Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

En Chine, des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain

Un singe Langur de François au zoo Henry Doorly à Omaha, dans le Nebraska, le 19 mai 2005.

Des scientifiques chinois ont implanté à des singes un gène considéré comme jouant un rôle dans le développement du cerveau humain, dans le cadre d'une étude sur l'évolution de l'intelligence humaine.

L'étude, parue en mars dans la publication anglophone de Pékin National Science Review, a été réalisée par des chercheurs de l'Institut de zoologie de Kunming (sud-ouest de la Chine) et de l'Académie des sciences chinoises travaillant avec des chercheurs américains de l'Université de Caroline du Nord. (AP Photo / Nati Harnik)

Les chercheurs ont implanté à 11 macaques rhésus des versions humaines du gène MCPH1, qui selon des estimations scientifiques jouent un rôle dans le développement du cerveau humain.

Ils ont découvert que les cerveaux de ces singes, comme ceux des humains, avaient mis plus de temps à se développer et que les animaux obtenaient de meilleurs résultats aux tests sur la mémoire à court terme et le temps de réaction, en comparaison avec les singes vivant dans la nature.

La taille des cerveaux des singes de l'expérience n'était toutefois pas supérieure à celle des cerveaux de leurs congénères du groupe de contrôle.

Cette expérience est la dernière en date d'une série de recherches biomédicales effectuées en Chine qui ont suscité une controverse au plan de l'éthique.

"Nos résultats démontrent que des primates transgéniques non-humains (en dehors des espèces de grands singes) ont le potentiel pour fournir des aperçus importants -et potentiellement uniques- concernant des questions fondamentales sur ce qui rend l'homme unique", écrivent les auteurs de l'étude.

Les singes ont été soumis à des tests de mémoire dans lesquels ils devaient se souvenir de couleurs et de formes sur un écran et à des IRM. Seuls cinq d'entre eux ont survécu jusqu'à la phase de tests.

Selon les auteurs de l'étude, le macaque rhésus, bien que plus proche génétiquement des humains que les rongeurs, reste suffisamment éloigné de l'homme pour ne pas susciter de questionnement éthique mais cela n'a toutefois pas dissuadé les critiques.

"Dans l'imaginaire populaire, on se retrouve tout simplement sur la +Planète des Singes+", a commenté Jacqueline Glover, une bioéthicienne de l'Univerisité du Colorado.

"Les humaniser revient à faire quelque chose de mal. Où vivraient-ils et que feraient-ils ? Il ne faut pas créer un être vivant qui ne peut pas avoir une vie significative dans un contexte quelconque", a-t-elle déclaré à la MIT Technology Review.

Larry Baum, un chercheur du Centre for Genomic Sciences de l'Université de Hong Kong, a néanmoins relativisé ces craintes, soulignant que "cette étude n'a modifié que l'un de quelque 20.000 gènes".

En janvier, une équipe de scientifiques chinois avait annoncé avoir cloné cinq singes à partir d'un spécimen unique dont les gènes avaient été modifiés pour le rendre malade, afin d'étudier les troubles du sommeil. Ils avaient découvert que ces singes montraient des signes de problèmes mentaux associés (dépression, anxiété, comportements liés à la schizophrénie). Ces résultats publiés dans la National Science Review visaient, selon eux, à servir la recherche sur les maladies psychologiques humaines.

En novembre 2018, le chercheur chinois He Jiankui avait annoncé avoir fait naître deux bébés humains dont les gènes avaient été modifiés pour les protéger du virus du sida. Très critiqué par Pékin et la communauté scientifique internationale, il s'est retrouvé au centre d'une enquête de police et a été démis.

See all News Updates of the Day

Les auteurs des attentats de Pâques recherchés

Les auteurs des attentats de Pâques recherchés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Le Sri Lanka traque les islamistes responsables des attentats de Pâques

Les personnes vivant près de l'église attaquée hier quittent leurs maisons pendant que l'armée tente de désamorcer une fourgonnette présumée avant qu'elle n'explose à Colombo, au Sri Lanka, le 22 avril

Le Sri Lanka traquait lundi les responsables de la vague d'attentats suicides qui ont fait 290 morts et 500 blessés la veille, un bain de sang imputé à un mouvement islamiste local dont l'enquête cherche à déterminer d'éventuelles connexions internationales.

Alors que les attaques n'ont toujours pas été revendiquées, le pays de 21 millions d'habitants a déclaré l'état d'urgence à partir de lundi minuit (18H30 GMT) et un nouveau couvre-feu nocturne dans un contexte de vive tension.

En quelques heures dimanche, des attentats à la bombe coordonnés ont semé la mort dans des hôtels et des églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs endroits du Sri Lanka, qui n'avait pas connu un tel épisode de violences depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

Au moins 31 étrangers, dont une personne de nationalité française, figurent parmi les morts, a annoncé lundi le ministère srilankais des Affaires étrangères. 14 autres sont toujours portés disparus et pourraient figurer parmi les victimes non identifiées à la morgue, a ajouté le ministère.

Mais, de son côté, la police locale a établi à au moins 37 le bilan des tués étrangers, alors que le processus d'identification des victimes s'avère compliqué.

En pointant du doigt le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), le porte-parole du gouvernement sri-lankais a indiqué avoir "du mal à voir comment une petite organisation dans ce pays peut faire tout cela". "Nous enquêtons sur une éventuelle aide étrangère et leurs autres liens, comment ils forment des kamikazes, comment ils ont produit ces bombes", a-t-il ajouté.

L'incrimination du NTJ marque une montée en puissance spectaculaire de ce groupe extrémiste peu connu, dont le principal fait d'armes jusqu'ici était la dégradation de statues bouddhiques en décembre dernier.

L'organisation avait fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle elle préparait des attentats suicides contre des églises de la minorité chrétienne et l'ambassade d'Inde à Colombo.

"Les services de renseignement ont signalé qu'il y a des groupes terroristes internationaux derrière les terroristes locaux", a affirmé le président Maithripala Sirisena lors d'une rencontre avec des diplomates étrangers, demandant l'assistance de la communauté internationale, selon des propos rapportés par ses services.

Les deux principales organisations djihadistes internationales, al-Qaïda et le groupe État islamique (EI), cherchent depuis des années à recruter dans les communautés musulmanes du sous-continent indien. Leur propagande insiste sur les persécutions dont sont, selon elles, victimes les musulmans de la région.

- Retour de la peur -

Les autorités sri-lankaises ont annoncé l'arrestation de 24 personnes et indiqué que le FBI américain les assistait dans leur enquête. Interpol va également déployer une équipe d'enquêteurs.

Par ailleurs, 87 détonateurs de bombes ont été découverts lundi dans une gare de bus de Colombo située à mi-chemin des hôtels haut de gamme du front de mer et de l'église Saint-Antoine, sites d'attentats dimanche.

En fin d'après-midi, une explosion s'est produite lors d'une opération de déminage de bombe à proximité de cette même église Saint-Antoine, provoquant un mouvement de panique.

Lundi matin, la morgue de Colombo était le théâtre de scènes de désolation. "La situation est sans précédent", notait un responsable sous couvert de l'anonymat. "Nous demandons aux proches de fournir de l'ADN pour aider à identifier certains corps", trop mutilés.

Une femme, dont le frère aîné a été tué avec ses trois enfants, s'est effondrée en larmes en les identifiant un à un sur un écran. Le plus jeune de ses neveux était "un bébé si mignon, il n'avait que huit mois. Qu'a-t-il fait pour mériter ça ?", se révoltait-elle.

Dans les rues de la capitale, la vie reprenait un cours d'apparence normale. Pour nombre de Sri-Lankais, les attentats du dimanche de Pâques ont réveillé les terribles souvenirs des années noires de la guerre civile entre la majorité cinghalaise et la rébellion indépendantiste tamoule.

À l'époque, les attentats à la bombe étaient courants et donnaient des sueurs froides aux habitants : "Maintenant, nous avons peur de toucher les sacs poubelles en plastique noir. La série d'explosions hier nous a remis en mémoire le temps où nous avions peur de prendre des bus ou des trains à cause des colis piégés", a témoigné Malathi Wickrama, une balayeuse municipale de la capitale Colombo.

- Attaques quasi-simultanées -

Six explosions très rapprochées sont survenues dimanche matin et deux autres plusieurs heures après, dans ce pays prisé des touristes pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante.

Dans la capitale, trois hôtels de luxe en front de mer -- le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury -- ainsi que l'église Saint-Antoine ont été frappés par des kamikazes.

Des bombes ont aussi explosé dans l'église Saint-Sébastien à Negombo et dans une autre à Batticaloa, ville située de l'autre côté du Sri Lanka, sur la côte orientale.

Quelques heures plus tard, deux nouvelles déflagrations sont survenues. L'une dans un hôtel de Dehiwala, banlieue sud de Colombo, l'autre à Orugodawatta, dans le nord de la ville.

Dimanche soir, une "bombe artisanale" a été désamorcée sur une route menant au principal terminal de l'aéroport de Colombo qui reste ouvert sous haute sécurité.

Du Vatican aux États-Unis en passant par l'Inde, les condamnations internationales ont été unanimes. Le président américain Donald Trump a présenté lundi ses condoléances au Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe.

"Le président Trump a promis le soutien des États-Unis au Sri Lanka pour déférer les auteurs devant la justice, et les deux dirigeants ont réaffirmé leur engagement à lutter contre le terrorisme mondial", a rapporté la Maison Blanche.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka où les chrétiens représentent 7% de la population, majoritairement bouddhiste (70%). Le pays compte également 12% d'hindous et 10% de musulmans.

Les ambassades étrangères au Sri Lanka ont recommandé à leurs ressortissants d'éviter tout déplacement non impératif. Les États-Unis ont estimé que "des groupes terroristes continuent à préparer de possibles attaques" au Sri Lanka, dans leurs conseils aux voyageurs.

Eric Meyer décortique les attentats du groupe islamiste Sri Lankais

Eric Meyer décortique les attentats du groupe islamiste Sri Lankais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Le Sri Lanka traque les islamistes responsables des attentats de Pâques

Le Sri Lanka traque les islamistes responsables des attentats de Pâques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:44 0:00

Sri Lanka : Interpol déploie une équipe d'enquêteurs

Une sri-lankaise s'éloigne du sanctuaire de St. Anthony, tenant son bébé après que la police a découvert des engins explosifs dans un véhicule garé à Colombo, au Sri Lanka, le lundi 22 avril 2019.

Interpol renforce son aide au Sri Lanka, au lendemain des attentats du dimanche de Pâques qui ont fait 290 morts dans le pays, avec le déploiement en cours d'une équipe d'enquêteurs sur place, annonce lundi l'organisation internationale de police criminelle.

"Dépêchée à la demande des autorités srilankaises, la cellule de crise d'Interpol (IRT) inclut des spécialistes en étude de scène de crime, en explosifs et en contre-terrorisme ainsi que des experts en analyse et en identification de victimes de catastrophes", précise Interpol dont le siège mondial est à Lyon, dans un communiqué.

"Si nécessaire, des expertises complémentaires dans le domaine de la médecine légale numérique, de la biométrie ainsi que des analyses de vidéos et de photos pourront être ajoutées à cette équipe sur le terrain", poursuit-il.

Des vérifications sont déjà en cours grâce à la base de données nominales de l'organisation et celle sur les documents de voyage volés et perdus afin de déterminer des "pistes d'investigation potentielles et des connections internationales".

Outre l'aide de la cellule IRT, un soutien est déjà assuré par le Centre de commandement et de coordination d'Interpol (CCC) depuis ses trois salles d'opérations situées à Lyon, Singapour et Buenos Aires.

Il doit permettre aussi vite que possible l'échange d'informations sur l'identité des victimes étrangères des attaques avec les bureaux d'Interpol des pays concernés.

"Les familles et les amis des victimes de ces attaques, comme pour tout attentat terroriste, ont besoin du soutien entier de la communauté des forces de l'ordre dans le monde et le méritent", ajoute le secrétaire général d'Interpol Jürgen Stock, cité dans le communiqué.

Lundi, le porte-parole du gouvernement srilankais, Rajitha Senaratne a incriminé un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama'ath (NTJ), comme étant à l'origine des attaques suicides.

"Nous enquêtons sur une éventuelle aide étrangère (au groupe) et leurs autres liens, comment ils forment des kamikazes, comment ils ont produit ces bombes", a-t-il ajouté.

Le NTJ avait fait il y a dix jours l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, consultée par l'AFP, selon laquelle le mouvement préparait des attentats à Colombo contre des églises et l'ambassade d'Inde.

En quelques heures dimanche, des bombes ont semé mort et désolation dans des hôtels de luxe et églises célébrant la messe de Pâques en plusieurs endroits de l'île d'Asie du Sud. 24 personnes ont été arrêtées à ce stade de l'enquête.

Voir plus

XS
SM
MD
LG