Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Wenger: rebondir ailleurs mais où ?


Arsène Wenger, entraîneur d'Arsenal accroupi au Stade du Millennium, 20 avril 2018. Action Images / Tony O'Brien/File

Quelle sera la suite pour Arsène Wenger? Le technicien français âgé de 68 ans n'est pas prêt de raccrocher et pourrait s'offrir un nouveau défi. Les pistes évoquées sont nombreuses et vont de simple entraîneur à sélectionneur, en passant par directeur sportif, et ce, sur plusieurs continents.

"Il est en grande forme, il a encore ce côté compétitif, mais c'est une question pour lui", a souri vendredi le directeur général d'Arsenal Ivan Gazidis au sujet de l'avenir du Français, assurant qu'il aurait une place au sein du club londonien à terme mais qu'il "était encore trop tôt pour savoir quoi".

>> Lire aussi : Arsène Wenger va quitter Arsenal en fin de saison

En attendant, pour Gazidis, cela ne fait aucun doute: Wenger sera encore dans le football la saison prochaine. Mais où ?

. L'option PSG

C'est la piste prônée par la presse française. Pour le quotidien L'Equipe, il ne fait pas de doute que le prochain entraîneur parisien sera l'Allemand Thomas Tuchel. Mais le directeur sportif Antero Henrique semble sur la sellette, lui qui n'avait pas forcément fait du technicien allemand son choix N.1.

Si le Portugais devait partir, le profil du Français pourrait être intéressant pour Paris dans un poste de "manager général". Wenger a fait des merveilles pour structurer le grand club qu'est devenu Arsenal et son expérience pourrait être utile du côté du Camps des Loges.

Mais quid du poste d'entraîneur, qui devrait être vacant avec le départ probable d'Unai Emery en juin prochain ? Pour l'entraîneur basque, Wenger en a en tout cas largement la carrure : "Il est un entraîneur qui a la capacité, la qualité, et l'expérience pour entraîner n'importe quelles des meilleures équipes dans le monde. Le PSG en est une, donc c'est sûr que oui".

>> Lire aussi : Thierry Henry juge l'héritage d'Arsène Wenger intouchable

Annoncé plusieurs fois du côté du Parc des Princes, Wenger est tenu en haute estime par la famille qatarie Al-Thani, propriétaire du club parisien. L'Alsacien était d'ailleurs devenu l'un des premiers consultants d'Al-Jazira, devenant une des figures de la chaîne.

. L'option sélection nationale

Pourquoi pas une sélection ? La piste japonaise a été lancée par la presse britannique: la sélection traverse une crise après le départ forcé de Vahid Halilhodzic. Après son passage et son titre à Nagoya, Wenger jouit au Japon d'un grand crédit selon le Telegraph.

La presse britannique le verrait bien également en successeur de Didier Deschamps à la tête de l'équipe de France après la Coupe du monde en Russie. Véritable serpent de mer, la rumeur Wenger ne tient toutefois pas la route au regard de la prolongation de contrat de Deschamps avec les Bleus jusqu'à l'Euro-2020, signée en novembre dernier.

"Est-ce qu'il a envie de continuer à entraîner quelque part ? Je ne sais pas, je n'en suis pas sûr, en tout cas je pense qu'il reviendra habiter en France", croit savoir Noël le Graët, le président de la fédération française de football (FFF). Mystère...

. L'option anglaise

La cote du Français a chuté en Angleterre et il est peu probable qu'un grand club, sur l'île ou en Europe, ne vienne le chercher.

>> Lire aussi : Arsenal et l'Atletico Madrid bien partis en Europa League

Everton semble être la seule option un peu tangible en Angleterre, mais seulement en cas de départ de Sam Allardyce. Le président du club de Liverpool Farhad Moshiri est un ancien actionnaire d'Arsenal et un grand admirateur du Français. Pas sûr que cela soit suffisant pour déloger le très populaire Jürgen Klopp...

. L'option marchés émergents

C'est le choix des bookmakers britanniques et des tabloïds anglais. Pour eux, l'Alsacien rebondira en priorité en Chine ou dans la MLS nord-américaine.

Pour Wenger, habitué à diriger tout dans son club, une équipe plus modeste représente peut-être la bonne solution, alors que les grands clubs européens partagent désormais les compétences entre un directeur sportif, un responsable du recrutement, un responsable de la préparation physique...

. L'option retour aux sources

Pour The Telegraph, il existe une sérieuse piste d'un retour à Monaco, que Wenger avait mené au titre en 1988. Bien sûr, cela voudrait dire que Leonardo Jardim quitterait le Rocher. Mais une partie de la presse anglaise estime qu'il est l'un des favoris pour succéder... à Wenger à Londres.

>> Lire aussi : Arsenal s'en sort en Premier League

Chassé-croisé à venir ou véritable retour aux sources ? En 2016, le frère aîné d'Arsène, Guy Wenger avait confié qu'un jour le manager retournerait dans le club de son enfance et de ses débuts professionnels: le RC Strasbourg.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG