Liens d'accessibilité

Trump gracie un ex-membre de l'administration Bush condamné pour parjure


Lewis "Scooter" Libby, à Washington, le 5 juin 2007.

Le président américain Donald Trump a gracié vendredi l'ancien chef de cabinet du vice-président Dick Cheney, Lewis "Scooter" Libby, reconnu coupable en 2007 de parjure et d'obstruction dans une affaire touchant à la justification de la guerre en Irak.

"Je ne connais pas M. Libby", a expliqué le président dans un communiqué, "mais depuis des années j'ai entendu qu'il avait été traité de façon injuste. J'espère que cette grâce totale aidera à rectifier une partie très triste de sa vie", a-t-il ajouté.

La décision a été critiquée par l'opposition, la cheffe des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi s'émouvant que "l'obstruction à la justice soit récompensée".

M. Libby avait été condamné en juin 2007 à deux ans et demi de prison et 250.000 dollars d'amende dans l'affaire Valerie Plame, avant d'être partiellement gracié par le président George W. Bush qui lui avait épargné la prison.

Mme Plame, agent de la CIA, était l'épouse d'un ancien diplomate qui avait accusé l'administration américaine d'avoir menti sur les prétendues armes de destruction massive de Saddam Hussein.

En juillet 2003, la presse américaine avait révélé que Valerie Plame, l'épouse de l'ancien ambassadeur Joseph Wilson qui accusait l'administration Bush d'avoir exagéré la menace irakienne, était un agent de la CIA. Une telle révélation est un crime fédéral, et si M. Libby n'a pas été accusé d'être la source de la fuite, il a été condamné pour avoir menti pendant l'enquête.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG