Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

La majorité présidentielle critique l'action du gouvernement

Les participants aux universités de la majorité présidentielle à Brazzaville, Congo, le 30 avril 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Au Congo-Brazzaville, les leaders politiques proches du président Denis Sassou Nguesso ont dénoncé le manque d'action dans la lutte contre la corruption et l'absence des solutions aux problèmes de la population.

En 22 ans de pouvoir depuis la fin de la guerre de 1997, jamais la majorité présidentielle ne s'était livrée à tel exercice. Critiquer sans tabou l'action du gouvernement, avant de proposer des solutions.

Pour Pierre Ngolo, le secrétariat général du PCT, le parti présidentiel, prône "une réflexion collective, critique, rigoureuse et sans tabou qui donne à la fin des vraies réponses aux vrais sujets de préoccupation de nos compatriotes".

La majorité présidentielle critique l'action du gouvernement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

"Devant les interrogations, le doute et les inquiétudes des citoyens sur leur quotidien, nous devrons penser, bien penser et agir efficacement pour autant qu'il nous incombe de redonner espoir et confiance aux Congolais. A tout notre peuple, nous demandons de vaincre le scepticisme".

La critique de la majorité présidentielle a touché tous les domaines, et la question lancinante de la corruption a été sur toutes les lèvres.

Extrait du communiqué final de ces universités de la majorité au pouvoir : "La corruption, la concussion, la fraude et autres crimes économiques occasionnent des enrichissements sans cause et ruinent l'économie nationale. La corruption constitue un véritable fait de société qui gangrène dangereusement la vie des populations. Elle est principalement due à la faiblesse dans la gouvernance, l'impunité. Il faut appliquer la loi sur la déclaration du patrimoine en vue de renforcer la lutte contre les détournements des deniers publics ; rendre opérationnels tous les organes de contrôle et de lutte contre la corruption et tous les actes inciviques, particulièrement la Haute cour de justice et la Haute autorité de lutte contre la corruption. Traduire en justice les auteurs d'actes d'antivaleurs et de faire aboutir les procédures y relatives, quel que soit le statut des personnes incriminées".

Beaucoup de Congolais saluent cette initiative, mais estiment en même temps que le pouvoir se flagelle et se tire une balle dans le pied. Pour l'opposant Paulin Makaya, la solution se trouve dans un dialogue inclusif : "Il faut qu'on mette en place une commission préparatoire mixte paritaire : opposition, pouvoir, société civile et la diaspora, parce qu'il s'agit du pays qui est malade. Il ne faut pas tergiverser. Nous sommes tous de passage, qu'est-ce qu'on va laisser à ces générations futures. Non, il ne faut pas blaguer avec ce peuple qui a trop souffert !"

Les 42 recommandations formulées par la majorité au pouvoir devraient permettre au gouvernement de revoir sa copie, jusque-là insatisfaite.

Toutes les actualités

Trafic d’enfants: à Brazzaville, des condamnations et des doutes

Six Béninois condamnés à de lourdes peines de prison pour trafic d'enfants à Brazzaville, le 7 août 2020. (VOA/Arsène Séverin).

Après le verdict d'un tribunal pénal dans une affaire de traite des êtres humains, on s'interroge si le juge s'est empressé de conclure le cas sans respecter les droits des accusés.

La cour criminelle de Brazzaville a condamné six ressortissants du Bénin à des peines allant de trois à dix ans de prison ferme pour avoir organisé et entretenu la traite des enfants sur le territoire congolais.

Cette condamnation est contestée par les accusés qui estiment que le juge a subi des pressions extérieures, notamment des Américains.

"Les preuves de l’infraction n’ont pas été rapportées. Nous souhaitons que la justice congolaise puisse croître positivement, pas parce qu’il y a une pression américaine que nous sommes obligés de rendre des décisions pour faire plaisir", a déploré Me Kikoro, avocat de la défense.

Six personnes condamnées pour trafic d'enfants à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00


Dans un tweet publié juste à la fin du procès, l’ambassade des Etats-Unis à Brazzaville avait en effet félicité le juge congolais chargé du dossier pour avoir organisé ce procès et condamné fermement les promoteurs du trafic des êtres humains dans le pays.

L’année dernière, des agents du FBI - la police fédérale américaine - ont formé à Brazzaville une vingtaine de gendarmes et policiers congolais sur ce phénomène. Les Etats-Unis mettent la pression sur le gouvernement congolais pour que celui-ci soit effectivement engagé dans la lutte contre la traite des personnes.

L’enquête de moralité initiée par le juge pendant le procès a révélé que les six ressortissants du Bénin ne disposaient pas titre de séjour régulier. Par ailleurs, quelques enfants touchés par cette traite ont été présentés devant le tribunal. Ils ont tous moins de 18 ans.

Selon une source proche du ministère de la Justice, le chef de l’Etat congolais s’apprête à promulguer la loi contre la traite des êtres humains. Cet instrument juridique est vivement attendu par les acteurs de la société civile.

Dans le procès qui s’est déroulé à la cour criminelle de Brazzaville, la direction générale des Affaires sociales s’était constituée partie civile. Le directeur général Christian Mabiala a encouragé le juge à accompagner son administration dans la traque des trafiquants.

"Ces condamnations ont été prononcées pour faire en sorte que le Congo ne soit plus un pays qui peut héberger ces trafiquants", a réagi M. Mabiala qui reconnaît par ailleurs que ce trafic se développe dans certaines villes du Congo comme Pointe-Noire, la capitale économique.

Dans la ville pétrolière, les ONG mettent des bouchons doubles, mais la répression ne suit pas. Le coordonnateur de la Commission diocésaine Justice et Paix, Brice Mackosso, appelle les autorités à organiser une traque plus élargie avec d’autres pays concernés par le phénomène.

"Il y a quelques avancées qui sont encore timides. Mais, il faut encore redoubler d’efforts. Il faudrait que les ministères concernés travaillent ensemble pour voir dans quelle mesure stopper ce phénomène depuis les pays d’origine", a-t-il suggéré.

Brazzaville: l’opposition rejette le vote par anticipation des forces de sécurité

Les partisans de Guy Brice Parfait Kolelas, président par intérim du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégré manifestent au siège des candidats à Brazzaville le 23 mars 2016. / AFP / MARCO LONGARI

L'opposition congolaise s'est opposée lundi à un projet de loi prévoyant le vote par anticipation des membres des forces de défense et de sécurité du Congo, accusant les autorités de vouloir les utiliser à des fins électorales à la présidentielle de 2021.

"Ce projet de loi a été déjà déposé samedi au bureau du Parlement pour permettre aux gendarmes, policiers et militaires de voter avant afin de s’occuper exclusivement de la sécurisation du vote le jour du scrutin", selon le ministère des Relations avec le parlement.

"Voter une telle loi, c’est contribuer à la déchéance du pays" et "valider la fraude par le double vote et le bourrage d’urnes, au profit du candidat du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir)", a dénoncé l’opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, chef de l’Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki).

La prochaine élection présidentielle au Congo est prévue en avril 2021 dans ce pays dirigé par le président Denis Sassou Nguesso, âgé de 77 ans dont 35 au pouvoir.

"Les bureaux ne seront pas tenus par des chefs militaires. Il n’y aura ni tricherie ni bourrage d’urnes, car vote anticipé ou pas, c’est toujours un électeur, une voix", a réagi une source gouvernementale ayant requis l'anonymat, interrogée par l'AFP.

Le président Sassou Nguesso avait fait modifier la Constitution en 2015 pour briguer un troisième mandat.

Six personnes condamnées pour trafic d'enfants à Brazzaville

Six personnes condamnées pour trafic d'enfants à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Les autorités ont accepté l'évacuation sanitaire de l'opposant Jean-Marie Mokoko

Les autorités ont accepté l'évacuation sanitaire de l'opposant Jean-Marie Mokoko
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Evacuation de Mokoko: la société civile brazzavilloise ne fait pas confiance à la Turquie

Le général Jean Marie Michel Mokoko, jugé et condamné à 20 ans de reclusions. (VOA/Arsène Séverin)

Les autorités du Congo-Brazzaville ont enfin accepté que l'opposant Jean-Marie-Michel Mokoko quitte le pays pour aller se soigner en Turquie. Un choix que désapprouve la société civile.

C’est après trois semaines de tractations entre le gouvernement, la famille et les médecins que les autorités ont permis à l'ancien chef d'état-major général ds forces armées congolaises d’aller se soigner en Turquie.

Son avion a quitté l’aéroport international Maya Maya de Brazzaville à 11h28, selon une source aéroportuaire.

M. Mokoko, 78 ans, souffre d’un paludisme sévère et des problèmes cardiaques, selon son médecin personnel. L’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016 avait été déclaré positif au coronavirus, mais son docteur estime qu'il s'agit d'un faux diagnostic. M. Mokoko se rend à Istanbul sans ce dernier, car il a été empêcher d’embarquer avec lui, malgré le fait qu’il avait obtenu un visa en bonne et due forme.


Le général Mokoko a été admis depuis le 2 juillet à l’hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville.

La destination Istanbul a surpris beaucoup de Congolais, qui s’attendaient voir le général débarquer à Paris en France ou à Rabat au Maroc. Certaines organisations de la société civile dénoncent le choix de la Turquie, pays où le respect des droits humains n'est pas garanti.

"La Turquie n’est pas un bon exemple en matière des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, plusieurs opposants y sont maltraités. Cela veut dire qu’en partance pour la Turquie, le Congo a exporté la maison d’arrêt", a déploré l’opposant Paulin Makaya, lui-même un ancien prisonnier, au cours d’une conférence animée jeudi dans la capitale.

"Nous sommes très inquiets qu’il soit parti sans son médecin. Nous espérons que les autorités turques prendront toutes les dispositions nécessaires pour lui garantir tous les soins appropriés", a affirmé Trésor Nzila Kendet, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH).

Selon Me Eric Yvon Ibouanga, l’avocat du général Mokoko, ce dernier était "combatif et serein", quoi que "fatigué par la maladie".

"Il faut remercier les autorités de notre pays qui ont accédé favorablement à la demande que le collectif des avocats a adressée pour l’évacuation sanitaire du général Mokoko", a-t-il indiqué.

Arrivé en 3e place à la présidentielle de 2016 derrière Denis Sassou N’Guesso, président réélu, et Guy Brice Parfait Kolelas selon les chiffres officiels, le général Mokoko n’a jamais reconnu la victoire du président Sassou N’Guesso.

En 2018 il est condamné à 20 ans de prison pour atteinte à la sureté de l’Etat. Une condamnation qui avait été dénoncée par les Nations unies, qui ont appelé à sa remise en liberté.

Selon le quotidien Les Dépêches de Brazzaville, le président Denis Sassou Nguesso avait reçu des proches de l'opposant lundi dernier. C'est suite à cette rencontre que le chef de l'État a donné son accord pour l'évacuation de son adversaire.

Voir plus

XS
SM
MD
LG