Liens d'accessibilité

Des Iraniens autorisés à aller aux Etats-Unis après cinq jours à Amsterdam


Des avocats accueillent les touristes et les résidents à l'aéroport international de Washington DC, le 31 janvier 2017. (VOA/Nastasia Peteuil)

Un couple d'Iraniens resté bloqué à l'aéroport d'Amsterdam durant cinq jours en raison du décret américain sur l'immigration a finalement été autorisé à se rendre aux Etats-Unis, bénéficiant d'une "exception" des autorités américaines, a indiqué jeudi la compagnie KLM.

Le couple était en route depuis Téhéran vers les Etats-Unis, mais alors qu'il était en transit à Amsterdam-Schiphol il a appris qu'il ne pouvait continuer son voyage en raison du décret sur l'immigration du président américain Donald Trump interdisant provisoirement l'accès aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays où la population est en majorité musulmane, dont l'Iran.

"Après des demandes répétées aux autorités américaines de douanes et de protection des frontières, une exception a enfin été faite pour ces personnes", a indiqué la porte-parole de KLM Manel Vrijenhoek.

"Ils prendront un vol KLM pour les Etats-Unis plus tard dans la journée" de jeudi, a-t-elle indiqué à l'AFP, expliquant que la raison pour laquelle ils avaient été soustraits à l'interdiction n'était pas claire.

Un responsable de communication de l'ambassade américaine à La Haye a assuré ne pas pouvoir commenter les cas individuels.

Les deux Iraniens, qui s'appellent Abdolghasem Eshaghi, 68 ans, et Kobra Alizadeh, 58 ans, selon les médias néerlandais, souhaitent rendre visite à leur fille à Washington, a précisé un proche à l'AFP, souhaitant conserver l'anonymat.

"Ils ne l'ont pas vue depuis cinq ans et sont très contents, maintenant qu'ils peuvent continuer à voyager", a ajouté cette personne depuis Téhéran.

Le couple faisait partie d'un groupe de six Iraniens restés bloqués dans la zone de transit de l'aéroport en raison du décret Trump. Les quatre autres Iraniens sont retournés à Téhéran.

D'après le quotidien néerlandais De Volkskrant, le couple a dormi à l'hôtel mercredi après quatre nuits sur les chaises de l'aéroport, tandis que leurs avocats tentaient de résoudre la situation en coulisses.

M. Eshaghi a assuré au journal qu'ils resteraient, son épouse et lui, à Schiphol "jusqu'à ce que nous puissions voyager jusqu'aux Etats-Unis ou que nous soyons à court d'argent".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG