Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Des policiers reconnus coupables de la mort de 13 jeunes dans un commissariat

La police patrouille à Brazzaville, le 3 octobre 2017. (VOA/Ngouela Ngoussou)

La justice congolaise a jugé coupables et condamné à des peines de prison six policiers poursuivis après la mort de 13 jeunes dans un commissariat de Brazzaville en juillet 2018 dans des conditions qui avaient scandalisé la société civile.

Les 13 jeunes victimes avaient trouvé la mort, dans la nuit du 22 au 23 juillet, dans le commissariat de Chacona (quartier de Mpila).

Ils y avaient été placés en garde à vue après leur interpellation lors d'une opération de la police dans un quartier de Brazzaville pour "traquer des délinquants", avait à l'époque reconnu le gouvernement, tandis qu'une ONG avait évoqué des "corps baignant dans le sang".

Le commissaire principal de Chacona a été condamné à deux ans de prison ferme et son adjoint à trois ans ferme.Trois autres policiers ont pris douze mois d’emprisonnement ferme tandis que l’unique policière du groupe a été condamnée à douze mois de prison avec sursis.

Ils étaient jugés depuis octobre pour "homicide involontaire et non assistance à personne en danger" dans cette affaire où l’État congolais comparaissait comme "civilement responsable".

Concernant les indemnités des ayants-droits, la Cour a estimé ne pouvoir se prononcer, jugeant que "la faute est non détachable de l’administration", a expliqué le président de la troisième chambre de la cour d’appel Dan Dé Ibara Ibombo.

Les parents et leurs avocats s’attendaient à une indemnisation conséquente.

"Le tribunal a retenu la responsabilité pénale des prévenus; or la responsabilité pénale entraîne ipso facto la responsabilité civile c’est-à-dire la réparation du préjudice causé. Nous sommes très désolés du jugement rendu", a déclaré à l’AFP Me Steve Bagne avocat de la partie civile.

"Ce jugement est un deuxième deuil pour nous. Nous avons perdu une bataille judiciaire, mais nous allons faire appel", a-t-il dit.

"J’ai perdu l’unique enfant que j’ai mis au monde. Il a été tué alors qu’il serait candidat au baccalauréat cette année. Aujourd’hui la justice dit que nous ne serons pas indemnisés. Suis plus désolée", a lâché au bord des larmes une mère qui a requis l’anonymat.

Après le drame, le gouvernement congolais avait accordé deux millions de francs CFA (3.049 euros) par famille pour l'enterrement des victimes.

Dans un rapport publié en septembre, l'Observatoire congolais des droits de l'Homme (OCDH) affirmait que "ces jeunes avaient été torturés et exécutés" au commissariat de police.

Toutes les actualités

Les huissiers d'Afrique et d'Europe réunis à Brazzaville

Les huissiers d'Afrique et d'Europe réunis à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Brazzaville défend les accords signés avec Moscou

Brazzaville défend les accords signés avec Moscou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Moscou envoie de conseillers militaires à Brazzaville

Moscou envoie de conseillers militaires à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

La Russie annonce l'envoi de conseillers militaires au Congo

Le Premier ministre russe par intérim Dmitri Medvedev et le président Vladimir Poutine assistent à une session de la Douma d'Etat à Moscou le 8 mai 2018.

La Russie va envoyer au Congo des spécialistes pour l'entretien du matériel militaire russe en vertu d'un contrat signé jeudi entre les deux pays, dans un contexte de renforcement de la présence de Moscou en Afrique.

Ces spécialistes dispenseront des formations sur "l'exploitation, l'entretien et la réparation" du matériel d'origine russe et soviétique présent dans l'armée congolaise, a précisé le vice-ministre russe de la Défense Alexandre Fomine, cité par les agences russes après la signature de ce document avec le ministre congolais de la Défense nationale, Charles Richard Mondjo.

Selon M. Fomine, qui a qualifié ce nouveau contrat de "prolongement" de la coopération militaire entre Moscou et Brazzaville, cet équipement militaire comprend notamment des blindés, de l'artillerie, des hélicoptères, et peut "encore servir longtemps".

Des négociations sur la livraison de nouvelles armes russes au Congo "sont en cours", a-t-il ajouté, indiquant que Moscou attendait tout d'abord une demande en sens de la part des autorités congolaises.

Une série d'accords bilatéraux ont été signés jeudi dans le cadre d'une rencontre officielle au Kremlin entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue congolais Denis Sassou-Nguesso.

Dans un communiqué, le ministère russe de l'Energie a notamment annoncé la signature avec le Congo d'un accord de coopération dans le nucléaire civil.

Ces négociations s'inscrivent dans une stratégie de reconquête géopolitique et économique plus large de Moscou sur le continent africain.

En janvier, le Kremlin avait reconnu la présence d'"instructeurs" russes au Soudan confronté à un vif mouvement de contestation.

En Centrafrique voisine, Moscou avait également annoncé l'an dernier l'envoi de 170 "instructeurs civils" chargés de former l'armée gouvernementale, qui ont été identifiés par des experts comme des membres du groupe paramilitaire Wagner connu notamment pour sa présence en Syrie.

Les attentes des jeunes Kinois du nouveau Premier Ministre

Les attentes des jeunes Kinois du nouveau Premier Ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG