Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

DJ Arafat : le procureur va réprimer plus "fermement" les "dérives" sur internet

L'hommage à DJ Arafat dans le stade Felix Houphouet-Boigny à Abidjan, le 30 août 2019.

Le procureur d'Abidjan, Richard Adou, a annoncé lors d'une conférence de presse mercredi que ses services allaient désormais réprimer plus sévèrement les dérives sur l'internet et les réseaux sociaux, menaçant les administrateurs et modérateurs de poursuites.

Cet avertissement intervient dans le sillage de la mort du chanteur DJ Arafat avec la diffusion d'images de son corps après son accident puis exhumé après la profanation de son corps. C'est aussi une mesure annoncée à un an de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, dix ans après la crise de 2010-2011 ayant fait 3.000 morts alors que les réseaux sociaux n'avaient pas encore l'importance qu'ils ont aujourd'hui dans le pays.

"Nous avons touché le fond" avec les "dérives" sur l'internet autour de la mort de DJ Arafat, a lancé le procureur qui a affirmé avoir rencontré des administrateurs de sites, dont ceux de Facebook, et fait "passer un message de fermeté extrême avec lequel ces infractions seront désormais réprimées".

"La commission de nombreuses infractions à la loi pénale à travers des publications incendiaires et les incitations à le faire ne peuvent rester impunies", a-t-il déclaré, soulignant que "liberté d'expression rime avec responsabilité".

Le procureur a répété à plusieurs reprises que ses services allaient désormais poursuivre les administrateurs de sites qui "laissaient perdurer" des messages ou vidéos incitant à la haine ou à la violence.

Il a rappelé que les responsable encouraient jusqu'à 20 ans de prison. "Diverses mesures pour prévenir les dérives ont été suggérées aux administrateurs (...): identification complète des membres (des communautés), traque et radiation des cyber-délinquants, dénonciation aux autorités, élaboration de charte d'utilisation à faire signer, désignation de modérateurs chargés de surveiller les messages et de détruire" ceux contrevenant à la loi.

Le procureur a indiqué qu'une personne avait été condamné à 24 mois de prison en comparution immédiate pour avoir diffusé des images du corps de DJ Arafat la semaine dernière.

Il a aussi souligné qu'après l'annonce lundi de 12 interpellations de personnes soupçonnées d'avoir participé à la profanation du tombeau, d'autres interpellations allaient suivre.

La tombe et le cercueil du chanteur ivoirien mort le mois dernier dans un accident de moto ont été ouverts samedi matin à Abidjan, alors que la star du coupé-décalé venait d'être inhumée après une nuit d'hommage musical.

Toutes les actualités

Le Franco-ivoirien Tidjane Thiam, patron de Credit Suisse, emporté par un scandale

Le patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam, a annoncé sa démission le 7 février 2020. (Michael Buholzer / AFP)

Le patron de Credit Suisse Tidjane Thiam, l'un des visages les plus connus de la finance mondiale, a pris la porte vendredi, emporté par un scandale d'espionnage d'anciens cadres dans lequel il a toujours nié être impliqué.

M. Thiam, un Franco-ivoirien de 57 ans, quittera ses fonctions le 14 février, après la présentation des résultats annuels de la banque, a annoncé le numéro deux du secteur bancaire helvétique dans un communiqué.

Il sera remplacé par le Suisse Thomas Gottstein, un cadre de longue date au sein de Credit Suisse, où il est entré en 1999 après des débuts chez UBS.

Depuis septembre, Credit Suisse est secouée par des révélations concernant la surveillance de son ancien directeur de la gestion internationale de fortune, Iqbal Khan, après son départ inattendu pour rejoindre la banque concurrente UBS.

Les remous ont enflé au fil des révélations dans la presse suisse, secouant le monde habituellement feutré de la finance helvétique.

Filature rocambolesque dans les rues de Zurich, inimitiés personnelles et querelles de voisinage entre M. Thiam et M. Khan... les fuites embarrassantes dans la presse suisse avaient poussé la banque à ordonner une enquête interne, confiée à un cabinet d'avocats.

Début octobre, en publiant ses premières conclusions, Credit Suisse avait annoncé le départ avec "effet immédiat" de Pierre-Olivier Bouée, directeur opérationnel, proche de M. Thiam et présumé "seul" responsable.

Selon cette enquête, ce cadre considéré comme le bras droit de M. Thiam, avait ordonné cette surveillance, de sa propre initiative, sans en référer à sa hiérarchie. Avec pour objectif de protéger les intérêts de la banque en s'assurant que M. Khan ne cherchait pas à convaincre des membres de son équipe de le rejoindre chez un concurrent.

Mais l'affaire avait connu un nouveau rebondissement en décembre, lorsque la banque avait reconnu un second cas d'espionnage visant cette fois l'ancien directeur des ressources humaines, avant de rejaillir à nouveau début février avec de nouvelles révélations dans la presse dominicale.

Selon le SonntagsZeitung, la surveillance aurait également visé l’organisation écologiste Greenpeace qui aurait été infiltrée afin d'anticiper ses actions chocs visant la banque.

"Aucune connaissance" des filatures

En remettant sa démission, M. Thiam a réaffirmé ne pas avoir été au courant de ces filatures.

"Je n'avais aucune connaissance de l'observation de (ces) deux anciens collègues", a-t-il déclaré dans le communiqué annonçant sa démission.

"Cela a incontestablement perturbé Credit Suisse", a-t-il ajouté. "Je regrette ce qui est arrivé et qui n'aurait jamais dû avoir lieu".

Diplômé de l'école Polytechnique et de l'Ecole des mines de Paris, M. Thiam avait pris les commandes de la banque en 2015 après avoir repositionné avec succès l'assureur britannique Prudential.

Doté d'une réputation solide, il avait été qualifié par certains tabloïds suisses d'"Obama de la finance”.

M. Thiam avait rapidement mis en place un plan sur trois ans visant à renforcer la gestion de fortune et à recalibrer la banque d'investissement pour alléger la voilure sur ses activités les plus volatiles.

Mais le ton avait changé au fil de la réorganisation de la banque, qui lui avait valu de vives critiques face aux lourdes pertes dans les premières années de sa mise en oeuvre.

"Tidjane a apporté une énorme contribution à Credit Suisse depuis qu'il nous a rejoint en 2015", a déclaré le président du conseil d'administration Urs Rohner, cité dans le communiqué.

Le conseil d'administration a unanimement apporté son soutien à M. Rohner, a précisé le communiqué, alors que l'affaire d'espionnage a également provoqué une salve de critiques à son encontre.

"Malgré le soutien explicite de grands actionnaires à Tidjane Thiam, le conseil d'administration a décidé de nommer un nouveau directeur général", a réagi Andreas Venditti, analyste chez Vontobel dans un commentaire boursier. "Cette annonce va aider à ramener le calme et à restaurer la confiance", a-t-il estimé.

A 10H52 GMT, l'action chutait de 2,90% à 12,41 francs suisses alors que le SMI, l'indice des valeurs phares de la Bourse suisse perdait 0,40%.

"T. Thiam a indubitablement piloté Credit Suisse dans une phase extrêmement difficile", a pour sa part commenté Javier Lodeiro, analyste à la banque cantonale de Zurich, à titre de premier bilan. Il attend deux choses de son successeur: qu'il renforce la gestion d'actifs et contrôle fermement les coûts.

VOA60 du 6 février 2020

VOA60 du 6 février 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Coronavirus : un étudiant ivoirien témoigne sur les conditions de vie à Wuhan

Coronavirus : un étudiant ivoirien témoigne sur les conditions de vie à Wuhan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Laurent Gbagbo réclame une liberté sans condition

Laurent Gbagbo réclame une liberté sans condition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

CPI: Laurent Gbagbo réclame une liberté sans condition

L'ancien président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, comparaît devant la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas, le 15 janvier 2019. (Reuters)

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, assigné à résidence depuis son acquittement en janvier 2019 d'accusations de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI), a réclamé jeudi une liberté sans condition.

"La défense estime que, sur le principe, il ne peut être imposé de restrictions à la liberté d'une personne acquittée", a déclaré Dov Jacobs, un des membres de l'équipe de défense de M. Gbagbo, lors d'audiences à la CPI.

Après leur acquittement, M. Gbagbo et l'ex-chef des Jeunes patriotes ivoiriens Charles Blé Goudé avaient été libérés sous conditions, dont l'obligation de résider dans un Etat membre de la Cour disposé à les accueillir en attendant le procès en appel.

Laurent Gbagbo, qui vit désormais en Belgique, a été reconnu non coupable de crimes commis entre 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire. Il a été maintenu en détention à La Haye pendant plus de sept ans dans l'attente d'un verdict des juges dans l'affaire.

Une personne acquittée "doit pouvoir exercer l'intégralité de ses droits, y compris ses droits civiles et politiques", a estimé devant la Cour M. Jacobs.

"La seule issue logique est d'abandonner toutes les conditions restrictives de liberté", a-t-il martelé.

La CPI, qui tient des audiences sur l'affaire jusque vendredi, n'a pas indiqué la date à laquelle les juges rendront leur décision.

M. Blé Goudé - qui réside à La Haye - a par ailleurs été condamné fin décembre par contumace à 20 ans de prison par la justice ivoirienne pour des crimes commis dans le cadre de la crise post-électorale de 2010-2011.

Voir plus

XS
SM
MD
LG