Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Brexit: Londres et Bruxelles au bord de la rupture

Donald Tusk (à gauche), président du Conseil européen, et le Premier ministre britannique Boris Johnson au siège des Nations Unies à New York, le 23 septembre 2019. Don Emmert / POOL via REUTERS

Les négociations sur le Brexit entre Londres et les Européens semblent au bord de la rupture, à un peu plus de trois semaines de la date prévue, Bruxelles accusant le Premier ministre britannique Boris Johnson de jouer avec "l'avenir de l'Europe".

Les Européens ont donné jusqu'à la fin de la semaine au gouvernement britannique pour leur présenter un compromis acceptable et arriver à une séparation à l'amiable au 31 octobre.

Sans attendre cette échéance, les deux parties ne cachent pas leur pessimisme, semblant préparer les esprits à une sortie sans accord, voire au report voulu par le Parlement britannique. Après un entretien téléphonique mardi entre M. Johnson et Angela Merkel, une source à Downing Street a jugé un accord "pratiquement impossible".

Selon cette source, la chancelière allemande a prévenu le chef du gouvernement conservateur qu'un accord était "extrêmement improbable" faute de nouvelles propositions de Londres prévoyant un maintien de l'Irlande du Nord britannique dans l'union douanière européenne. Ce que le Royaume-Uni refuse.

L'enjeu est d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre les deux Irlande et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

"Les efforts continuent pour trouver un accord", a tweeté le négociateur en chef de l'Union européenne Michel Barnier, après avoir rencontré le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney. Ce dernier a dit croire en la volonté de Boris Johnson de trouver une issue.

- "Stupide jeu" -

Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a accusé sur Twitter Boris Johnson de jouer avec "l'avenir de l'Europe et du Royaume-Uni" en se prêtant à un "jeu stupide consistant à trouver un coupable" en cas d'échec des négociations.

Refusant lui aussi ce "blame game", le président de la Commission Jean-Claude Juncker a estimé dans une interview aux quotidiens français les Echos et l'Opinion que "le péché originel se trouve sur les îles et non sur le continent". "Un Brexit sans accord entraînerait un affaissement du Royaume-Uni et un net affaiblissement des ressorts de croissance sur le continent", a-t-il ajouté, estimant que "perdre un Etat-membre pour des raisons de stricte politique intérieure (...) reste une véritable tragédie".

De difficiles négociations se sont poursuivies mardi à Bruxelles sur la base d'un projet présenté mercredi dernier par Boris Johnson pour tenter de mettre fin au casse-tête de la frontière irlandaise.

Le plan britannique a été rejeté en l'état par les Européens.

Après un entretien téléphonique d'une quarantaine de minutes mardi, Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar "espèrent se rencontrer cette semaine", selon Downing Street, même si M. Varadkar a convenu qu'il serait "très difficile de parvenir à un accord d'ici la fin de semaine prochaine", sur la chaîne RTE.

Reçu par Boris Johnson en fin de journée, le président du Parlement européen, l'Italien David Sassoli, a déploré qu'il n'y ait eu "aucun progrès".

"Ces discussions atteignent un point critique. Le Royaume-Uni a fait un grand pas en avant et maintenant nous devons voir quelque chose bouger du côté de l'UE", a commenté un porte-parole britannique.

- "Rien n'a bougé" -

Londres avait tenté lundi d'apporter des clarifications. Mais selon une source européenne, "rien n'a bougé". "A ce rythme-là, on voit mal comment on pourrait être prêt pour le Conseil" européen des 17 et 18 octobre, présenté comme celui de la dernière chance, a dit une autre source.

Arrivé au pouvoir fin juillet, Boris Johnson s'est engagé à sortir le Royaume-Uni de l'UE à tout prix le 31 octobre, malgré une loi le contraignant à demander un report si aucun accord n'est trouvé d'ici au 19 octobre.

Signe que l'hypothèse d'un "no deal" se renforce, le ministre irlandais des Finances Paschal Donohoe a annoncé mardi un plan de soutien massif à l'économie de son pays, s'élevant à 1,2 milliard d'euros, afin d'en atténuer l'impact.

Le gouvernement britannique a également assuré être "préparé" à un Brexit sans accord. Mais le centre de réflexion Institute for Fiscal Studies (IFS) a dressé un tableau noir, avec un plongeon de l'activité économique et une explosion du déficit public du Royaume-Uni.

Selon une source de Downing Street citée par le magazine The Spectator, M. Johnson table sur un échec des négociations avec l'UE et fera "toutes sortes de choses" pour éviter un report. Si finalement la sortie était repoussée une troisième fois le temps d'organiser des élections, Boris Johnson ferait campagne pour un "no deal" en cas de législatives anticipées.

Cité par le Daily Mirror, Keir Starmer, chargé du Brexit au sein du Parti travailliste, principale formation d'opposition, affirme d'ailleurs que depuis le début le plan de Boris Johnson est une sortie du Royaume-Uni sans accord. Et le reste de la presse britannique de mercredi se montrait très pessimiste sur les chances d'éviter ce scénario.

Avec AFP

Toutes les actualités

Ankara précise les contours de sa zone de sécurité

Ankara précise les contours de sa zone de sécurité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Brexit : applaudissements à Londres pour saluer le report de la décision

Brexit : applaudissements à Londres pour saluer le report de la décision
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Manifestation contre les féminicides à Paris

Manifestation contre les féminicides à Paris
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Un ex-ministre burundais accusé d'esclavage moderne en France

Un ex-ministre burundais accusé d'esclavage moderne en France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Brexit: Boris Johnson martèle que Londres sortira de l'UE le 31 octobre

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le samedi 19 octobre 2019. (Photo AP / Kirsty Wigglesworth)

Le gouvernement de Boris Johnson a martelé dimanche que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.

La journée de samedi - avec un vote historique prévu au Parlement britannique sur le nouvel accord de Brexit triomphalement annoncé deux jours plus tôt à Bruxelles - devait enfin apporter une clarification plus de trois ans après le référendum de 2016.

Mais les députés ont repoussé leur décision et les Européens se sont retrouvés dimanche avec trois lettres, dont l'AFP a obtenu copie, disant tout et son contraire. Et moins de deux semaines pour éviter une sortie sans accord qui donne des sueurs froides aux milieux économiques.

La première lettre, non signée, demande un report de trois mois du Brexit. La deuxième, signée par Boris Johnson, dit qu'il ne veut pas de ce délai. La troisième, de l'ambassadeur britannique auprès de l'UE, Tim Barrow, précise que le report n'a été demandé que pour se plier à la loi.

Malgré cette demande, le gouvernement a assuré dimanche que le Brexit aurait bien lieu le 31 octobre. "Nous allons sortir le 31 octobre. Nous avons les moyens et la capacité de le faire", a déclaré Michael Gove, bras droit de Boris Johnson, lors d'un entretien avec Sky News.

Sur la BBC, le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab s'est estimé "confiant", jugeant qu'"il y avait beaucoup de gens dans l'UE qui ne veulent pas d'un report".

- "Toutes les options ouvertes" -

A Bruxelles, le président du Conseil européen Donald Tusk a indiqué samedi soir "commencer à consulter les dirigeants de l'UE sur la manière de réagir". D'après une source européenne, les consultations "pourraient prendre quelques jours".

Dimanche, lors d'une courte réunion à Bruxelles des ambassadeurs des 27, autour du négociateur européen du Brexit Michel Barnier, la demande a été évoquée mais pas débattue.

"L'Union européenne garde toutes les options ouvertes", a déclaré à l'AFP un diplomate européen sous couvert d'anonymat, indiquant que le processus de ratification de l'accord était bien engagé.

Jeremy Corbyn, chef de l'opposition travailliste, crie pourtant déjà victoire : pour lui, "l'accord dommageable (de Boris Johnson) a été défait" et "malgré sa posture irritable et fanfaronne", il a dû "obéir à la loi", a-t-il dit sur Twitter.

La loi qui a forcé à réclamer cette extension a été adoptée en septembre pour éviter un "no deal", Boris Johnson s'étant dit prêt à cette option s'il s'agissait du prix à payer pour sortir le Royaume-Uni de l'UE le 31 octobre.

Elle dispose que si aucun accord de sortie n'était approuvé par le Parlement d'ici au 19 octobre, le Premier ministre doit réclamer un report du Brexit au 31 janvier 2020.

Boris Johnson espérait y échapper en faisant approuver samedi son nouvel accord de retrait de l'UE. Mais par l'un de ces coups de théâtre dont la démocratie parlementaire a le secret depuis le début de cette crise, la Chambre des Communes l'a contraint samedi à s'y conformer en repoussant son vote sur l'accord.

- "Nous nous battrons" -

Cette nouvelle journée folle à Westminster a relancé la grande incertitude au Royaume-Uni sur la manière dont le pays va sortir de l'UE. Le Brexit, initialement prévu le 29 mars, a déjà été repoussé deux fois.

En dépit de ce nouveau développement, la livre restait relativement stable lundi matin sur le marché des changes à 1,2910 dollar, ne cédant qu'environ 0,50% depuis vendredi soir. "On peut dire que la livre tient bon, ce qui montre que les espoirs (d'éviter un Brexit sans accord) n'ont pas été abandonnés", a affirmé à l'AFP Shinichiro Kadota, analyste chez Barclays Securities au Japon.

Vent debout contre une nouvelle prolongation "dommageable", Boris Johnson a assuré qu'il présenterait "la semaine prochaine" au Parlement la législation nécessaire à la mise en oeuvre de son accord de Brexit. "Si nous passons la législation à temps, alors il n'y a pas d'extension. Le 31 octobre est en vue", a dit Michael Gove.

Ils pourront compter sur le soutien de certains rebelles conservateurs opposés à un "no deal", ayant quitté ou été expulsés du parti. Maintenant qu'un report a été demandé pour "éviter un Brexit sans accord", "je soutiendrai l'accord du Premier ministre", a annoncé l'ancienne ministre Amber Rudd.

Anticipant d'autres soutiens, le chef de la diplomatie Dominic Raab a estimé que le gouvernement "avait maintenant le nombre (de voix) pour faire passer" l'accord.

Mais le député Keir Starmer, chargé du Brexit au sein de l'opposition travailliste, a prévenu sur la BBC : "Nous nous battrons avec des amendements". Le Labour va notamment en déposer un visant à organiser un second référendum avec comme options la sortie de l'UE avec accord ou, finalement, un maintien dans le bloc européen.

L'accord de Johnson règle les conditions du divorce après 46 ans de vie commune, permettant une sortie en douceur assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG