Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Barack Obama partage ses inquiétudes sur le virus Zika avec Dilma Rousseff

Geovane Silva et son fils Gustavo Henrique, atteint d'une microcéphalie, à l'hôpital Oswaldo Cruz de Recife, Brésil, le 26 janvier 2016. (REUTERS/Ueslei Marcelino)

Les deux dirigeants se sont mis d'accord vendredi pour développer "de meilleurs vaccins et d'autres technologies pour contrôler le virus", dont l'OMS attend trois à quatre millions de cas en 2016.

Le président américain Barack Obama a appelé vendredi 29 janvier son homologue brésilienne Dilma Rousseff pour évoquer leurs "inquiétudes partagées" devant la propagation rapide du virus Zika, particulièrement dangereux pour les femmes enceintes.

"Les deux dirigeants sont d'accord sur l'importance d'efforts de collaboration pour approfondir notre connaissance, sur des recherches avancées et une accélération des travaux de développement de meilleurs vaccins et d'autres technologies pour contrôler le virus", ajoute explique la Maison Blanche.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé jeudi une réunion d'urgence le 1er février sur le virus Zika, qui se propage "de manière explosive" sur le continent américain, avec 3 à 4 millions de cas attendus cette année. Le Brésil est particulièrement touché.

L'infection se transmet, comme le chikungunya ou la dengue, par une piqûre de moustique et se manifeste par des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées.

Il n'existe aucun antiviraux contre ce virus mais seulement des traitements des symptômes (fièvre, maux de tête, courbatures, éruptions cutanées) qui parfois passent inaperçus et sont généralement bénins.

Bénigne en apparence, l'infection est soupçonnée de provoquer de graves malformations congénitales cérébrales du foetus chez les femmes enceintes infectées, dont notamment la microcéphalie, un développement insuffisant de la boite crânienne.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le manager de R. Kelly accusé d'avoir menacé un cinéma de fusillade pour empêcher la diffusion d'un documentaire

R. Kelly lors des Soul Train Awards 2015 à Las Vegas, le 6 novembre 2015. (AP)

Les autorités américaines ont inculpé vendredi le manager de R. Kelly pour avoir menacé de tirer dans un cinéma new-yorkais afin d'empêcher la diffusion d'un documentaire mettant le chanteur en cause pour de multiples agressions sexuelles présumées. 

Cette annonce intervient quelques jours après que l'ami et manager de R. Kelly, Donnell Russell, et deux autres complices présumés, ont été inculpés par la justice américaine pour avoir cherché à réduire au silence plusieurs femmes accusant l'ex-star du R&B d'agressions sexuelles.

Selon les nouveaux documents publiés vendredi, Russell a appelé un cinéma de Manhattan en décembre 2018, menaçant de provoquer une fusillade dans l'établissement afin d'empêcher la diffusion du documentaire à charge "Surviving R. Kelly".

Son appel avait conduit à une évacuation du cinéma, qui avait renoncé à projeter le documentaire, dans lequel des femmes accusent d'agressions sexuelles l'interprète de "I Believe I Can Fly" .

"M. Rusell a réussi, de par ses violentes menaces présumées, à arrêter une diffusion du documentaire, mais il n'est pas parvenu à réduire au silence les femmes qui apparaissent dans le film", a déclaré dans un communiqué William Sweeney, un responsable de la police fédérale américaine (FBI) à New York.

Quelques jours plus tôt, des procureurs fédéraux ont affirmé que Donnell Russell avait aussi été impliqué dans des opérations de chantage et de harcèlement afin de faire taire certaines accusatrices.

Les techniques employées incluaient l'incendie d'une voiture devant la résidence de l'une d'elles, des menaces de divulgation de photographies intimes et le versement de 500.000 dollars afin d'influencer un témoignage.

Donnell Russell fait face, pour ses menaces présumées au cinéma new-yorkais, à deux nouveaux chefs d'inculpation, chacun pouvant conduire à une peine maximale de cinq ans de prison.

Il est attendu devant un juge new-yorkais dans la journée de vendredi.

De son côté, R. Kelly fait face à des poursuites fédérales dans deux affaires distinctes -- l'une à Chicago et l'autre à New York --- liées à des accusations d'abus sexuels sur mineurs, qu'il rejette.

La sélection du jury pour son procès à New York est prévue pour le 29 septembre, mais cette date sera probablement repoussée du fait des restrictions liées à l'épidémie de Covid-19.

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Etats-Unis : Biden présente sa colistière

Etats-Unis : Biden présente sa colistière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG