Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Immunité judiciaire pour deux dirigeants du tabloïd National Enquirer

David Pecker, président d’American Media, s’adresse aux participants à une fête du Super Bowl à New York, le 31 janvier 2014

Les procureurs fédéraux ont accordé l’immunité à David Pecker, président du groupe qui publie le journal tabloïd National Enquirer, dans le cadre de l’enquête sur des transactions financières conclues avec deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump, rapportent jeudi le Wall Street Journal et le magazine Vanity Fair.

En échange de cette immunité, le président d’American Media Inc (AMI) a détaillé aux procureurs l’implication du président américain et de son ancien avocat, Michael Cohen, dans le versement d’argent à Karen McDougal, ancienne mannequin de Playboy, et à l’actrice porno Stephanie Clifford, alias Stormy Daniels, en échange de leur silence.

Un autre cadre dirigeant d’AMI, Dylan Howard, bénéficie lui aussi d’une immunité.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès des procureurs du district sud de New York et du groupe AMI.

David Pecker se présente comme un ami proche de Trump et de Cohen.

Dans le cadre de son plaider coupable, Michael Cohen, poursuivi pour fraude fiscale, escroquerie bancaire et violation des lois sur le financement des campagnes électorales, a déclaré mardi avoir organisé des paiements sur ordre de Trump avant l’élection présidentielle de novembre 2016 pour réduire ces deux femmes au silence.

Donald Trump a nié avoir eu des liaisons avec elles. Après avoir dans un premier temps affirmé n’avoir rien su de ces versements d’argent, il a fini par admettre qu’il avait remboursé Cohen pour la somme versée à Stormy Daniels.

Dans une interview diffusée jeudi par Fox News, le président américain a redit avoir payé Cohen sur ses fonds personnels afin, a-t-il dit, de régler une affaire personnelle, et non pas pour le bénéfice de sa campagne électorale. Il a ajouté avoir découvert “plus tard” la transaction avec Karen McDougal.

Son avocat, Rudy Giuliani, a déclaré que ces paiements avaient été faits pour épargner Trump et sa famille et qu’ils n’étaient pas liés à la campagne électorale.

UN SOUCI DE PLUS POUR TRUMP

La décision de Pecker et d’Howard de coopérer avec la justice pourrait impliquer davantage encore Trump dans ces transactions financières, dont les procureurs estiment qu’elles sont en infraction avec les lois fédérales sur le financement des campagnes électorales.

Ce cadre légal définit les contributions à une campagne électorale comme les “biens de valeur fournies à une équipe de campagne pour influencer une élection”. Toutes les contributions doivent être rendues publiques et la loi fixe à 2.700 dollars la participation maximale d’un particulier au financement d’une campagne électorale.

Or un versement visant à étouffer des allégations de liaison extraconjugale juste avant une élection pourrait être considéré comme une contribution de campagne.

D’après Vanity Fair, les deux cadres exécutifs d’AMI ont corroboré les déclarations de Cohen aux procureurs.

Selon l’ancien avocat de Trump, Stormy Daniels a reçu 130.000 dollars. Karen McDougal a pour sa part vendu au National Enquirer les droits exclusifs du récit de sa liaison présumée avec Trump pour 150.000 dollars.

Son témoignage n’a jamais été publié mais il est bloqué en vertu du contrat d’exclusivité, et donc enterré. Cette pratique a un nom, le “catch and kill”, elle a pour but d’empêcher la publication d’informations potentiellement compromettantes par un média tiers.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Les Etats-Unis continuent d’être le pays avec le plus grand nombre de cas de coronavirus dans le mond

Les Etats-Unis continuent d’être le pays avec le plus grand nombre de cas de coronavirus dans le mond
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Attaquée par ses joueuses, la Fédération américaine de football revoit son discours

L'équipe de football féminine des États-Unis saluant les fans lors d'une cérémonie à l’hôtel de ville de New York après avoir remporté la Coupe du Monde 2019, 10 juillet 2019. (Vincent Carchietta/USA Today Sports)

La Fédération américaine de foot (USSF), attaquée en justice pour discrimination salariale par ses joueuses championnes du monde, a retiré ses arguments selon lesquels l'équipe nationale féminine serait "inférieure en compétence" à la masculine.

Dans ces documents datant du 31 mars, les avocats de l'instance ont écrit que celle-ci "ne conteste plus que le fait que les fonctions de l'équipe nationale féminine et celles de l'équipe masculine nécessitent des compétences, des efforts et des responsabilités égaux".

Après avoir argué dans un précédent dossier, présenté début mars, que jouer dans l'équipe nationale masculine exigeait un niveau plus élevé de compétences, basées sur la vitesse et la force, et revêtait une plus grande responsabilité, l'USSF a donc décidé de changer de ton.

Ces mots avaient suscité une indignation immédiate et généralisée de la part de joueuses, dirigeants - comme le patron de la MLS (le championnat professionnel nord-américain)- et sponsors tels que Coca-Cola, poussant le président de la Fédération Carlos Cordeiro à démissionner.

Ce dernier a été remplacé par la vice-présidente Cindy Parlow Cone. Cette ancienne joueuse internationale américaine a aussitôt émis le souhait d'apaiser la situation, alors que le procès intenté par les joueuses de l'équipe nationale est prévu le 5 mai.

Un procès qu'elle préfèrerait éviter, les joueuses de la sélection, menée par sa star et activiste Megan Rapinoe, réclamant 66 millions de dollars en arriérés de salaires en vertu de la loi sur l'égalité de rémunération et de la loi sur les droits civils. "Je ne pense pas qu'un procès soit bon pour l'une ou l'autre des parties", avait déclaré la dirigeante à des journalistes. "J'espère que nous pourrons trouver une résolution avant que cela ne soit jugé."

En attendant, le procès approche et le nom de témoins potentiels pour chaque partie est apparu dans les dossiers du 31 mars. Dans le camp des joueuses figurent Rapinoe, Carli Lloyd, Alex Morgan et Becky Sauerbrunn. Dans le camp de la Fédération: l'ancienne sélectionneuse Jill Ellis, Carlos Cordeiro et son prédécesseur à la tête de la Fédération, Sunil Gulati, pourraient également apparaître.

Les Américaines dominent plus que jamais le football mondial, ayant remporté quatre des huit Coupes du monde féminines, dont les deux dernières en 2015 et 2019.

Abandon de Bernie Sanders: l'avis de René Lake, analyste politique basé à Washington

Abandon de Bernie Sanders: l'avis de René Lake, analyste politique basé à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:41 0:00

New York: le personnel soignant craint de ne pas pouvoir faire face à la gravité de la situation

New York: le personnel soignant craint de ne pas pouvoir faire face à la gravité de la situation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Sanders jette l'éponge, Trump face à Biden en Novembre

Sanders jette l'éponge, Trump face à Biden en Novembre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG