Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'Eglise catholique demande une enquête après le meurtre d'un prêtre en RDC


Une procession de catholiques près de l'église St François De Sales, à Kinshasa, le 25 février 2018.

La conférence épiscopale nationale de la République démocratique du Congo (Cenco) a exigé lundi l'ouverture d'une enquête après la mort la veille d'un curé tué par balle dans le Nord-Kivu (est), a annoncé l'Eglise catholique dans un communiqué.

"La Cenco condamne avec force cet assassinat", souligne le communiqué qui "exige une enquête afin de retrouver les auteurs de ce crime et de les traduire en justice conformément aux lois de la République démocratique du Congo".

La Cenco se dit "consternée", estimant que "l'Eglise catholique en République démocratique du Congo continue à payer un lourd tribut à l'insécurité qui règne dans le pays alors qu'elle ne travaille que pour le bien de la Nation".

>> Lire aussi : Un prêtre catholique tué par de présumés miliciens dans l'Est de la RDC

L'abbé Étienne Sengiyumva, curé de la paroisse de Kitchanga, a été tué dimanche à 80 km de Goma après avoir dit la messe, avait déclaré à l'AFP l'abbé Louis de Gonzague Nzabanita, vicaire général du diocèse de Goma.

Ses agresseurs seraient un groupe d'autodéfense communautaire (Maï Maï) Nyatura (qui prétend défendre les Hutus du Nord-Kivu), selon la même source.

En proie à la guerre puis à l'activité des groupes armés depuis 23 ans, le Nord-Kivu enregistre une reprise des violences depuis fin 2016-début 2017.

>> Lire aussi : Un prêtre libéré mais trois civils exécutés dans l'est de la RDC

Lundi, six gardes ont été tués dans une embuscade dans la vitrine touristique de la province, le parc des Virunga.

Vendredi, un autre prêtre, l'abbé Célestin Ngango, enlevé par des hommes armés non identifiés, a été libéré contre rançon dans le territoire voisin de Rutshuru où trois autres civils enlevés ont été exécutés par leurs ravisseurs.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG