Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée Équatoriale

25 bolides du fils du président équato-guinéen adjugés 21,6 millions d'euros en Suisse

Une Ferrari LaFerrari (2015) et une Bugatti Veyron EB 16.4 Coupé (2010) faisant partie d'une collection de voitures de luxe détenue par Teodoro Obiang, fils du président de la Guinée équatoriale. Ces voitures sont présentées avant une vente aux enchères p

Les 25 bolides saisis par la Suisse dans le cadre d'une procédure judiciaire contre Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale et fils du président du pays, ont trouvé preneurs pour 23,4 millions de francs (21,6 millions d'euros) lors d'enchères caritatives près de Genève.

L'estimation la plus basse était de 18,5 millions de francs suisses (plus de 17 millions d'euros).

"La star de la collection, une Lamborghini Veneno ultra-rare a été vendue pour 8,28 millions CHF",commission comprise (7,6 millions d'euros), "un record mondial pour la marque", a indiqué dans un communiqué la maison d'enchères britannique Bonhams.

La voiture, dont il n'existe que neuf exemplaires, a été vendue à un "collectionneur international privé", a précisé à l'AFP Lynnie Farrant, porte-parole.

Les fonds seront reversés par la Suisse à des oeuvres caritatives en Guinée équatoriale, petit pays pétrolier où sévit l'une des plus graves corruptions au monde selon l'ONG Transparency International et où une grande partie de la population vit dans la pauvreté.

Les 25 supercars ont été vendues en lot séparé, sans prix de réserve, c'est-à-dire sans prix minimum. Sept Ferrari, trois Lamborghini, cinq Bentley, une Maserati et une McLaren figuraient parmi les véhicules proposés.

Le collectionneur privé international ayant acquis la Lamborghini Veneno blanc cassé a remporté un très grand nombre de lots.

Il a également acquis pour 4,2 millions d'euros une Koenigsegg One bleu et noir carbone, estimée entre 1,7 et 2,1 millions d'euros et dont il n'existe que six exemplaires.

Une Aston Martin One-77 rouge, évaluée entre 1,3 et 1,7 million d'euros et possédant une mention gravée sur son entrée de porte spécifiant "Construite à la main en Angleterre pour Theodore N'Guema Obiang Mangue", a elle été adjugée à près de 1,4 million d'euros.

Cette collection de 25 voitures avaient été confisquées par la justice genevoise après l'ouverture en 2016 d'une procédure pénale à l'encontre de Teodorin Obiang, et de deux autres personnes, pour "blanchiment d'argent et gestion déloyale des intérêts publics".

- Procédure classée -

La procédure a été classée en février, la justice genevoise et les autorités équato-guinéennes ayant accepté que les voitures soient vendues et que le produit de la vente soit affecté à un programme à caractère social en Guinée équatoriale, sous le contrôle du ministère suisse des Affaires étrangères.

La Guinée équatoriale, dirigée depuis 40 ans par le président Teodoro Obiang Nguema, 77 ans, a aussi accepté de verser à Genève 1,3 million de francs suisses (1,4 million d'euros) pour couvrir notamment les frais de procédure.

Teodorin Obiang, devenu vice-président de cet Etat d'Afrique centrale en 2012, est connu pour ses extravagances et son train de vie somptueux.

M. Obiang a été condamné en 2017 à Paris à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende pour s'être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable (hôtel particulier parisien, voitures de course et de luxe, costumes de marque par dizaines, jets privés...) dans l'affaire dite des "biens mal acquis", jugement dont il a fait appel.

Cette procédure ne freine pas les préparatifs à la succession. Fin novembre 2018, il a dirigé son premier conseil des ministres.

Quelques jours avant la vente, la Guinée équatoriale avait tenté de la faire annuler, estimant que le prix de la vente serait plus élevé lors de ventes de gré à gré avec des collectionneurs et des professionnels de la branche. Cette requête avait été rejetée par la justice genevoise.

Toutes les actualités

Malabo arrête la construction d'un mur à la frontière

Malabo arrête la construction d'un mur à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

La Guinée équatoriale arrête de construire un mur à sa frontière camerounaise

Frontière de Mezeng, au Gabon, et Mongomo en Guinée équatoriale visible au loin, 26 janvier 2017. (VOA/ Timothée Donangmaye)

La Guinée équatoriale a suspendu ses travaux de construction d'un mur le long de sa frontière avec le Cameroun, a affirmé mardi soir le ministre camerounais de la Défense Beti Assomo en marge d'une rencontre avec son homologue équato-guinéen.

En juillet 2019, Yaoundé avait accusé la Guinée équatoriale d'avoir commencé à construire un mur à sa frontière, empiétant sur son territoire, ce qu'avait démenti Malabo.

Les tensions avaient été ravivées il y a quelques mois, quand Malabo a entrepris la construction de miradors au même endroit, a rapporté le quotidien d'Etat camerounais Cameroon Tribune en juin.

"Des nouvelles (...) font état de la suspension de ces travaux" a salué mardi soir le ministre camerounais Beti Assomo en marge d'une rencontre de deux jours avec son homologue équatoguinéen, dédiée à ces différends frontaliers.

Après avoir écouté M. Assomo, le ministre équato-guinéen Leandro Bakale a à son tour fait une déclaration, sans évoquer le mur dont son gouvernement a toujours nié l'existence.

Même silence au sujet du mur après la rencontre. "Nous pouvons dire avec force que l'apaisement est garanti", a-t-il simplement assuré devant la presse.

"Il n'y a pas de travaux en ce moment. Nous n'avons pas contruit de mur", maintient un membre de la délégation équato-guinéenne à Yaoundé interrogé par l'AFP, qui reconnaît simplement "des opérations de repérage des limites de la frontière".

La zone frontalière de la Guinée équatoriale, du Cameroun et du Gabon, appelée zone des trois frontières, est une plaque tournante des échanges commerciaux, mais aussi de trafics.

Malabo surveille particulièrement cette frontière où une trentaine d'hommes armés avaient été arrêtés fin 2017, accusés d'avoir tenté un coup d'Etat contre le président Teodoro Obiang Nguema.

Des habitants équato-guinéens le long de la frontière, contactés par l'AFP, avaient constaté le début de la construction du mur à l'été 2019, mais affirment désormais que les travaux ont cessé depuis plusieurs mois et n'ont jamais repris.

"L'engagement de suspendre le projet de construction de ce mur a été pris par le président Teodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale", a affirmé à l'AFP un officiel camerounais ayant requis l'anonymat.

"Le président Paul Biya a échangé avec son homologue et celui-ci lui a confirmé que son pays envisageait de construire un mur pour contrer les migrations clandestines mais qu'il avait décidé de le suspendre", le temps que les deux pays s'accordent sur le tracé de la frontière, a rapporté cet officiel.

De nombreux Camerounais tentent leur chance de l'autre côté de la frontière, en Guinée équatoriale, attirés par les opportunités créées par la manne pétrolière de ce petit pays.

Les autorités équato-guinéenes expulsent le représentant de l'OMS

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée équatoriale, prend la parole lors du Sommet de la paix Nelson Mandela, à New York, le 24 septembre 2018. (AFP)

Les autorités de la Guinée équatoriale ont expulsé le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le pays.

Ce pays d'Afrique centrale de plus de 1,2 million d'habitants a enregistré plus de 1 000 cas de COVID-19 et 12 décès depuis la confirmation de son premier cas à la mi-mars, selon les données de l'OMS.

"En termes de population, nous estimons qu'il s'agit d'un des pays les plus touchés vu le nombre de cas", a déclaré la Botswanaise Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l’Afrique.

Le gouvernement équato-guinéen a demandé à l'OMS de remplacer son représentant, Triphonie Nkurunziza, a précisé Mme Moeti, sans donner de détails sur les raisons.

"J'aimerais souligner que nous nous sommes engagés à travailler avec le gouvernement, en particulier pour soutenir la population équato-guinéenne", a ajouté Mme Moeti.

L’expulsion du représentant permanent de l’OMS constitue un nouveau revers pour cette agence onusienne chargée de la santé. Le Burundi avait expulsé l’équipe de l’OMS au mois de mai, et le président américain Donald Trump avait annoncé le retrait de son pays de l’OMS.

Coronavirus: sept journalistes équato-guinéens suspendus après un débat

Le palais de justice de Malabo, le 25 janvier 2015.

Les sept journalistes d'une émission de débats de l'unique chaîne privée équato-guinéenne ont été suspendus après avoir critiqué des violences militaires durant le confinement dû à la pandémie du coronavirus, a déploré lundi l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

"Buenos dias Guinea", ou "Bonjour la Guinée (équatoriale)", émission d'opinion et d'analyse, n'a plus été diffusée depuis le 1er mai, et ses sept journalistes ont été suspendus sans motif, selon RSF et plusieurs sources contactées par l'AFP.

Dans un pays souvent critiqué par des ONG pour le manque de liberté de la presse, la radiotélévision Asonga, qui diffuse l'émission, est la seule privée, mais elle appartient à Teodorin Obiang, vice-président du pays et fils du chef de l'Etat, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 40 ans.

La veille de la suspension, les journalistes avaient critiqué à l'antenne des violences militaires contre les civils, évoquant des passages à tabac en pleine rue pour faire respecter les mesures de confinement.

"En Guinée équatoriale, même le coronavirus n'échappe pas à l'hyper contrôle de l'information et à la censure. Ces journalistes qui n'ont rien fait d'autre que leur travail doivent être réhabilités dans leur fonction", demande Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF dans un communiqué publié lundi.

La Guinée équatoriale, petit pays d'Afrique centrale peuplé de 1,3 million d'habitants, compte officiellement 594 cas de coronavirus depuis le début de l'épidémie.

Le confinement total des deux plus grandes villes, Malabo et Bata, a été annoncé mi-avril.

L'année dernière, deux journalistes de la même chaîne avaient été arrêtés et détenus pendant douze jours après avoir réalisé l'interview d'un juge qui critiquait la suspension dont il avait fait l'objet. Depuis leur sortie, ils n'ont toujours pas été rétablis dans leur fonction.

Libération de trois marins kidnappés par des pirates au large du Gabon

Les forces spéciales nigérianes naviguent pour intercepter des pirates lors d'un exercice conjoint entre des personnels navals nigérians et marocains dans le cadre d'un exercice maritime multinational impliquant 33 pays au large des côtes de Lagos, le 20 mars 2019. (UTOMI EKPEI)

Trois marins, deux marocains et un équato-guinéen, enlevés il y a près de deux mois dans l'attaque de leur navire marchand au large du Gabon, dans le golfe de Guinée, épicentre de la piraterie maritime mondiale, ont été libérés au Nigeria, a annoncé la Guinée Equatoriale.

Le 21 mars, un navire marchand battant pavillon équato-guinéen, le Elobey 6, a été attaqué par des pirates non identifiés au large du port gabonais de Port-Gentil. Les trois marins avaient été kidnappés.

Vendredi, "le gouvernement de la République de Guinée équatoriale a obtenu la libération des hommes séquestrés (...), un Equato-guinéen et deux Marocains", a indiqué le gouvernement de Malabo dans un communiqué rendu public samedi.

L'Equato-guinéen, Santos Ndong Mba, et les Marocains, Abaamrane Hamid et Chalabi Abdelaziz, sont arrivés vendredi "à l'aéroport international de Malabo à bord d'un vol spécial en provenance de Calabar, au Nigeria", selon le communiqué de Malabo.

Rien n'a filtré sur la nationalité de leurs ravisseurs, les conditions de leur détention ou celles de leur libération, Malabo a simplement "remercié toutes les parties impliquées" dans l'élargissement des otages.

Au moment de l'attaque, l'Elobey 6 naviguait entre Bata, la capitale économique située dans la partie continentale de la Guinée Equatoriale, et l'île équato-guinéenne d'Annonbon, à 700 km du nord de Malabo.

Le golfe de Guinée, qui s'étend sur 5.700 km, des côtes du Sénégal à l'Angola en passant par celles du Nigeria, est devenu, ces dernières années, un repaire de pirates, notamment nigérians, et le nouvel épicentre de ce type d'attaques dans le monde, pillages de navires et kidnappings contre rançon, ravissant cette place au golfe d'Aden.

Le 9 mai, cinq marins, dont un Equato-guinéen et trois Russes, ont été kidnappés dans l'attaque de deux navires par des pirates dans les eaux territoriales de la Guinée Equatoriale. Le 4 mai, c'est au large de Libreville, la capitale gabonaise, que six membres de l'équipage de deux bateaux de pêche, ont été enlevés: trois Indonésiens, deux Sénégalais et un Sud-Coréen.

Voir plus

XS
SM
MD
LG