Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Trois médecins congolais soupçonnés du meurtre d'un épidémiologiste de l'OMS placés en détention

Des médecins et des agents de santé à Butembo, après une attaque contre une équipe de lutte contre Ebola, à Butembo RDC, le 24 avril 2019.

La justice congolaise a affirmé détenir trois des quatre médecins accusés d'être impliqués dans l'assassinat en avril d'un épidémiologiste camerounais de l'OMS dans une attaque de milices contre une équipe de lutte contre Ebola, dans l'est de la RDC.

Ces médecins sont "poursuivis" pour "terrorisme, association de malfaiteurs", a déclaré le lieutenant-colonel Jean-Baptiste Kumbu Ngoma, procureur militaire de Butembo (Nord-Kivu). Ils sont accusés d'avoir tenu "des réunions en date du 14 avril 2019 pour projeter l'assassinat du docteur Richard Mouzoko", épidémiologiste de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a-t-il ajouté.

Trois médecins congolais soupçonnés du meurtre d'un épidémiologiste
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Il s'agit des docteurs Hippolyte Sangala Kisako, Aurélien Luendo Paluku et Gilbert Kasereka.

Parmi ces médecins, "trois sont en détention", a déclaré le procureur, ajoutant que d'autres personnes, dont au moins une femme, sont également détenues dans cette affaire.

Un quatrième médecin, le Dr Mundama Witende, est hors du pays, selon un de ses confrères.

Me Jean-Guelord Kizito Poipo, avocat du Dr Sangala, a confirmé la détention de son client. "Hier (mardi), les trois médecins (présents) ont été appelés à se présenter pour une dernière confrontation. Notre client a dit qu'il n'a jamais participé à une telle réunion", a dit l'avocat.

Pour le procureur, les médecins "sont parmi les auteurs moraux" de l'attaque qui a coûté la vie au Dr Richard Valery Mouzoko. "Je les ai interpellés, je les ai interrogés sur procès-verbal et j'ai fait des confrontations", a-t-il dit.

Le Dr Richard Valery Mouzoko Kiboung avait été tué le 19 avril dans une attaque d'hommes armés contre l'hôpital universitaire de Butembo où il présidait une réunion avec les membres de l'équipe de riposte contre Ebola.

La RDC lutte depuis une année contre une épidémie de fièvre hémorragique qui a déjà fait plus de 1.820 morts, essentiellement dans les régions rurales de Beni, Butembo-Katwa (Nord-Kivu) et en Ituri.

Toutes les actualités

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola

Goma: une marche citoyenne contre l'Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière

RDC: Fin des consultations provinciales sur le document de politique foncière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

Des Chinois arrêtés et relâchés sur fond de contrôle d'un péage routier (avocat)

Un ingénieur congolais sur son ordinateur, le 25 février 2015 à Kinshasa.

Des Chinois travaillant pour un géant du BTP sont inquiétés depuis plusieurs jours dans le centre de la République démocratique du Congo avec pour véritable enjeu, d'après leur avocat, le contrôle d'un péage sur une route qu'ils réhabilitent au Kasaï.

Sept ressortissants chinois travaillant pour le conglomérat public China Railway Engineering Corporation (CREC) ont été relâchés après avoir été arrêtés la semaine dernière, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat.

Ils avaient été accusés de séjour irrégulier par les autorités de la province du Kasaï central.

Après leur transfert à Kinshasa, la Direction générale des migrations (DGM) a estimé que "leur séjour est régulier et ils ont été immédiatement relaxés", a déclaré à l'AFP Mathieu Lukusa Lufukona, avocat de la société CREC.

La société, l'une des 20 plus importantes en Chine, assure la construction de routes à travers la RDC. Au Kasaï, le géant chinois de la construction réhabilite une route qui va de Kananga vers l'Angola. La CREC gère un péage à Matamba, à 20 km de Kananga.

Me Lukusa a accusé le gouverneur du Kasaï central "Martin Kabuya de (vouloir) faire venir sa propre société pour remplacer CREC pour la construction de la route de Kalamba-Mbuji et mettre la main sur les recettes du péage".

M. Kabuya n'a pu être joint par l'AFP.

Un responsable du service de migration du Kasaï central a indiqué à l'AFP que trois autres "Chinois, en situation irrégulière", ont été arrêtés à Kananga. Ils travaillent également pour la CREC.

Ils "se cachaient dans une maison, nous les avons dénichés et ils sont gardés au cachot des services des renseignements de la police", a-t-il affirmé sous couvert d'anonymat.

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre

L'espoir fou d'un enseignement primaire gratuit dès septembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma

L'eau du lac Kivu essentielle pour freiner la propagation d'Ebola à Goma
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG