Liens d'accessibilité

En "finale" contre la Suisse, Cristiano Ronaldo dans son élément

  • VOA Afrique

Cristiano Ronaldo marque son deuxième but lors du match de la Ligue des champions entre Real Madrid et Dortmund au stade Westfalenstadion, Dortmund, Allemagne, 26 septembre 2017. (Twitter/ @realmadriden)

Le Portugal compte sur son homme providentiel Cristiano Ronaldo, expert des grands rendez-vous, pour enlever au finish un billet direct pour le Mondial 2018 en battant la Suisse mardi à Lisbonne (18H45 GMT).

La dixième et dernière journée des qualifications pour la Coupe du monde organisée en Russie offrira bel et bien une "finale" entre les champions d'Europe en titre et des Helvètes au parcours impeccable, leaders depuis le coup d'envoi de ce groupe B.

Avec 27 points engrangés au fil de ses neuf victoires successives en autant de rencontres, la Nati aura l'avantage de se qualifier en cas de match nul, puisqu'elle dispose de trois longueurs d'avance sur la Selecçao, qui s'est inclinée en Suisse (2-0) en tout début de campagne.

En embuscade depuis 13 mois, les Lusitaniens pourront toutefois échapper aux barrages s'ils s'imposent mardi devant les plus de 60.000 spectateurs attendus au stade de la Luz, car ils affichent une meilleure différence de buts (+26 contre +18), premier critère pour se départager en cas d'égalité.

Le Portugal, actuellement au 3e rang du classement Fifa, a été présent à tous les grands tournois internationaux depuis l'Euro-2000 mais a dû passer par la case barrages à trois reprises.

Montrer la voie

Pour s'éviter cet exercice hasardeux, les hommes du sélectionneur Fernando Santos doivent donc impérativement prendre leur revanche sur la Suisse, qui les avait surpris à Bâle dans la foulée de leur sacre à l'Euro-2016 et alors qu'ils étaient privés de leur capitaine, blessé lors de la finale du championnat d'Europe face à la France.

Depuis le retour de Ronaldo, le Portugal a enchaîné huit succès d'affilée, auxquels l'attaquant vedette du Real Madrid a grandement contribué avec 15 buts, soit la moitié du total de son équipe.

Samedi face à la modeste équipe d'Andorre, le quadruple Ballon d'or s'est encore une fois révélé décisif, en sautant du banc à la mi-temps pour montrer la voie à ses coéquipiers, jusque là trop brouillons. Après avoir ouvert le score, "CR7" a été à l'origine du second but de la victoire portugaise (2-0).

A l'issue du match, Fernando Santos a reconnu avoir "beaucoup hésité" à l'aligner dans le onze de départ, car le crack de 32 ans ne s'était pas entraîné "à 100%" en début de semaine et risquait d'être suspendu en cas d'avertissement à Andorre.

"J'aurais également pu le faire jouer depuis le début, puis le sortir dès que le match aurait tourné à notre avantage", a avoué le coach qui fêtera mardi son 63e anniversaire.

Grand artisan de la victoire de sa sélection à l'Euro-2016, Ronaldo a pris l'habitude de se sublimer quand son pays a besoin de lui.

Chasse au record

L'homme aux 79 buts en 146 rencontres, qui figure au top 5 de l'histoire des buteurs internationaux, avait été déterminant en barrages de l'Euro-2012 en inscrivant un doublé retentissant lors du match retour face à la Bosnie (0-0, 6-2).

Sans Ronaldo, alors forfait, le Portugal avait eu beaucoup plus de mal à éliminer ce même adversaire deux ans auparavant, sur la route du Mondial-2010 (1-0, 1-0).

La performance de "CR7" aura été particulièrement bluffante lors des barrages précédant la Coupe du monde 2014, quand il a écarté à lui seul la Suède de Zlatan Ibrahimovic en marquant l'unique but du match aller (1-0) puis un triplé magistral lors du retour en terre scandinave (3-2).

Cette soirée d'anthologie avait tellement frappé les esprits que la Fifa avait décidé de prolonger le vote pour le Ballon d'or 2013, finalement décerné au natif de l'île de Madère qui n'avait pourtant soulevé aucun trophée avec le Real Madrid cette saison-là.

Depuis, Ronaldo a disputé et remporté avec son club trois finales de Ligue des champions (2014, 2016 et 2017), en pesant à chaque fois sur le cours des évènements.

Le choc de mardi contre la Suisse contient donc tous les ingrédients des grandes soirées de football dont raffole l'insatiable N.7 portugais, qui aura en plus l'occasion de battre le record de 16 buts en une seule campagne qualificative établi dimanche par le Polonais Robert Lewandowski.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG