Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Au moins 12 civils tués par des hommes armés à Ménaka


Des militaires maliens en patrouille mixte avec des membres des Gatia et MSA autour de Ménaka, le 19 avril 2017

Au moins 12 civils ont été assassinés par des hommes armés non identifiés qui ont fait irruption dans un campement à Aklaz, localité située à l'Est d'Anderamboukane, à Ménaka, vers la frontière entre le Mali et le Niger.

Selon des témoignage les assaillants lourdement armés, sont venus à bord de 16 motos. Ils ont ouvert le feu sur les civils.

Au moins 12 personnes sont mortes, des personnes agées et des adolescents. La communauté Idaksahak est en deuil car depuis bientôt trois mois, des combats se déroulent à la frontalière entre le Mali et le Niger, explique Souley Diallo enseignant à Anderamboukane située à 100 km de Ménaka ville.

>> Lire aussi : L'armée française "neutralise" trois jihadistes au Mali

"C'est la coalition MSA-Gatia qui évolue dans cette zone contre des terroristes. Ils sont souvent épaulés par Barkhane et les Fama (Forces armées du Mali). Le campement d'Akliz est une zone très proche du Niger, et c'est une zone de repos des terroristes et autres bandits", soutient l'enseignant.

Certaines notables d'Anderamboukane disent que "Akliz est une zone dangereuse. Il n’y a pas longtemps des terroristes ont été capturés dans la zone", poursuit M. Diallo.

Un officiel malien travaillant à Ménaka pense plutôt à une représailles contre des innocents.

>> Lire aussi : Un opposant dénonce l'opacité et le gaspillage des dépenses militaires au Mali

"C’était des vieillards et des enfants en bas âge qui ont été froidement tués. Alors qu'ils partaient en direction du Niger", affirme l’officiel.

D'autres responsables de la région disent avoir appris avec tristesse ces exécutions, surtout que les jeunes assassinés étant pour la plupart "des bras valides."

Le gouvernorat de Ménaka n’a pas fait de commentaire.

XS
SM
MD
LG