Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

John McCain, "héros" de l'Amérique, de retour pour l'éternité à l'Académie navale

The family follows as the casket of Sen. John McCain, R-Ariz., is moved from the Chapel on the grounds of the United States Navel Academy after a service

La dépouille du sénateur John McCain a été inhumée dimanche à l'Académie navale d'Annapolis dans le Maryland, au terme d'une semaine d'hommage national pour le vétéran de la politique américaine.

John McCain est décédé le 25 août à l'âge de 81 ans, dans son fief de l'Arizona où il luttait depuis un an contre un cancer du cerveau. Il a été inhumé, lors d'une cérémonie privée, dans le cimetière de l'Académie navale, près de Washington, d'où le pilote de la marine était sorti officier en 1958.

"Héros américain", fils et petit-fils d'amiraux, il avait été prisonnier et torturé pendant la guerre du Vietnam, avant d'entamer une carrière de 35 ans au Congrès où il avait défendu une tradition politique de civilité et marqué la politique américaine au-delà des barrières idéologiques.

Plusieurs centaines de personnes, certaines tenant des drapeaux américains, ont assisté au passage du convoi funéraire entre Washington et Annapolis, la capitale du Maryland.

"C'est simplement quelqu'un que nous admirons", a déclaré au quotidien local Capital Gazette Sam Smith, un employé fédéral à la retraite de 71 ans. "Il a toujours été un champion du peuple", a-t-il dit.

Une cérémonie religieuse s'est tenue dans la chapelle de l'Académie où le général en retraite David Petraeus, un ami personnel, a prononcé un discours. Le sénateur républicain Lindsey Graham et le fils de John McCain, Jack, ont également rendu des hommages au défunt.

Le secrétaire à la Défense James Mattis, deux amiraux ainsi que deux hommes qui avaient été prisonniers de guerre aux côtés de John McCain lors de la guerre du Vietnam ont porté le cercueil.

Recouvert d'un drapeau américain, le cercueil a ensuite été tiré par des chevaux jusqu'au cimetière de l'Académie où il a été inhumé dans l'intimité, aux côtés d'un ami de longue date, l'ancien amiral Chuck Larson, décédé en 2014.

L'enterrement conclut une semaine de cérémonies et d'hommages à la mémoire de John McCain, candidat républicain à l'élection présidentielle de 2008 remportée par Barack Obama.

Funérailles nationales pour John McCain (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Les hommages ont eu lieu d'abord en Arizona, l'Etat où John McCain avait débuté sa carrière politique après sa retraite de la Navy, puis au Capitole, siège du Congrès à Washington, et à la cathédrale de la capitale fédérale samedi pour des funérailles nationales.

Les anciens présidents George W. Bush et Barack Obama ont rendu des hommages appuyés au sénateur, saluant sa capacité à transgresser les clivages politiques, au contraire du président Donald Trump, le grand absent de ces cérémonies.

John McCain avait fait savoir avant sa mort qu'il ne souhaitait pas que l'actuel président assiste à ses obsèques, les deux hommes se vouant un mépris mutuel.

Autre signe de cette inimitié, Donald Trump a quitté samedi la Maison Blanche pour jouer une partie de golf en Virginie au moment où se déroulaient les funérailles.

Avec AFP

Toutes les actualités

Destitution de Trump: les moments marquants des premiers témoignages télévisés

William Taylor, ancien ambassadeur en Ukraine qui est désormais chargé d’affaires à Kiev, et George Kent, secrétaire d’Etat adjoint chargé des affaires européennes et eurasiennes, ont été entendus mercredi. (AP Photo/J. Scott Applewhite)

Une révélation, des attaques républicaines, un peu de géopolitique: deux diplomates américains ont été longuement entendus mercredi lors des premières auditions publiques au Congrès depuis le début de l'enquête en destitution de Donald Trump.

Voici les moments les plus marquants des témoignages télévisés de William Taylor, le plus haut diplomate de l'ambassade des Etats-Unis à Kiev, et George Kent, haut responsable du département d'Etat spécialiste de l'Ukraine:

- La priorité de Trump en Ukraine -

William Taylor a rapporté un échange parvenu à ses oreilles récemment, qui donne l'image d'un Donald Trump obsédé par ses intérêts politiques personnels.

Le 26 juillet, un jour après avoir demandé à son homologue ukrainien d'enquêter sur son rival politique Joe Biden, le président américain s'est entretenu par téléphone avec un de ses proches, l'ambassadeur auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, qui se trouvait à Kiev.

Un des collaborateurs de M. Taylor, qui avait entendu les deux hommes discuter, avait ensuite demandé à M. Sondland ce que le locataire de la Maison Blanche pensait de l'Ukraine.

"L'ambassadeur Sondland a répondu que le président Trump s'intéressait davantage à l'enquête sur Biden" qu'à la situation dans ce pays, a révélé l'attaché d'affaires.

- "Témoin vedette" -

Plusieurs élus républicains ont reproché aux deux diplomates de n'avoir jamais parlé avec Donald Trump et d'extrapoler à partir de sources indirectes.

"Dans une phrase, on a six personnes impliquées dans quatre conversations", a ironisé Jim Jordan en interrogeant William Taylor: "Je ne peux pas y croire: vous êtes leur témoin vedette !"

"Je pensais avoir été clair quand j'ai dit que je n'étais pas ici pour prendre parti pour un camp ou un autre", a rétorqué l'ambassadeur sans se départir de son calme.

- Le canal "irrégulier" -

Les deux diplomates ont décrit comment un canal diplomatique "irrégulier" avait peu à peu pris le pas sur le canal "officiel" en Ukraine.

Ce canal, mis en place par l'avocat personnel de Donald Trump Rudy Giuliani, allait "à l'encontre" des intérêts américains dans ce pays", selon M. Taylor.

M. Giuliani "cherchait de quoi salir" Joe Biden, bien placé pour affronter Donald Trump lors de la présidentielle de 2020, a déclaré George Kent. "A la mi-août, il m'est apparu évident que ses efforts" "contaminaient désormais" les relations entre Kiev et Washington, a-t-il ajouté.

- Le fils Biden -

Le fils de Joe Biden, Hunter, est entré au conseil d'administration d'un groupe gazier ukrainien, Burisma, en 2014. Au même moment, son père, en tant que vice-président des Etats-Unis, s'est impliqué dans les efforts américains pour soutenir ce pays en pleine révolution.

Or, Donald Trump accuse Joe Biden d'avoir réclamé peu après le limogeage d'un procureur ukrainien pour protéger ce groupe d'une enquête de corruption.

George Kent a reconnu avoir signalé à la Maison Blanche que la nomination d'Hunter Biden risquait de créer "l'impression d'un conflit d'intérêt".

"Je n'ai toutefois jamais vu aucun effort américain pour protéger Burisma d'une enquête", a-t-il ajouté, en assurant qu'il n'existe "aucune" base pour soutenir les accusations du président.

- Les morts ukrainiens -

Tout au long de l'audition, les deux diplomates ont tenté de rappeler les enjeux du dossier pour l'Ukraine.

Les Etats-Unis ont suspendu au début de l'été une aide militaire de 400 millions de dollars destinée à ce pays, finalement débloquée à la mi-septembre. M. Trump est soupçonné de s'en être servi pour faire pression sur Kiev.

Or, cette aide était "cruciale pour la défense de l'Ukraine" engagée depuis cinq ans dans un conflit armé avec la Russie, a souligné M. Taylor.

Le diplomate a raconté s'être rendu la semaine dernière sur la ligne de front où un soldat ukrainien venait de mourir, laissant entendre que, sans cette aide, le bilan aurait pu être plus lourd.

Avec AFP

Trump : premières auditions publiques au Congrès américain

Trump : premières auditions publiques au Congrès américain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:39 0:00

Les trottinettes électriques ont envahi la capitale américaine

Les trottinettes électriques ont envahi la capitale américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:09 0:00

Impeachment: audition de témoin clés, ouverte au public

Impeachment: audition de témoin clés, ouverte au public
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Trump/Ukraine : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès

Trump/Ukraine : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG