Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Venezuela: Washington rappelle ses diplomates "non essentiels"

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, lors de la 48ème réunion de l'Assemblée générale de l'Organisation des États américains (OEA) à Washington, États-Unis, le 4 juin 2018. REUTERS / Leah Millis - ARCHIVES

Les Etats-Unis ont ordonné jeudi le départ du personnel "non essentiel" de leurs missions diplomatiques au Venezuela, au lendemain de la décision du département d'Etat de ne pas se plier à l'expulsion des diplomates américains par le dirigeant socialiste Nicolas Maduro.

Dans une "alerte de sécurité" publiée sur un site du département d'Etat, l'administration de Donald Trump demande également aux ressortissants américains résidant ou voyageant au Venezuela d'"envisager sérieusement" de quitter ce pays.

"Le gouvernement des Etats-Unis n'est en mesure de fournir des services d'urgence aux ressortissants américains au Venezuela que de manière limitée", prévient la diplomatie américaine.

Le département d'Etat ne précise pas combien de diplomates vont rester au Venezuela.

"Nous prenons cette mesure en nous basant sur notre évaluation actuelle de la situation sécuritaire au Venezuela", a indiqué l'un de ses porte-parole, précisant que Washington n'avait pas l'intention de "fermer" son ambassade à Caracas.

Les Etats-Unis ont reconnu mercredi le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido comme "président par intérim" du Venezuela, jugeant "illégitime" le régime de Nicolas Maduro.

Ce dernier a dans la foulée rompu les relations diplomatiques avec les Etats-Unis et donné aux diplomates américains 72 heures, jusqu'à samedi, pour quitter son pays.

Mais le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a répondu que M. Maduro n'avait plus "l'autorité légale" pour prendre de telles décisions.

Pour autant, des élus républicains et démocrates ont appelé jeudi le chef de la diplomatie américaine à donner la priorité à la sécurité des diplomates américains.

"Nous évaluons les conditions de sécurité tout le temps, 24 heures sur 24, sept jours sur sept", a assuré Mike Pompeo dans un entretien avec la journaliste conservatrice Laura Ingraham. "Et nous avons dit clairement au régime Maduro que nous voulons que nos diplomates soient en sécurité".

Pour autant, "nous voulons être certains que l'ancien président Maduro comprenne qu'il n'a pas le droit de décider si nous devons rester ou pas", a-t-il insisté. Selon lui, "le président par intérim Guaido" a demandé aux diplomates américains "de rester", et ils ont donc "le droit de poursuivre leur mission diplomatique à Caracas".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours

Covid-19 : les autorités américaines recommandent de réduire la quarantaine à 10 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Belgique: l'usine de Pfizer où sont produits les vaccins Covid britanniques

Belgique: l'usine de Pfizer où sont produits les vaccins Covid britanniques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne près de Rio

La superficie de terres sur lesquelles les trafiquants de drogue récoltent la coca pour faire de la cocaïne augmente régulièrement depuis 2013. Sur cette photo, des soldats déracinent des arbustes à San Jose del Guaviare en Colombie, le 22 mars 2019. (AP/Fernando Vergara)

Près de 2,5 tonnes de cocaïne ont été saisies par la police mercredi dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, un record pour cet Etat du Brésil et une des plus grandes prises de l'histoire du pays.

Deux suspects ont été arrêtés lors de l'opération policière menée à Duque de Caxias, ville de la Baixada Fluminense, banlieue pauvre et minée par la violence située au nord de Rio.

"Une organisation criminelle utilisait un hangar pour stocker les stupéfiants", a expliqué la police fédérale dans un communiqué illustré par des photos de centaines de pains de cocaïne.

Le Brésil est devenu ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne, avec de grandes cargaisons envoyées par bateau en Europe.

De nombreuses saisies ont eu lieu dans des ports, notamment en 2018, quand deux tonnes de drogue avaient été retrouvées dans des conteneurs au Port de Santos, le plus grand d'Amérique Latine.

La semaine dernière, une opération internationale de grande envergure a permis de saisir 52 tonnes de cocaïne et d'arrêter 45 suspects au Brésil, en Belgique, en Espagne et aux Emirats Arabes Unis.

Selon Europol, le réseau criminel avait des contacts avec des cartels de la drogue au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique du Sud qui étaient chargés de la préparation et de l'expédition de la cocaïne, transportée en Europe via des conteneurs maritimes.

Le mystérieux monolithe du désert de l'Utah a disparu

Le mystérieux monolithe du désert de l'Utah a disparu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG