Liens d'accessibilité

HRW appelle un renforcement des Casques bleus en Centrafrique

  • VOA Afrique

Des enfants observent le véhicule des casques bleus marocains, Bangassou, le 14 aout 2017

L'ONU doit renforcer la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) dont le mandat s'achève bientôt, estime l'ONG Human Rights Watch (HRW), alors que le Secrétaire général de l'ONU, qui achève une visite de quatre jours dans le pays, a plaidé à plusieurs reprises pour un renfort de Casques bleus.

"Afin de protéger les populations exposées, le Conseil de sécurité des Nations unies devrait proroger le mandat de la mission de maintien de la paix de l'ONU, avant son expiration le 15 novembre 2017, et approuver la demande d'un renfort de 900 troupes supplémentaires formulée le 18 octobre par le Secrétaire général Antonio Guterres", indique HWR dans son rapport publié vendredi.

La Minusca compte environ 10.000 Casques bleus déjà présents dans le pays sur plus de 12.500 hommes rattachés à la mission, et elle a pour fonction de maintenir la paix dans un pays de 4,5 millions d'habitants vaste de plus de 600.000 km2 et en proie à des violences entre groupes armés.

Arrivé mardi pour sa première visite à une mission de paix de l'ONU depuis sa prise de fonctions en janvier, M. Guterres a déclaré jeudi soir à l'AFP qu'il faisait "confiance au commandement de la force" militaire de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca).

Accusés par leurs détracteurs de "passivité" et parfois même de "collusion" face aux groupes armés, les contingents onusiens font aussi face à une avalanche d'accusations d'agressions sexuelles.

"On a reconnu le problème (des agressions sexuelles) et maintenant on va faire de notre mieux, on est en train de faire de notre mieux, pour répondre à cette question clé", a déclaré le patron de l'ONU jeudi soir à l'AFP.

La Centrafrique subit depuis plusieurs mois une recrudescence de violences contre les civils et des affrontements entre groupes armés, avec en ligne de mire le contrôle des ressources naturelles et des zones d'influence.

Dans son nouveau rapport, HRW a pu documenter les morts de 250 civils depuis le mois de mai, la plupart dans le sud-centre et le sud-est du pays.

HRW a également recensé 25 cas de viols par des miliciens dans la province de la Basse-Kotto (sud) depuis mai.

Les combats entre les groupes armés en Centrafrique ont contraint des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs foyers depuis mai, portant le nombre total de personnes déplacées dans le pays à 592.300 et le nombre total de réfugiés à 481.600 -le plus élevé depuis la mi-2014-, selon les chiffres de l'ONU cités dans le rapport de HRW.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG