Liens d'accessibilité

Des miliciens s'emparent de quatre localités dans l'Est de la RDC


Des miliciens Maï-Maï patrouillent à Fizi, dans le Sud-Kivu, RDC, 13 décembre 2003.

Quatre localités congolaises ont été prises par des miliciens après deux jours d'affrontements avec l'armée dans la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), selon des sources concordantes.

"Des combats en armes lourdes et légères opposent depuis hier les FARDC (Forces armées de la RDC) aux Maï-Maï Yakutumba" dans le territoire de Fizi, dans le sud de la province du Sud-Kivu, a déclaré à l'AFP le capitaine Dieudonné Kasereka, un porte-parole de l'armée dans la région.

"Les militaires ont été surpris à Lulimba et Misisi par l'attaque de ces Maï-Maï hier (jeudi) matin. Nous avons fait un replis stratégique", a-t-il ajouté.

"Ce matin (vendredi), l'ennemi nous a poursuivis là où nous nous organisions. Nous avons également décroché à Lubondja et Iseke qui sont passés aussi sous contrôle des rebelles", a-t-il expliqué.

Tout en évoquant "des morts", l'officier a refusé de donner dans l'immédiat le bilan humain de ces combats.

"Les localités de Lulimba, Misisi, Lubondja, Iseke sont sous contrôle des Maï-Maï Yakutumba", a confirmé à l'AFP Aimée-Violette Nzeyimana, administrateur adjoint de Fizi où sont situées les quatre entités.

Les Maï-Maï sont des "groupes d'autodéfense" constitués sur une base essentiellement ethnique.

Pratiquement dépourvu d'infrastructures, le territoire de Fizi est une zone traditionnellement hostile au pouvoir de Kinshasa. Il a abrité pendant longtemps le maquis de Laurent-Désiré Kabila, tombeur en 1997 du dictateur Mobutu Sese Seko et père de l'actuel président Joseph Kabila.

Aujourd'hui, cette zone, où sont situées de nombreuses mines d'or, est le repaire des Maï-Maï Yakutumba, du nom d'un ancien officier de l'armée régulière qui s'est proclamé "général" et affirme vouloir chasser M. Kabila du pouvoir. Certains experts soulignent de leur côté que cet ex-officier se contente surtout de contrôler divers trafics avec la Tanzanie à travers le lac Tanganyika, qui sert de frontière naturelle entre ce pays et le Congo.

La façade orientale de la RDC, particulièrement les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, est déchirée par des conflits armés, alimentés par des différends ethniques et fonciers depuis plus de vingt ans.

Des dizaines de groupes armés nationaux et étrangers s'y affrontent pour le contrôle des ressources minières de la région.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG