Liens d'accessibilité

Nouvelle médiation avant l'expiration de l'ultimatum de la Cédéao à Jammeh


Un convoi des militaires sénégalais se dirige vers la frontière Gambie dans le village de Karang, Sénégal, 19 janvier 2017.

Après plusieurs médiations menées sans succès en Gambie, les présidents mauritanien et guinéen tentaient encore vendredi de convaincre Yahya Jammeh de céder la place à son successeur Adama Barrow, avant l'expiration de l'ultimatum fixé par l'organisation ouest-africaine de la Cédéao, afin d'éviter une intervention militaire.

Ils vont "proposer au président Jammeh des pistes de solution, notamment un exil dans un pays de son choix", a affirmé à l'AFP à Conakry le secrétaire général de la présidence guinéenne, le ministre d'Etat Kiridi Bangoura.

La Guinée est membre de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), mais pas la Mauritanie.

Des troupes de cinq des 15 pays de cette organisation sont entrées jeudi en territoire gambien, dans le cadre d'une opération "Restaurer la démocratie", pour forcer au départ M. Jammeh, qui n'entend pas transférer le pouvoir à M. Barrow.

Adama Barrow, élu au scrutin présidentiel du 1er décembre en Gambie, a prêté serment jeudi après-midi à l'ambassade gambienne à Dakar, ville où il est accueilli depuis le 15 janvier à la demande de la Cédéao.

Mais, pour permettre une "dernière médiation" afin de convaincre Yahya Jammeh de partir en exil, l'opération militaire a été suspendue, et la Cédéao a fixé à M. Jammeh un ultimatum jusqu'à vendredi à midi (heure locale et GMT), avait expliqué jeudi à Dakar le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza.

Le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz s'était déjà rendu mercredi à Banjul, où il s'est entretenu avec M. Jammeh et des responsables de l'opposition, puis à Dakar, où il a rencontré M. Barrow.

Le Guinéen Alpha Condé s'est rendu dans la nuit de jeudi à vendredi à Nouakchott, où il s'est entretenu à deux reprises avec son homologue mauritanien. Aucun n'a fait de déclaration publique.

"Les deux hommes ont ceci de commun d'être contre une intervention militaire en Gambie qui, pour eux, constituerait un précédent dangereux" dans la région, a dit à l'AFP une source diplomatique mauritanienne, sans plus de détails.

D'après des sources officielles à Nouakchott et des diplomates à Banjul, les deux dirigeants doivent se rendre dans la matinée à Banjul.

- Eviter la violence -

Concernant l'offre d'exil dans le cadre de cette dernière médiation "mandatée par la Cédéao", M. Jammeh n'a "pas encore fait" son choix, "c'est prématuré d'en dire plus", a indiqué le ministre d'Etat guinéen Kiridi Bangoura.

Des sources dans des milieux politiques ont notamment évoqué une offre d'asile en Guinée ou au Maroc - la Première dame, Zineb Jammeh, est de mère marocaine et de père guinéen, et Rabat s'est aussi impliqué dans la recherche de solution en la crise en Gambie. Ont aussi été cité comme probables pays d'accueil la Mauritanie et le Qatar.

"En Guinée, nous estimons qu'on ne peut pas régler les problèmes par la violence. Il faut à tout prix éviter cela. Il faut aussi éviter les humiliations", a ajouté M. Bangoura.

Selon des journalistes sur place, la nuit a été calme à Banjul qui, après l'investiture d'Adama Barrow, a enregistré jeudi après-midi des manifestations de joie n'ayant pas été réprimées par les militaires déployés dans la ville.

Le chef d'état-major de l'armée, le général Ousman Badjie, longtemps considéré comme un pilier du régime de Yahya Jammeh, a même été vu participant à la liesse des partisans de M. Barrow.

Imprévisible et accusé de violations des droits de l'homme par de nombreuses ONG internationales, Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir à 29 ans en 1994 par un coup d'Etat sans effusion de sang, dirigeait depuis le pays d'une main de fer.

Malgré les pressions internationales, et abandonné au fil des jours par sa vice-présidente et plusieurs de ses ministres, il s'est obstiné à demeurer en place tant que la justice n'aurait pas statué sur ses recours électoraux.

Le risque de troubles ou d'intervention militaire a poussé de nombreux Gambiens, résidents étrangers et touristes à quitter le pays.

Plus de 45.000 personnes ont fui la Gambie depuis début janvier, en majorité vers le Sénégal, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG