Liens d'accessibilité

Double explosion d'origine "criminelle" à Douala


Les forces de l'ordre et de défense déployés sur le site de l'explosion à Douala, Cameroun, 22 septembre 2017. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

Une double explosion d'origine "criminelle" a été perpétrée vendredi matin à Douala.

Une bombe de fabrication artisanale a explosé vendredi aux environs de 6 heures à Douala, capitale économique du Cameroun.

L'enceinte de la société camerounaise des dépôts pétroliers où l'explosion d'une bombe artisanale s'est produite à Douala, Cameroun, 22 septembre 2017. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
L'enceinte de la société camerounaise des dépôts pétroliers où l'explosion d'une bombe artisanale s'est produite à Douala, Cameroun, 22 septembre 2017. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

L’explosion s’est produite à proximité d’un mur qui sépare la société camerounaise de dépôts pétroliers et la voie ferrée (SCDP), aux encablures du marché Mboppi, très fréquenté à cette heure-là.

Toute de suite, le personnel de la SCDP a été évacué, les forces de l’ordre ont bouclé la zone et les équipes d’experts en explosifs, envoyés sur le terrain pour analyser les matériaux explosifs.

Descendu sur le terrain, le gouverneur de la région du littoral, Samuel Ivaha Diboua, va annoncer à la presse "qu’une bouteille de gaz a été utilisée comme explosif ".

"Une double explosion" a eu lieu vendredi près de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP), sans faire de victime, a rapporté la Cameroon radio-television (CRTV).

L'explosif a été fabriqué à l'aide d'une "bouteille à gaz et de deux batteries de moto", a ajouté la CRTV.

L'origine de la double explosion est "criminelle", a affirmé sur les antennes de la radio d'Etat le gouverneur de la région du Littoral dont Douala est le chef-lieu, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua.

"Rien ne se cache à Douala. Ceux qui ont pu, nuitamment venir (poser l'engin explosif) peuvent se réjouir, mais ils n'iront très loin", a-t-il assuré.

Aucune organisation n'a pour l'heure revendiqué la double explosion.

M. Ivaha Diboua a néanmoins déclaré que "les techniques (utilisées à Douala), nous les connaissons dans certaines zones où le terrorisme a commencé", ne précisant pas s'il faisait référence à l'explosion de jeudi à Bamenda (chef lieu de la région anglophone du Nord-Ouest).

Jeudi, trois policiers camerounais ont été blessés dans "un attentat" à l'explosif à Bamenda, épicentre de la crise provoquée par la contestation anglophone au Cameroun.

Pour lui, ce type de matériel s’apparente à ce qui est d’ordinaire utilisé ailleurs pour commettre les attentats terroristes.

L’explosion de vendredi matin n’a pas fait de morts encore moins de blessés.

Elle est cependant prise au sérieux par le gouverneur de la région du Littoral.

La veille, une bombe artisanale a explosé à Bamenda en zone anglophone. L’explosion a fait trois blessés parmi les policiers, selon des sources officielles.

Il s’agissait de la troisième explosion enregistrée à Bamenda en l’espace d’une semaine.

Un couvre-feu de 22h à 5h a été établi vendredi sur l'ensemble de la région jusqu'au 3 octobre prochain.

Reportage d'Emmanuel Jules Ntap au Cameroun pour VOA Afrique

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG