Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Barça, Real et le calendrier de l'avant-clasico

Cristiano Ronaldo marque le deuxième but du Real Madrid battant le gardien de Barcelone Claudio Bravo lors d'un match de football de La Liga espagnole surnommé «el clasico» opposant le Barcelone au Real Madrid, au stade Camp Nou à Barcelone, Espagne, 2 av

Noël avant l'heure en Championnat d'Espagne! Le 23 décembre, FC Barcelone et Real Madrid s'affronteront pour un alléchant clasico au sommet. D'ici là, les deux rivaux comptent les jours d'un calendrier riche en pièges, à commencer par la 14e journée de Liga ce week-end.

. Barça: en attendant l'étoile Dembélé

Début de saison rêvé pour Barcelone (1er, 35 pts) avec une facile qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions et un excellent démarrage en Liga: 11 victoires et 2 nuls, le dernier en date à Valence (1-1), son dauphin (2e, 31 pts).

Cette bonne dynamique, le Barça doit l'entretenir samedi (12h00 GMT) face au Celta Vigo (9e). Ce sera avec Lionel Messi, meilleur buteur de Liga (12 buts), et son complice Luis Suarez. Mais ce sera sans l'étoile montante Ousmane Dembélé (20 ans), en phase de reprise après sa grave blessure à une cuisse mi-septembre.

Le Français, devenu cet été le joueur le plus cher de l'histoire du Championnat d'Espagne (105 M EUR + 42 M EUR de bonus), a retouché le ballon ces derniers jours. Et alors que son retour devait intervenir début janvier, il travaille d'arrache-pied en vue du clasico du 23 décembre au stade Santiago-Bernabeu.

"Nous pensons qu'il pourra revenir bientôt avec l'équipe mais nous n'allons prendre aucun risque", a souligné vendredi son entraîneur Ernesto Valverde.

Pour affronter le Celta, le technicien a déjà récupéré les milieux André Gomes et Sergi Roberto, rétablis. Et l'objectif pour le Barça est clair: maintenir, voire si possible accroître son avance de huit points sur le Real (4e, 27 pts) d'ici au clasico.

. Real: moral dans les chaussettes pour Bale

Côté Real, évidemment, le but est inverse: le mois de décembre sera "décisif" pour pouvoir "récupérer des points" vis-à-vis du Barça, a prévenu l'entraîneur madrilène Zinédine Zidane.

Le week-end dernier, le club champion d'Espagne en titre a déjà grignoté deux longueurs sur le leader. Un début de "remontada" à confirmer samedi dans la "cathédrale" de San Mamés, antre de l'Athletic Bilbao.

Le club basque n'est certes pas au mieux, secoué par son élimination surprise mercredi en 16es de Coupe du Roi contre le modeste Formentera (3e division). Mais les "Lions" de San Mamés, piqués dans leur fierté, voudront mordre samedi soir (19h45 GMT).

Le Real, lui, semble très irrégulier. Et la reformation de son trio d'attaque "BBC" traîne en longueur: cela fait sept mois que Karim Benzema, Gareth Bale et Cristiano Ronaldo n'ont pas été alignés ensemble.

La raison ? Les blessures à répétition de Bale ces dernières semaines. Mollet gauche fin septembre, cuisse gauche mi-novembre, et encore un pépin au mollet mardi lors de son grand retour à la compétition. Plombé, le Gallois sera de nouveau forfait samedi.

"C'est vrai que c'est une situation compliquée mais elle est surtout compliquée pour lui parce qu'il a envie de jouer", a souligné Zidane vendredi, disant espérer que Bale revienne "la semaine prochaine".

Cette série de blessures commence à impatienter les médias espagnols. Reste à savoir si Bale sera enfin opérationnel pour le Mondial des clubs aux Emirats arabes unis (6-16 décembre) puis le clasico...

. Atletico: vers un miracle de Noël ?

Au stade Metropolitano, tous les esprits sont déjà tournés vers Londres, où l'Atletico Madrid jouera mardi un match décisif contre Chelsea pour tenter d'arracher son billet pour les huitièmes de C1.

Vu que le club "colchonero" n'a plus son destin en main, passer au tour suivant aurait des airs de miracle.

En tout cas, l'"Atleti" (3e, 27 pts) s'est bien redressé en novembre: abonné aux matches nuls (déjà 6 en Liga), le onze de Diego Simeone vient d'enchaîner trois victoires toutes compétitions confondues.

Pour la passe de quatre, ce sera samedi après-midi (15h15 GMT) contre la Real Sociedad, l'ancien club d'Antoine Griezmann. Avec l'objectif de gagner pour confirmer le sursaut et croire à l'exploit en C1.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Aubameyang contre le Burundi

Aubameyang contre le Burundi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:52 0:00

Euro-2020: Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal

Euro-2020: Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Cristiano Ronaldo a rejoint l'équipe du Portugal

Cristiano Ronaldo, marque un but lors du match opposant la Juventus A et la Juventus B, Itlaie, le 12 août 2018

Après une absence de presque neuf mois, Cristiano Ronaldo s'est entraîné avec l'équipe du Portugal pour la première fois depuis le Mondial-2018, mardi au centre d'entraînement de la Fédération portugaise de football près de Lisbonne.

Le groupe des champions d'Europe en titre était donc au complet au deuxième jour du stage de préparation pour les premiers matches de qualification pour l'Euro-2020, vendredi face à l'Ukraine et lundi prochain face à la Serbie, également à Lisbonne.

Cristiano Ronaldo n'a plus joué pour le Portugal depuis son élimination en huitièmes de finale du Mondial-2018 face à l'Uruguay (2-1).

Le quintuple Ballon d'or a fait l'impasse sur les six derniers matches de la Selecçao pour faciliter son adaptation à la Juventus Turin, club qu'il a rejoint l'été dernier en provenance du Real Madrid.

Sans lui, les hommes du sélectionneur Fernando Santos ont terminé en tête de leur poule de Ligue des nations devant l'Italie et la Pologne, se qualifiant ainsi pour le "Final Four" de la compétition qui se tiendra du 5 au 9 juin dans le nord du Portugal, à Porto et Guimaraes.

"Cristiano ajoute de la qualité à n'importe quelle équipe. C'est un plaisir de jouer avec lui et il est très important pour nous", a déclaré mardi en conférence de presse le défenseur de l'équipe du Portugal Joao Cancelo, qui côtoie "CR7" aussi à la Juventus.

"Cristiano est irremplaçable. La sélection est beaucoup plus forte avec lui", avait affirmé la veille l'attaquant de Manchester City Bernardo Silva.

Le FC Porto veut garder Casillas jusqu'à l'âge de 40 ans

Vicente Del Bosque, à gauche, parle à Iker Casillas avant une séance d'entrainement à Curitiba le 14 juin 2014

L'ancien gardien du Real Madrid et de l'équipe d'Espagne Iker Casillas a l'accord du FC Porto pour prolonger jusqu'en 2021, soit jusqu'à l'âge de 40 ans, a-t-il indiqué, selon des déclarations reprises sur le site du club.

Casillas a déclaré que le président du FC Porto, Antonio Pinto da Costa, lui avait dit: "Je ne veux pas que tu restes un an de plus, je veux que tu restes ici jusqu'à 40 ans".

"Si je peux continuer à me battre aux côtés de mes coéquipiers pour atteindre les objectifs de l'équipe, alors je n'ai aucun problème à continuer, car je suis très reconnaissant envers la ville et le FC Porto", affirme par ailleurs le gardien de but.

Lundi soir, le joueur avait déjà affirmé à la télévision espagnole: "Cette semaine, je crois que je vais prolonger jusqu'à 40 ans. Je vais avoir 38 ans et je terminerai sûrement ma carrière au FC Porto".

Arrivé à Porto à l'été 2015, l'ancien gardien de but emblématique de la Roja avait prolongé son contrat d'un an à la fin de la saison dernière, marquée par le titre de champion du Portugal décroché par le club, le premier de Casillas depuis son arrivée. Il avait alors affirmé son intention de terminer sa carrière chez les Dragons.

NBA: Denver en playoffs, San Antonio toujours chaud

Le pivot de Denver, Nikola Jokic, à gauche, contre Willie Cauley-Stein des Sacramento Kings, Denver, le 13 février 2019 (AP Photo/Jack Dempsey)

Ce n'était plus qu'une formalité, Denver l'a remplie lundi: en s'imposant à Boston (114-105) les Nuggets ont décroché leur billet pour les playoffs de NBA, dans le sillage de Golden State qui, déjà qualifié, a cédé sur le parquet de San Antonio (111-105).

Avec les 21 points et 13 rebonds de Nikola Jokic, ainsi que les 20 points de Will Barton, Denver a aligné une quatrième victoire consécutive. Les Nuggets affichent le même bilan (47 v-22 d) que le double champion en titre Golden State en tête de la conférence Ouest.

Car les Warriors se sont inclinés chez les Spurs menés par DeMar DeRozan (26 points) et LaMarcus Aldridge (23 points, 13 rebonds).

Avec cette 9e victoire d'affilée, San Antonio (42 v-29 d) passe au 5e rang de la conférence Ouest avec le même bilan qu'Oklahoma City qui a perdu contre Miami (116-107).

"Nous avons travaillé très dur, a souligné le coach des Spurs Gregg Popovich. Nous avons maintenu notre effort pendant 48 minutes et avons beaucoup appris".

En face, Stephen Curry a été le meilleur marqueur (25 pts) des Warriors, bien épaulé par Kevin Durant (24 pts) qui faisait son retour après avoir manqué deux matchs sur blessure.

"Nous avons connu des baisses de régime à des moments clés, a regretté Curry. Nous nous sommes bien battus, mais ils ont mis les paniers quand il le fallait."

Les Spurs se sont appuyés sur une défense de fer, élément fondamental de leur série victorieuse actuelle, mais pour Klay Thompson (14 pts pour les Warriors), la clé du match a bien été la maladresse de son équipe. Qu'ont fait les Spurs pour gagner ? "Absolument rien. Nous avons simplement manqué des tirs", a-t-il commenté.

- Toronto sans pitié -

Les Warriors ont également profité de ce match pour faire ses nouveaux débuts à l'Australien Andrew Bogut, arrivé le 6 mars en Californie après avoir terminé sa saison dans le championnat australien.

En 10 minutes de jeu, Bogut qui avait déjà porté le maillot de Golden State de 2012 à 2016 et été un des joueurs clés du titre 2015, a marqué 7 points et pris 7 rebonds.

Par ailleurs, Toronto bien que déjà qualifié pour les playoffs a été sans pitié pour New York, écrasant (128-92) la pire équipe de la saison.

Mais la joie des Raptors n'a pu être complète puisque qu'ils ont perdu Kyle Lowry (15 pts) en cours de jeu sur blessure à une cheville.

A Dallas, le joueur de La Nouvelle Orléans Elfrid Payton est devenu le 5e joueur de l'histoire de la NBA à réussir un 5e triple double (trois catégories de statistiques à dix unités ou plus) consécutif. Auteur de 17 points, 10 rebonds et 11 passes décisives, Payton a permis aux Pelicans de dominer les Mavericks (129-125 après prolongation).

Au cours de ce match, l'Allemand de Dallas Dirk Nowitzki a délogé le légendaire Wilt Chamberlain de la 6e place des meilleurs marqueurs de l'histoire de la NBA: en marquant 8 points lundi, le joueur de 40 ans a porté son total à 31.424 points en 20 saisons.

- Résultats du Championnat nord-américain de basket-ball (NBA) après les matchs de lundi:

Portland - Indiana 106 - 98

Dallas - La Nouvelle-Orleans 125 - 129 a.p.

Boston - Denver 105 - 114

Toronto - New York 128 - 92

Cleveland - Detroit 126 - 119

Washington - Utah 95 - 116

Phoenix - Chicago 101 - 116

Oklahoma City - Miami 107 - 116

San Antonio - Golden State 111 - 105

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG