Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Destitution du gouverneur de Rio de Janeiro

Le gouverneur de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, lors de la cérémonie de prestation de serment du président de Petrobras, Roberto Castello Branco, à Rio, le 3 janvier 2019. M. Witzel a été destitué le 28 août 2020 pour des faits de corruption présumés. (AP/Leo Correa)

Wilson Witzel, le gouverneur de Rio de Janeiro, a été destitué vendredi pour des faits de corruption présumés liés à la lutte anticoronavirus. Il rejette ces accusations et dénonce un complot.

Pressenti comme un potentiel rival du président Jair Bolsonaro pour la présidentielle de 2022, cet ancien juge de 52 ans a dénoncé un "outrage à la démocratie", tout en promettant de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour annuler la décision judiciaire qui l'a écarté du pouvoir.

Véritable coup de tonnerre, l'ordre de destitution a été pris par un juge du Tribunal supérieur de justice, haute cour basée à Brasilia, obligeant le gouverneur à quitter son poste pour au moins six mois, le temps de son procès.

Dans son arrêt, le juge Benedito Gonçalves justifie cette mesure extrême en affirmant que "le groupe criminel" dont M. Witzel est le dirigeant présumé "continue à agir, détournant et blanchissant des fonds en pleine pandémie de Covid-19, sacrifiant les vies de milliers de personnes".

Dès l'aube, des hélicoptères ont survolé la résidence officielle du gouverneur, qui a été perquisitionnée, dans le cadre d'une vaste opération mobilisant des dizaines de policiers et visant également d'autres personnes liées à M. Witzel, y compris son épouse.

Dans le cadre de la même opération policière, le parquet fédéral de Rio a émis plusieurs mandats d'arrêt: la police a notamment interpellé le Pasteur Everaldo, président du Parti social chrétien (PSC), la formation politique du gouverneur.

Selon le parquet, dès le début de son mandat, en janvier 2019, M. Witzel tenait une caisse noire pour recevoir des pots-de-vin lors de l'attribution de contrats à la suite d'appels d'offre truqués.

Les soupçons portent notamment sur des détournement de fonds censés être destinés à l'achat de respirateurs et à la construction d'hôpitaux de campagne pour des patients atteints du Covid-19. Seul deux des sept hôpitaux prévus ont été finalement construits.

Des perquisitions avaient déjà été menées à la résidence officielle du gouverneur Witzel le 26 mai et deux semaines plus tard l'assemblée législative de l'Etat de Rio avait ouvert une procédure de destitution à son encontre.

"Intérêts puissants"

"Ils n'ont rien trouvé. C'est un cirque", a lancé Wilson Witzel lors d'un discours d'une grande virulence à sa résidence officielle du Palais de Laranjeiras, dénonçant un "possible usage politique" de la machine judiciaire.

"Je suis en train d'être massacré politiquement parce qu'il y a des intérêts puissants qui ne veulent pas de moi au pouvoir et veulent détruire l'Etat de Rio", a-t-il affirmé.

"C'est comme ça que meurent les démocraties, quand les adversaires politiques sont détruits en utilisant la machine publique et en cooptant les institutions", a-t-il insisté, avant de citer le président Bolsonaro, sans pour autant le mettre en cause directement.

Le vice-président, Hamilton Mourao, a dit pour sa part que "la corruption semble s'être enracinée à Rio". Dans un pays où la corruption est un fléau, les quatre prédécesseurs de Wilson Witzel ont également eu maille à partir avec la justice pour corruption, dont Sergio Cabral (2007-2014), qui purge une peine de plus de 50 ans de réclusion.

Toutes les actualités

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle

La gestion de la pandémie pourrait décider de l’issue de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Des mesures pour enrayer une deuxième vague du nouveau coronavirus qui pointe timidement

Une personne portant un masque fait du vélo sur la place du Duomo, dans la Lombardie en Italie, après que le gouvernement a introduit de nouvelles mesures restrictives en raison d'une hausse du nombre d'infections par le COVID-19, Italie 19 octobre 2020. REUTERS/Flavio Lo Scalzo

Le nouveau coronavirus qui a déjà infecté plus de 40 millions de personnes et tué près de 1.114.500 dans le monde refait lentement surface après une courte période d'accalmie. Les autorités adoptent des nouvelles mesures pouvant faire craindre un nouveau confinement généralisé.

En Belgique, les cafés et restaurants garderont portes closes pour un mois à compter de ce lundi. La mesure se double d'un couvre-feu entre minuit et 5h du matin. Pareil pour la Slovénie qui va mettre en place un couvre-feu dès demain.

La Suisse interdit les rassemblements publics spontanés de plus de 15 personnes et réglemente les manifestations privées de plus de 15 personnes à compter d’aujourd’hui. Le port du masque devient obligatoire dans les espaces clos accessibles au public.

L'Autriche restreint aussi les rassemblements à six personnes à l'intérieur et à 12 personnes à l'extérieur, à l'exception des cérémonies funéraires.

L'Iran a enregistré lundi 337 décès supplémentaires liés au nouveau coronavirus.

L'Irlande sera le premier pays de l'UE à reconfiner l'ensemble de sa population pour six semaines, à partir de la nuit de mercredi à jeudi, pour faire face à la pandémie de Covid-19, a annoncé lundi son Premier ministre Micheal Martin. Tous les commerces non essentiels devront fermer et les bars et les restaurants ne pourront servir que de la nourriture à emporter.

Le Pays de Galles instaurera à partir de vendredi un confinement de deux semaines pour tenter de freiner la deuxième vague de la pandémie, introduisant ainsi les restrictions les plus dures au Royaume-Uni.

Le Canada a franchi lundi le cap des 200.000 cas et s'approchait des 10.000 morts, en pleine deuxième vague de coronavirus, selon les chiffres officiels des provinces compilés par plusieurs chaînes de télévision.

La frontière entre les Etats-Unis et le Canada restera fermée aux déplacements non essentiels jusqu'au 21 novembre. Les États-Unis restent le pays le plus touché en nombre de morts et de cas.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, suivi par le Brésil, l'Inde, le Mexique et le Royaume-Uni.

En Afrique du Sud Zweli Mkhize, ministre de la santé, et son épouse sont aussi testés positifs. M. Mkhize est le cinquième membre du gouvernement à attraper le virus.

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine Saëb Erakat, 65 ans, infecté par le nouveau coronavirus alors qu'il est atteint de fibrose pulmonaire, est dans un "état critique", a indiqué l'hôpital de Jérusalem où il a été transféré.

Nouveaux bilans et faits marquants de la pandémie dans le monde

Nouveaux bilans et faits marquants de la pandémie dans le monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:15 0:00

Les enjeux du prochain débat Trump-Biden

Les enjeux du prochain débat Trump-Biden
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG