N’Guesso.

En 2018 il est condamné à 20 ans de prison pour atteinte à la sureté de l’Etat. Une condamnation qui avait été dénoncée par les Nations unies, qui ont appelé à sa remise en liberté.

Selon le quotidien Les Dépêches de Brazzaville, le président Denis Sassou Nguesso avait reçu des proches de l'opposant lundi dernier. C'est suite à cette rencontre que le chef de l'État a donné son accord pour l'évacuation de son adversaire.

A Brazzaville, le casse-tête du déconfinement

A Brazzaville, le casse-tête du déconfinement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Un photographe créatif démontre le "fantôme" du coronavirus aux jeunes de Brazzaville

Le Covid-19 présenté comme un fantôme à Brazzaville, le 21 juillet 2020. (VOA/Arsène Séverin)

C’est au marché Total, l’un des plus grands de Brazzaville, que le photographe Lebon Chasard Ziavoula se sert de son appareil pour attirer l’attention des jeunes qui ne croient toujours pas à l’existence du coronavirus.

Il habille un autre jeune en blanc, et le présente comme un fantôme au milieu des humains. Le message est clair: le coronavirus est un fantôme, et donc visible ou pas, il existe réellement.

Certains jeunes Brazzavillois ne croient pas que le coronavirus existe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00


"Cela attire les curieux qui demandent s’il y a le coronavirus. Et j’en profite pour dire que la maladie existe", explique M. Ziavoula.

Beaucoup de Congolais ont développé un scepticisme face à la pandémie. Les jeunes sont en première ligne. "On ne voit rien, mais on nous dit que le coronavirus existe. On fait comme à l’église : Dieu existe, mais on ne le voit pas", ironise Mirna.

"Regardez les conditions dans lesquelles les gens circulent dans les marchés et comment on se bouscule pour prendre les bus. On s’en fout", indique Jonas, un autre jeune qui estime que cette pandémie n’est qu’ "un mythe" et que les chiffres publiés à la télé, "c’est pour amuser la population".

A l’instar du photographe Ziavoula, des jeunes sensibilisent d’autres jeunes à la présence effective de la maladie COVID-19 au Congo.

Yoan Ibiliki, président de l’Association congolaise pour l’assistance sociale, appelle les jeunes à prendre conscience. "Nous avons mené des activités envers les jeunes pour qu’ils fassent preuve de civisme et de responsabilité face à cet ennemi invisible", indique-t-il.

Thales Zokene, un jeune artiste, estime qu’il ne faut pas suivre les jeunes qui ne croient pas à la présence du coronavirus au Congo. "Nous ne pouvons pas tomber dans cette naïveté. Il est temps que la jeunesse prenne ce problème à bras le corps", explique-t-il.

Selon plusieurs témoignages recueillis dans la ville, le scepticisme se développe dans la société, en partie parce que les médias locaux ne montrent pas les malades de COVID-19 dans leurs lits d’hôpital.

Et même parmi les jeunes congolais qui sont convaincus que le coronavirus existe, nombreux sont ceux qui doutent de la capacité des structures locales de prise en charge.

Des inquiétudes battues en brèche par la ministre de la santé, Jacqueline Lydia Mikolo."On a toujours tendance à être dans la rumeur, dans le trafic d’information sur les réseaux sociaux", déplore-t-elle. "Nous avons bien des respirateurs, ils sont là, installés et d’autres ne le sont pas encore à cause des travaux", souligne la ministre Mikolo.

A ce jour, le Congo-Brazzaville compte 3 038 cas confirmés de coronavirus dont 51 décès et 758 guérisons. Le pays est toujours en état d’urgence sanitaire.

Certains jeunes Brazzavillois ne croient pas que le coronavirus existe

Certains jeunes Brazzavillois ne croient pas que le coronavirus existe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG