Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Cameroun

Essor de la transformation locale du cacao au Cameroun

Des visiteurs de Festicacao, découvrent le soin de visage à base de la poudre de cacao, à Yaoundé, le 10 août 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

La transformation du cacao pourrait connaitre un plein essor au Cameroun. Au regard des produits issus de ce secteur d’activités, exposés lors du festival international du cacao à Yaoundé.

De nombreuses start-up camerounaises fabriquent du chocolat, des produits cosmétiques, diététiques et ayant des vertus thérapeutiques à base du cacao.

La transformation du cacao camerounais pourrait connaitre son plein essor
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Les consommateurs ont pu jauger la qualité de ces produits dans un contexte où le prix du kilogramme de cacao s’achète au Cameroun à 1500 francs CFA. Le prix relativement bas a ouvert la voie à la filière de la transformation locale qui se fait encore, à une forte proportion, de manière artisanale.

A Yaoundé, le 10 août 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
A Yaoundé, le 10 août 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

"Dans notre pays, nous n’avons pas encore découvert tout ce qu’on peut faire avec le cacao. Nous sommes encore entrain de l’étudier, je crois qu’avec le temps, nous n’allons plus l’exporter", soutient Suzanne Noelle Ayolo. Elle dirige une start –up de transformation et de conditionnement du cacao depuis 4 ans à Ebolewa, dans la région du Sud et emploie 4 personnes.

"Nous transformons le cacao en général. A partir de son jus, de ses cabosses, jusqu’à la fève. Nous obtenons beaucoup de sous-produits du cacao comme par exemple, le jus naturel de cacao, la confiture de cacao, et en plus nous avons les fèves de cacao qui nous donnent le cacao torréfié, la poudre de cacao et le beurre de cacao. Et nos produits bio", explique la jeune promotrice avec beaucoup de fierté, dans son stand d’exposition.

Les produits bio, à base du cacao, c’est le label que défendent les locaux. Par exemple dans "le groupe de la roche internationale", qui a un laboratoire naturopathe et de cacao thérapie.

Du chocolat fabriqué au Cameroun exposé à Festicacoa 2019, à Yaoundé, le 10 août 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
Du chocolat fabriqué au Cameroun exposé à Festicacoa 2019, à Yaoundé, le 10 août 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

Roche Bodio, le promoteur confie à VOA Afrique que : "Mes produits sont 100% naturels et bio, tout se fait à la main, j’ai des partenaires qui me produisent du cacao bio, qui ont été formés par moi pour le choix des cabosses et pour la fermentation spéciale avant que la matière première n’arrive à mon laboratoire".

Il ajoute que son idée de "cacao thérapie" lui permet de "soigner et prévenir plus de deux cents maladies avec notre cacao y compris les accidents celebro-vasculaires et neurologiques".

La transformation du cacao profite aussi au secteur du cosmétique. Sur le site d'exposition lors du festival international du cacao, un institut de beauté a présenté au public, un masque facial à base de poudre de cacao.

"Le cacao a pour but de régénérer les cellules de la peau, de donner l’éclat et il n’y a pas d’effets secondaires à la longue, c’est l’un des éléments essentiels qu’on utilise pour le masque de visage, les produits qu’on utilise sont 100% naturels", rassure Lisa Onana, une employée de cet institut.

Lors de la visite des stands, Marie Claire, une jeune étudiante a découvert le soin de visage à partir de la poudre de cacao "c’est très agréable, j’ai souvent utilisé certains produits pour les soins de visage qui m’irritaient la peau, mais ce produit est très doux, il y’a une nette différence au visuel et au toucher", dit-elle.

Les retombées financières de la transformation locale du cacao sont perceptibles, chez certains opérateurs.

"Nous avons voulu nous arrimer au départ aux prix standards, c’est-à-dire un litre de beurre de cacao à 25.000 francs CFA, il n’y a pas beaucoup d’acheteurs, nous avons baissé le prix à 10.000 francs CFA, on trouve quand même un peu plus de personnes qui achètent qu’avant", déclare Bruno Ebassa dirige à Ebebda, une localité située à 78 km de Yaoundé, une petite unité de production et de transformation du cacao.

Les producteurs de cacao réclament de meilleurs revenus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:52 0:00

La production cacaoyère du Cameroun tourne autour de 100 000 tonnes depuis cinq campagnes. Mais le pays transforme environ 25 % de ses fèves.
"Nous sommes à près de cent mille tonnes en l’espace de cinq ans. Et l’objectif est d’arriver à pouvoir transformer 40%", selon Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce.

Pour le ministre camerounais, "la zone de libre-échange est une aubaine, une excellente opportunité qui devrait nous permettre effectivement de continuer d’avancer dans notre politique de développement".

Une usine de transformation des fèves, pour la production du beurre et de la poudre de cacao, est fonctionnelle au Cameroun depuis avril 2019. Elle est dotée d’une capacité de production annuelle de 32 000 tonnes.

Toutes les actualités

Début du procès du principal opposant à Paul Biya le 6 septembre

Maurice Kamto, chef du parti d'opposition camerounais Mouvement pour la renaissance du Cameroun lors d'un rassemblement de campagne pour la prochaine élection présidentielle, à Yaoundé, le 30 septembre 2018.

Le procès du principal opposant camerounais, Maurice Kamto, écroué depuis janvier, débutera le 6 septembre devant un tribunal militaire de Yaoundé, a annoncé mercredi à l'AFP son avocat et responsable de son parti.

Arrivé en deuxième position lors de l'élection présidentielle du 7 octobre 2018, M. Kamto avait été arrêté, ainsi qu'environ 150 personnes, à la suite d'une manifestation le 26 janvier 2019 à l'appel de son parti, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui considérait la victoire de M. Biya, au pouvoir depuis 1982, comme un "hold-up électoral".

Le tribunal militaire de Yaoundé, devant lequel M. Kamto est poursuivi notamment pour "insurrection et hostilité contre la patrie", a fixé l'ouverture de son procès au 6 septembre, a annoncé à l'AFP Emmanuel Simh, son avocat et troisième vice-président du MRC.

M. Kamto avait été convoqué mardi devant cette juridiction militaire qui lui a notifié cette date, a précisé Me Simh.

Plusieurs dizaines de soutiens et partisans de l'opposant seront jugés en même temps que lui, selon l'avocat. Le 11 juillet, un juge d'instruction du tribunal militaire avait décidé du renvoi pour un procès devant cette juridiction de 104 personnes, dont M. Kamto.

Les avocats de l'opposant avaient alors fait appel, contestant la compétence du tribunal militaire au motif que cette juridiction ne peut pas juger des civils. La Cour d'appel ne s'est pas encore prononcée.

Prison à vie pour un dissident anglophone

Prison à vie pour un dissident anglophone
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Prison à vie contre les 10 leaders séparatistes anglophones

Prison à vie contre les 10 leaders séparatistes anglophones
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Prison à vie pour un leader des séparatistes anglophones

Prison à vie pour un leader des séparatistes anglophones
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Human Rights Watch dénonce la torture de détenus au Cameroun

Des prisonniers font la queue à l'intérieur de la prison centrale de Douala, le 8 mars 2006.

Des dizaines de détenus séparatistes anglophones ou membres de l'opposition ont été torturés par les forces de sécurité après avoir été extraits d'une prison de Yaoundé à l'issue d'une mutinerie en juillet, a affirmé mardi Human Rights Watch (HRW).

Le 22 juillet, des détenus de la prison centrale de Yaoundé s'étaient mutinés pour protester contre leurs conditions de détention, épouvantables selon eux, la surpopulation carcérale et les longues détentions sans procès pour les anglophones, provoquant des dégâts et des incendies dans certains locaux ainsi que des violences entre prisonniers.

Le gouvernement camerounais avait annoncé le 3 août que 244 détenus avaient été interpellés, leurs avocats assurant qu'une partie d'entre eux avaient été emmenés au Secrétariat d'Etat à la Défense (SED), le siège de la gendarmerie dans la capitale camerounaise. Ils affirmaient également que les prisonniers transférés au SED y étaient torturés.

"Les autorités camerounaises ont détenu plus d'une centaine de personnes au secret et torturé nombre d'entre elles" entre le 23 juillet et le 4 août, assure HRW. "Les détenus ont été transférés vers (...) le SED" au lendemain de l'"émeute à la prison centrale de Yaoundé le 22 juillet pour protester contre la surpopulation, les conditions de vie désastreuses et les retards dans le traitement des dossiers devant les tribunaux", poursuit l'ONG dans un communiqué.

HRW se base sur les témoignages de 14 détenus et plusieurs avocats. "On nous battait deux fois par jour avec des matraques en bois et des machettes", précise un prisonnier de 29 ans.

Selon l'organisation, nombre de ces détenus étaient soupçonnés par les autorités "de faire partie de groupes séparatistes armés opérant dans les régions anglophones du Cameroun ou de les soutenir". "Parmi les autres détenus figuraient des membres et des partisans du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC)", l'un des principaux partis de l'opposition.

Les deux provinces anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest sont le théâtre depuis fin 2016 d'une contestation qui a dégénéré en affrontements armés entre séparatistes et forces de sécurité, qui ont fait, selon HRW, plus de 2.000 morts à ce jour.

Le SED a été dénoncé à plusieurs reprises par des ONG de défense des droits humain pour la pratique de la torture envers des détenus.

Réagissant aux accusations de mauvais traitement et torture formulées par les avocats, le ministre camerounais de la Communication, Emmanuel Sadi, avait déclaré le 3 août que les détenus faisaient l'objet de "procédures légales dans le strict respect des lois de la République", assurant que plusieurs d'entre eux avaient été retrouvés en possession d'armes blanches.

Voir plus

XS
SM
MD
LG