Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Attaques djihadistes au Sahel: la plongée vers l'abîme

La chancelière allemande Angela Merkel (à gauche) aux côtés du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore lors d'une cérémonie de bienvenue au palais présidentiel de Ouagadougou le 1er mai 2019.

Attaques qui se multiplient, prises d'otages fréquentes, zones d'insécurité qui grandissent... Les groupes jihadistes sont omniprésents au Sahel où leur stratégie porte ses fruits malgré l'action des forces militaires africaines et occidentales.

"La situation en matière de sécurité dans le Sahel a continué de se détériorer, avec des retombées sur les pays voisins non membres du G5, notamment le Bénin, la Côte d'Ivoire et le Togo", reconnait le Conseil de sécurité des Nations Unies dans un rapport de mai.

Au Mali, "les attaques contre les forces maliennes et les forces internationales se poursuivent sans relâche (...) Au Burkina Faso, les violences intercommunautaires et la présence de groupes terroristes, de milices et de bandes criminelles ne cessent d'augmenter (...) En Mauritanie, au cours des dernières semaines, la présence de groupes terroristes armés a été signalée à la frontière malienne", poursuit le rapport.

Au Niger, les djihadistes ont perpétré le 14 mai une attaque qui a coûté la vie à 28 soldats, au lendemain d'une tentative ratée mais osée de prendre la prison Koutoukalé (60 km de la capitale), l'établissement pénitentiaire le mieux gardé du pays, où sont détenus de nombreux djihadistes. Dans le sud-est, les islamistes de Boko Haram sont à nouveau très actifs (88 civils tués rien qu'au mois de mars) après une année 2018 relativement calme.

De source militaire française, les "groupes armés terroristes" comprendraient 1.000 à 1.400 hommes au Mali. Ils seraient plusieurs centaines au Burkina, pour un total d'environ 2.000 sur tout le Sahel.

"Il n'y pas forcément plus d'attaques mais les attaques sont plus violentes. Les groupes ont acquis une certaine technicité", estime Mahamadou Sawadogo, chercheur au Cerrad (Carrefour d'études et de recherche d'action pour la démocratie et le développement, université Gaston Berger, Sénégal).

"Il y a une montée en puissance au niveau quantitatif mais aussi de leur efficacité", souligne quant à lui Lassina Diarra, auteur de "La Cédéao face au terrorisme transnational".

- Combattants venus de Syrie -

Les deux chercheurs pointent la faiblesse des armées, particulièrement celle du Burkina. Les pays sahéliens sont pauvres et ont du mal à trouver des ressources pour la sécurité, ou le font aux dépens d'autres secteurs.

La chancelière allemande Angela Merkel l'avait d'ailleurs fait remarquer lors de son passage au Sahel début mai: "La situation sécuritaire est difficile. 15% du budget est affecté aux questions sécuritaires. Vu qu'on doit augmenter la part de budget allouée à la sécurité, ces fonds manquent autre part".

La plupart des pays non touchés par le terrorisme consacrent moins de 10% de leur budget à l'armée.

Autre problème, le manque de coordination entre les pays dans les zones frontalières. "Les groupes armés jouent avec ces frontières", explique M. Sawadogo.

Lassina Diarra voit aussi d'autres pistes concernant l'efficacité des attaques.

"Au Burkina, il semble y avoir une mutualisation des moyens entre les groupes affiliés à Al-Qaïda et ceux affiliés à l'Etat islamique. Il semble maintenant qu'ils se prêtent main forte. Avant, il y avait une dissension" et même une concurrence, selon des sources sécuritaires.

"Il y a sans doute l'arrivée de combattants aguerris en provenance de la Syrie" après la chute de l'organisation de l'Etat islamique, explique Lassina Diarra. "On note en tout cas des changements de mode opératoire avec l'utilisation d'explosifs, de mines, de voitures piégées" ainsi que des embuscades plus ambitieuses.

- "Gouvernance à distance" -

Même si les djihadistes ne sont pas "présents en permanence", ces attaques font que les zones d'influence sont de plus en plus grandes. "Ils n'ont pas besoin d'être là tout le temps, d'occuper le terrain. Ils créent le sentiment d'insécurité avec des attaques sporadiques", ajoute Lassina Diarra.

"On harcèle les symboles de l'Etat", poussant les fonctionnaires à partir, souligne Mahamadou Sawadogo. "Ils n'ont pas la mainmise sur les zones mais ils ne cherchent pas se sédentariser. Il y a une gouvernance à distance. Ils ont créé des zones de confort. Il y a désormais un couloir" qui va du sud-est du Burkina au Mali avec aussi à l'ouest du Niger, souligne-t-il.

De plus, de l'avis général d'hommes politiques comme d'experts, en visant des cibles religieuses ou ethniques les groupes armés ont adopté une stratégie visant à favoriser les affrontements intercommunautaires, source d'instabilité qui les favorise.

Comment renverser la tendance? "Il faut lutter contre l'idéologie des djihadistes", estime Lassina Diarra, qui suggère notamment la formation d'imams crédibles évitant la radicalisation et "les facteurs de recrutement".

"Il faut lutter sur le même terrain que les djihadistes, utiliser la même stratégie", estime Mahamdou Sawadogo. "Pour le moment, les djihadistes ont des complicités. Ils se déplacent, préparent des attaques et des routes de repli. Ils traversent des villages... La population est au courant", dit-il, soulignant que les forces de l'ordre n'ont pas ou peu de renseignements.

Les deux chercheurs insistent sur l'importance de la présence de l'Etat, avec des fonctionnaires et des investissements locaux. "Il faut regagner la confiance des populations" qui seront donc plus enclines à fournir des renseignements aux forces de sécurité et moins attirées par les discours des djihadistes.

Avec AFP

Toutes les actualités

13 morts dans l'effondrement d'un immeuble

Carte de la ville de Jos au Nigeria.

Treize personnes sont mortes dans l'effondrement d'un logement de trois étages après des pluies torrentielles dans le centre du Nigeria, ont annoncé les secours mardi.

Les opérations de secours ont continué toute la nuit pour fouiller les décombres après la destruction du bâtiment lundi dans la ville de Jos.

Les corps de 13 personnes ont été retrouvé, tandis que 7 survivants sont soignés à l'hôpital, a affirmé à l'AFP un responsable de la Croix-Rouge sur place.

L'effondrement s'est produit après trois jours de pluie diluvienne, durant les heures de travail, ce qui a sauvé la vie de dizaines d'habitants qui sont rentrés chez eux pour découvrir la destruction de leur logement, ont affirmé les responsables des urgences.

Des voisins ont affirmé que des étages supplémentaires avaient été construits ces dernières années.

L'effondrement de bâtiments est une tragédie fréquente au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

En mars, 20 personnes sont mortes quand un immeuble qui abritait une école maternelle et primaire s'est écroulé dans la plus grande ville du Nigeria, Lagos.

Au moins 5 morts dans des combats entre groupes armés dans le nord-est

Des soldats tanzaniens de la Minusca, la mission de maintien de la paix de l'ONU en République centrafricaine patrouillent la ville de Gamboula le 6 juillet 2018.

Au moins cinq combattants ont été tués dans un accrochage entre miliciens de groupes armés près de Birao, dans l'extrême nord-est de la Centrafrique, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Des miliciens du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) ont tenté dimanche d'acheminer des caisses de munitions de chasse en provenance du Soudan, selon des sources humanitaires. Ils ont été arrêtés par des combattants du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC) dans le village d'Amdafock, à 60km au nord de Birao.

"Nous avons interdit la circulation des armes et des munitions dans notre zone", a déclaré à l'AFP Abdoulaye Hissène, chef militaire du FPRC. Les éléments du MLCJ "voulaient traverser avec des cartons de munitions et ont été bloqués par nos agents. Du coup, ils sont partis se regrouper et sont venus nous attaquer sur des motos".

Une version contredite par Ali Abderamane, chef d'état-major du MLCJ : "Les éléments du FPRC ont tenté de dépouiller nos hommes alors qu'ils se rendaient au marché d'Amdafock", a-t-il affirmé à l'AFP.

Le bilan provisoire s'élève à 5 morts, dont 4 dans les rangs du FPRC, selon des sources humanitaires.

"Le FPRC tient toujours cinq de nos hommes en otage. S'ils ne sont pas libérés, nous répondrons. Il y aura des représailles", a menacé Ali Abderamane.

Malgré la signature d'un accord de paix de Khartoum, le 6 février, la situation sécuritaire reste particulièrement fragile dans le pays. Cet accord, signé par 14 groupes armés, prévoit notamment le désarmement des groupes qui mettent en coupe réglée les territoires en province.

Selon l'ONU, entre 50 et 70 violations de l'accord de paix sont rapportées chaque semaine.

Le 22 mai, au moins trente civils ont été tués par des éléments appartenant au groupe 3R, dans la région de Paoua, dans le nord du pays.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart de ses 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile.

Epidémie RDC : le patient diagnostiqué à Goma est décédé

Campagne de vaccination à Mbandaka en RDC le 21 mai 2018.

Le premier cas d'Ebola enregistré à Goma, plus grande ville touchée par l'actuelle épidémie de la fièvre hémorragique dans l'est de la République démocratique du Congo, est décédé lors de son transfert vers l'agglomération de Butembo, a indiqué mardi une source officielle.

"Malheureusement je peux vous confirmer la mort du patient en cours de route en allant à Butembo", un des foyers de l'épidémie, a déclaré à la presse le gouverneur de la province du Nord-Kivu Carly Nzanzu.

Le diagnostic d'un premier patient à Goma a représenté un électrochoc pour les autorités congolaises et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Goma est une ville d'environ un million d'habitants à la frontière du Rwanda, avec un aéroport desservant Kinshasa, Entebbe-Kampala et Addis Abeba, et un port ouvrant sur la province voisine du Sud-Kivu.

"Goma est un avertissement", a déclaré lundi à Genève le responsable des situations d'urgence de l'OMS, Mike Ryan. "C'est un avertissement parce que chaque fois que la maladie se déplace, elle peut s'établir ailleurs", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le gouverneur a demandé à la population de Goma de "suivre les conditions hygiéniques": "Si à Goma, on se comporte très bien, on accompagne l'équipe de la riposte, il y aura plus de peur que de mal".

L'épidémie est circonscrite jusqu'à présent dans la région de Beni-Butembo (environ 250 km à vol d'oiseau au nord de Goma), et très marginalement dans la province voisine de l'Ituri.

La fièvre hémorragique a tué 1.668 personnes depuis la déclaration de l'épidémie le 1er août dernier, selon le ministère congolais de la Santé.

Le patient de Goma a été évacué vers Butembo pour y "bénéficier des soins parce qu'il n'y avait jamais eu de cas d'Ebola à Goma", a précisé le gouverneur.

Diagnostiqué dimanche après-midi à Goma, l'homme avait été transféré le lendemain vers le Centre de traitement d'Ebola (CTE) de Butembo.

Il est présenté par les autorités comme un pasteur d'une Eglise chrétienne qui avait présenté les premiers symptômes le mardi 9 juillet avant de voyager en bus vers de Butembo vers Goma le vendredi 12.

Originaire de Bukavu (Sud-Kivu), il est arrivé à Butembo début juillet. Là, il avait prêché dans sept églises où il avait touché des fidèles, y compris des malades, d'après le ministère de la Santé.

Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène

Le général Jamal Omar, membre du Conseil militaire de transition du Soudan, à la télévision soudanaise le 11 juillet 2019.

La police soudanaise a dispersé lundi, par des tirs de gaz lacrymogène, des manifestants rassemblés dans le centre de Khartoum après la mort la veille d'un homme tué par des paramilitaires dans une ville du sud-est du Soudan.

"La police a tiré du gaz lacrymogène pour nous disperser. Mais nous sommes revenus", a expliqué à l'AFP un des manifestants présents à la gare routière dans le centre de la capitale. Des rassemblements spontanés ont eu lieu lundi dans plusieurs quartiers de Khartoum, selon des témoins.

Dimanche, des paramilitaires soudanais ont tué par balle un civil et blessé sept autres personnes dans la ville d'Al-Souk, dans l'Etat de Sennar (sud-est), après un rassemblement d'habitants réclamant le départ de leur ville des Forces de soutien rapide (RSF), un groupe redouté de paramilitaires, ont raconté des témoins à l'AFP.

Scandant "régime civil, régime civil", environ 200 manifestants étaient encore présents dans le centre de Khartoum à la tombée de la nuit. Ils ont essuyé de nouveaux tirs de gaz lacrymogène, a constaté une journaliste de l'AFP.

De nombreux policiers antiémeutes étaient déployés. Des protestataires, dont certains ont reçu des coups de matraque, ont été emmenés dans des fourgons de police.

Dans la nuit, des hommes et des femmes manifestaient encore, agitant des drapeaux soudanais et scandant des slogans révolutionnaires, dans un quartier de l'est de Khartoum, celui de Burri, en présence d'unités de la police.

Ces rassemblements surviennent alors qu'un accord est attendu entre les militaires au pouvoir au Soudan depuis la chute en avril de l'ex-président Omar el-Béchir et les meneurs du mouvement de contestation qui secoue ce pays depuis plusieurs mois.

Cet accord doit formaliser le principe d'un partage du pouvoir entre les deux parties pendant une période de transition d'environ trois ans. Mais les négociations, qui ne sont pas encore achevées, ont été reportées à deux reprises la semaine dernière, à la demande des contestataires. Une nouvelle rencontre est prévue pour mardi.

Avec AFP

11 personnes en garde à vue décédées à l'unité antidrogue en une nuit

Adama Pamtaba, chargé de communication de la police municipale de Ouagadougou, au Burkina, le 12 novembre 2018. (VOA/Lamine Traoré)

Onze personnes détenues en garde à vue sont décédées dans la nuit de dimanche à lundi dans les locaux de l'Unité antidrogue de Ouagadougou, a annoncé la procureure du Burkina Faso, Maiza Sérémé.

"Le procureur du (Burkina) Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a été informé, ce jour 15 juillet 2019, par la directrice de la police judiciaire de la police nationale de ce que onze personnes gardées à vue à l'Unité antidrogue (UAD) pour des infractions relatives à la législation des stupéfiants sont décédées dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019", a écrit Mme Sérémé dans un communiqué.

Une "enquête a été ouverte",a indiqué la procureure qui s'est rendue sur les lieux accompagnée de ses substituts et de membres des services techniques.

"Des médecins légistes ont été requis" pour procéder à des examens et aux autopsies nécessaires pour déterminer les raisons des décès qui sont encore inconnues, a-t-elle souligné.

La société civile a par le passé souvent dénoncé les violences des forces de sécurité.

Le Burkina Faso, pays pauvre, est une des plaques tournantes du trafic de drogue vers l'Europe. La drogue arrive au Burkina Faso en provenance des ports d'Afrique de l'Ouest et prend ensuite la direction du nord vers le désert malien et libyen, selon une source sécuritaire.

En juin dernier, les autorités ont procédé à l'incinération de 35.300 tonnes de drogue, représentant le quart des saisies de l'année 2018, selon le secrétariat permanent du comité national de lutte contre la drogue.

Voir plus

XS
SM
MD
LG