Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

DJ Arafat : le procureur va réprimer plus "fermement" les "dérives" sur internet

L'hommage à DJ Arafat dans le stade Felix Houphouet-Boigny à Abidjan, le 30 août 2019.

Le procureur d'Abidjan, Richard Adou, a annoncé lors d'une conférence de presse mercredi que ses services allaient désormais réprimer plus sévèrement les dérives sur l'internet et les réseaux sociaux, menaçant les administrateurs et modérateurs de poursuites.

Cet avertissement intervient dans le sillage de la mort du chanteur DJ Arafat avec la diffusion d'images de son corps après son accident puis exhumé après la profanation de son corps. C'est aussi une mesure annoncée à un an de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, dix ans après la crise de 2010-2011 ayant fait 3.000 morts alors que les réseaux sociaux n'avaient pas encore l'importance qu'ils ont aujourd'hui dans le pays.

"Nous avons touché le fond" avec les "dérives" sur l'internet autour de la mort de DJ Arafat, a lancé le procureur qui a affirmé avoir rencontré des administrateurs de sites, dont ceux de Facebook, et fait "passer un message de fermeté extrême avec lequel ces infractions seront désormais réprimées".

"La commission de nombreuses infractions à la loi pénale à travers des publications incendiaires et les incitations à le faire ne peuvent rester impunies", a-t-il déclaré, soulignant que "liberté d'expression rime avec responsabilité".

Le procureur a répété à plusieurs reprises que ses services allaient désormais poursuivre les administrateurs de sites qui "laissaient perdurer" des messages ou vidéos incitant à la haine ou à la violence.

Il a rappelé que les responsable encouraient jusqu'à 20 ans de prison. "Diverses mesures pour prévenir les dérives ont été suggérées aux administrateurs (...): identification complète des membres (des communautés), traque et radiation des cyber-délinquants, dénonciation aux autorités, élaboration de charte d'utilisation à faire signer, désignation de modérateurs chargés de surveiller les messages et de détruire" ceux contrevenant à la loi.

Le procureur a indiqué qu'une personne avait été condamné à 24 mois de prison en comparution immédiate pour avoir diffusé des images du corps de DJ Arafat la semaine dernière.

Il a aussi souligné qu'après l'annonce lundi de 12 interpellations de personnes soupçonnées d'avoir participé à la profanation du tombeau, d'autres interpellations allaient suivre.

La tombe et le cercueil du chanteur ivoirien mort le mois dernier dans un accident de moto ont été ouverts samedi matin à Abidjan, alors que la star du coupé-décalé venait d'être inhumée après une nuit d'hommage musical.

Toutes les actualités

Vives réactions à Abidjan suite à l'appel de la CPI concernant le verdict de Laurent Gbagbo

Vives réactions à Abidjan suite à l'appel de la CPI concernant le verdict de Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Afrotech : développement de la télémédecine en Côte d'Ivoire

Afrotech : développement de la télémédecine en Côte d'Ivoire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:28 0:00

Maître Altit réagit à l'appel contre l'acquittement de Laurent Gbagbo

Maître Altit réagit à l'appel contre l'acquittement de Laurent Gbagbo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

CPI/ Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Fatou Bensouda fait appel

CPI/ Laurent Gbagbo et Blé Goudé : Fatou Bensouda fait appel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Les pro-Gbagbo dénoncent un "acharnement" après l'appel de la CPI

Laurent Gbagbo attend le début de son procès devant la CPI à La Haye, le 28 janvier 2016.

Pascal Affi N'Guessan, président d'une tendance du Front populaire ivoirien (FPI), a dénoncé lundi "l'acharnement" à l'encontre de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, après l'annonce d'un appel de la procureure de la Cour pénale internationale contre son acquittement en première instance.

"C'est du dilatoire juridique et de l'acharnement politique pour maintenir le plus longtemps possible loin de leur pays Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, et les empêcher de prendre part à la vie politique de la Côte d'Ivoire", a déclaré à l'AFP M. Affi N'Guessan.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a fait appel lundi contre l'acquittement de crimes contre l'humanité prononcé en janvier en faveur de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, l'ex-chef du mouvement pro-Gbagbo des Jeunes Patriotes.

Ancien Premier ministre de M. Gbagbo, qui a fondé le FPI, Pascal Affi N'Guessan en revendique la présidence en son absence. Mais il est contesté par la tendance "légitimiste" du parti qui ne reconnaît que Laurent Gbagbo.

Georges Armand Ouegnin, président d'Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), coalition pro-Gbgabo qui regroupe des partis politiques d'opposition et des associations de la société civile, a lui aussi fait part de sa "déception" et dénoncé un "acharnement", après l'annonce de l'appel de la CPI.

"Je suis profondément déçu, mais je garde espoir". "J'ai confiance en la justice, même s'il y a un acharnement judiciaire", a déclaré à l'AFP M. Ouegnin. Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé "sont innocents". "C'est important qu'ils reviennent en Côte d'Ivoire pour la réconciliation nationale".

Les deux hommes ont été reconnus non coupables de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales qui avaient fait 3.000 morts en Côte d'Ivoire, et libérés sous conditions. Dans l'attente de la suite du procès, M. Gbagbo réside à Bruxelles, et M. Blé Goudé aux Pays-Bas.

Voir plus

XS
SM
MD
LG