Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burkina-Faso

Quatre catholiques tués lors d'une procession religieuse

Alimata Dicko, déplacée peul, au Burkina Faso, le 15 janvier 2019. (VOA/Lamine Traoré)

Quatre catholiques ont été tués lundi lors d'une procession religieuse en honneur de la vierge Marie à Zimtenga, dans le nord du Burkina Faso, au lendemain de l'attaque d'une église, attribuée à des djihadistes, ayant fait six morts dont un prêtre.

Ces violences s'inscrivent dans une stratégie de tension où le Burkina, déstabilisé par le renversement du président Blaise Compaoré en 2014, est confronté à une multiplication des attaques de groupes islamistes qui ciblent de plus en plus fréquemment les églises, selon des experts.

Lundi, "la statue de la Vierge avait été sortie pour faire le tour de la paroisse (...) A l'entrée du village de Singa un groupe de terroristes a intercepté le cortège. Ils ont tué 4 fidèles et brûlé la statue", a déclaré mardi un responsable de la communication de la cathédrale de Ouagadougou à l'AFP.

Selon l'Agence nationale de presse burkinabè, les assaillants ont stoppé la procession. "Ils ont laissé partir les mineurs, exécuté quatre adultes et détruit la statue de la Vierge", a raconté un habitant cité par l'AIB.

"Hier (lundi) dans l'archidiocèse de Ouahigouya (grande ville du Nord), des individus ont attaqué des catholiques, faisant quatre victimes", a déclaré de son côté Mgr Paul Ouédraogo, président de la conférence épiscopale Burkina Faso-Niger lors de l'assemblée plénière de la conférence épiscopale d'Afrique de l'Ouest réunissant une centaine d'évêques de 16 pays à Ouagadougou.

Dimanche, six personnes, dont le prêtre célébrant la messe, avaient été tuées lors d'une attaque, attribuée à des djihadistes par les autorités, contre une église catholique à Dablo, commune de la province du Sanmatenga, également dans le nord du Burkina Faso.

Fin avril dernier, six autres personnes dont un pasteur, avaient été tuées dans l'attaque d'une église protestante à Silgadji, toujours dans le nord. Il s'agissait de la première attaque djihadiste d'une église au Burkina depuis 2015.

Dimanche, le gouvernement avait dans un communiqué "observé qu'après avoir échoué à opposer les communautés par des assassinats ciblés de chefs coutumiers et de leaders communautaires, les groupes terroristes s'attaquent maintenant à la religion dans le funeste dessein de nous diviser".

Ouahigouya, troisième ville du pays et centre névralgique du Nord, avait subi sa première attaque qui a fait un mort attribuée à des djihadistes le 7 mai. D'autres villes plus au sud ont également déjà été la cible des djihadistes.

- "Logique des terroristes" -

Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes djihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et l'organisation État islamique au grand Sahara (EIGS).

D'abord concentrées dans le Nord, ces attaques ont ensuite visé la capitale Ouagadougou et d'autres régions, notamment l'Est, et fait depuis 2015 près de 400 morts, selon un comptage de l'AFP.

Les attaques d'églises surviennent au moment où la France, qui lutte contre les groupes djihadistes au Sahel, a mené la semaine dernière une opération pour libérer quatre otages - deux Français, une Sud-Coréenne et une Américaine - aux mains de djihadistes, également dans le nord du Burkina.

Les attaques djihadistes ciblent régulièrement des responsables religieux, chrétiens et musulmans, principalement dans le Nord du pays où les chrétiens représentent environ 35% de la population, les musulmans quelque 65%.

À la mi-mars, l'abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo (Nord) a été enlevé par des individus armés. Le 15 février, le père César Fernandez, missionnaire salésien d'origine espagnole, a été tué dans le Centre-Est.

Plusieurs imams ont également été assassinés par les djihadistes dans le Nord. Selon des sources sécuritaires, ceux-ci étaient "considérés comme pas assez radicaux" par les djihadistes ou "accusés de collaborer avec les autorités".

L'attaque des églises fait partie de la stratégie des djihadistes, selon des experts, alors que chrétiens et musulmans cohabitaient plutôt bien au Burkina.

"C'est quelque chose qui rentre dans la logique des terroristes", a estimé récemment Paul Oumarou Koalaga, consultant en géopolitique et spécialiste du Sahel.

"On a commencé d'abord avec un certain nombre de cibles symboliques : des forces de défense, les premiers ennemis, puis les grandes infrastructures économiques et financières comme les hôtels ... Ensuite, on attaque l'état-major des armées, les enseignants ... Tout cela c'est quelque chose de bien pensé et qui monte en puissance", poursuit-il.

Pour Corinne Dufka de Human Rights Watch, les attaques ciblées récentes de chrétiens ou de certains groupes ethniques sont "une des stratégies" des djihadistes "pour faire monter les tensions ethniques et déstabiliser le pays".

Toutes les actualités

Au moins une vingtaine de militaires tués dans le Nord

Au moins une vingtaine de militaires tués dans le Nord
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Des attaques djihadistes font une vingtaine de morts dans les rangs de l'armée

Des attaques djihadistes font une vingtaine de morts dans les rangs de l'armée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Une vingtaine de soldats tués dans une nouvelle attaque

Distribution de coupons alimentaires à 5 000 personnes dans le Soum, au nord du Burkina Faso, le 26 mars 2017. (Idrissa Savadogo / CICR)

Au moins 24 militaires ont été tués lundi lors d'une nouvelle attaque dans le nord du Burkina Faso.

L’attaque a eu lieu dans la nuit dernière. Des hommes armés non identifiés à motos et en véhicules ont pris d’assaut le détachement militaire de Koutougou, situé à environ 70 km de Djibo, dans la province du Soum.

Des sources sécuritaires jointes par VOA Afrique parlent d’au moins 24 morts, une dizaine de disparus, selon nos sources 12 à 17 manquent à l’appel. On compte aussi de nombreux blessés. Des armes du détachement ont été emportées par les assaillants.

C’est le plus lourd bilan dans l’attaque d’un détachement militaire dans le nord Burkina. Une quarantaine d’assaillants, à bord de véhicule pick-up et de motos, avaient attaqué le poste militaire de Nassoumbou, situé à une trentaine de kilomètres du Mali en décembre 2016, faisant 12 morts.

La semaine dernière 3 policiers ont été tués dans une embuscade sur l’axe Djibo Mentao.

Au moins une vingtaine de militaires tués dans le Nord
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Trois policiers tués dans une embuscade

Trois policiers tués dans une embuscade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Trois policiers tués dans une embuscade

Trois policiers tués dans une embuscade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG